Trois ans après la création de sa Street School, une école de journalisme gratuite et ouverte à tous, l’équipe de StreetPress lance Media Maker, “un incubateur de médias innovants et citoyens”. Détails et explications dans cet entretien audio (et script) avec Thibaud Delavigne, journaliste à StreetPress et coordinateur du projet.

Transcription (assez fidèle) de l'entretien avec Thibaud Delavigne

ADM : Qu’est ce que c’est Media Maker ?

Thibaud Delavigne : Media Maker est un incubateur de médias innovants et citoyens. Nous lançons aujourd’hui un appel à candidatures (ouvert jusqu’au 31 octobre 2015). Pour être candidat,  il suffit d’avoir entre 20 et 40 ans. A l’issue de la phase de candidatures, un jury d’une vingtaine de personnes va se réunir : des journalistes, des patrons de presse, des gens spécialisés dans la publicité, des commerciaux, des spécialistes du marketing. Il va devoir dénicher les 3 projets les plus pertinents selon les 3 critères que nous avons mis en avant :

  1.  L’innovation éditoriale : avoir une bonne idée de média c’est savoir à qui on veut parler et qui a besoin d’information. Si c’est pour nous proposer une copie des grands médias nationaux comme Le Monde, Le Telegraph ou le Los Angeles Times ça a assez peu d’intérêts parce qu’on n’ira pas concurrencer ces gens là. En revanche un média très communautaire ou un média qui va vraiment s’adresser à une population qui a besoin d’un type d’information ça va nous intéresser parce que c’est aussi notre pâte à nous.
  2. Le modèle économique
  3. Le support : une page Facebook, un papier gratuit etc

Une fois les trois projets choisis, Media Maker entre dans sa phase dure. Les trois projets vont être hébergés, suivis, coachés, par les équipes de Street Press et Citizen Press, le pendant associatif de Street Press.

On va faire un “mentoring” poussé de ces projets. A la suite du accompagnement, notre partenaire Ulule.com va prendre en charge les 3 projets pour une campagne de financement participatif.

ADM : Pourquoi s'être lancé dans cette aventure ?

TD : c’est une suite logique. A l’époque du lancement de Street Press notre fondateur aurait adoré bénéficier de quelque chose qui aurait pu ressembler a Media Maker. Quand on est un petit entrepreneur des médias, qu’on a pas trop de moyens et, qu’en plus, on arrive sur ce secteur qui est compliqué, une aide peut être précieuse. On estime que c’est important de donner à la fois à nos lecteurs et à la confrérie journalistique l’opportunité de pouvoir aider concrètement. Ce genre de dispositif ça n’existe pas encore.

ADM : Vous parlez d’incubateur pour médias citoyens. C’est le projet qui est citoyen ou ce sont les médias que vous allez incuber ?

TD : La partie citoyenne est liée à l’éditorial. En général, l’innovation se fait -si vous prenez le fonds Google par exemple- sur un critère purement économique ; Il faut trouver un nouveau moyen de faire de l’argent. C’est important mais ce qui est aussi important c’est la partie citoyenne : quel type de citoyens a besoin de quelle information et comment je viens combler ce vide ?

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Il y a quelques semaines, nous rendions visite aux équipes de Brut, ce tout jeune…

Atelier des médias via Twitter
Il y a 10 heures
Disrupt Media Lab FR via Twitter
Il y a 11 heures
Atelier des Médias - RFI via Facebook

L'humoriste Pierre-Emmanuel Barré de la Bande Passante a démissionné…

Plus...