Welcome to the Ladie's Place!

Crédit Photo Danielle Ibohn

 

Ceci est un de ces billets que j’écris à main levée. Ma mère me disait toujours: c'est en faisant les choses sans programmer qu'elles deviennent belles.

 

Ce billet sera de ce fait beau. Hahaha! Enfin pour moi!

 

Je suis un peu dans la cinquième dimension ces jours-ci. Choses bizarres s'accumulant, je ne peux qu’écrire sur l'ADM (atelier des médias). Je sais. Chose bizarre. Mais l'heureux hasard a voulu que je vous parle de mes ladies sur cette plateforme.

C'est sur cette plateforme que j'ai pour la  première fois bloguer professionnellement. Elle a toute une histoire cette plateforme. Très communautariste, je commence à percevoir pourquoi faut que je vous parle d'elles ici.

 

Welcome to the Ladie's place! Je parle pas anglais hein? En tout cas pas encore. Hihihi.*.*

 

Je suis juste depuis peu de plus en plus accoutumée au monde des femmes. Entre les télénovelas, la cuisine, c'est fascinant le monde des femmes. D'habitude scotchée (voire gluée) à mon ordinateur, je soulève juste les yeux pour acquiescer mes sœurs lorsqu'elles se triturent le cerveau voulant opter pour le vêtement qui fera de l'effet.

 

Cependant par l'entremise de Réndodjo, je me suis frottée ces jours ci à un groupe de femmes. Ce sont les Ladie's place. Elles sont près de 1000 membres. La plupart est mariée. Ah! Les préjugés que j'ai sur les femmes mariées: coincée, stricte, rigoureuse, soulante, toujours occupée et n'ayant jamais le temps pour s'amuser. Les femmes des années 2000, c'est bizarre. Elles parlent de tout: recette, petits conseils, éducation, shopping et surtout de sexe de manière libérée.

 

A l’époque, je voyais ma mère et ses copines parler de sexe? Oulà! Grand Dieu! Elles utilisaient des codes sans sens. Va cacher une chose à un enfant. Elles avaient ce terme: "dormi". Il signifiait "coucher" Je passais à des kilomètres et déjà elles changeaieent de conversation. Suspicieuses que je puisse entendre ces paroles qui me pousseront surement à être devierger vers mes 13 ans. Je serais mère d’enfants et ma vie sera foutue. J’irais plus à l’école et je serais la honte de ma famille. Ah ! Les années 90 !

 

Elles m’ont fait tellement peur que je croyais que si j’embrassais un garçon, je tomberais enceinte.

 

Ah! Mes Ladie's place dans une conversation vous décortiquent le sexe dans toutes les positions possibles HAHAHA.

 

En plus d’être libre, elles ont un truc en plus: le sens de l'humour. Elles sont très drôles. Dingue! Vous verrez ma mère et mes copines à l'époque. Elles chuchotaient, piaffaient, maugréaient, rarement riant aux éclats. Ah! Celles qui essayaient d’etre libérées, riant aux éclats, étaient taxées de femmes trop libertines. Et chez nous l'adjectif " libertine" est cousine de "pute".

 

Elles parlent librement mes ladie's place, sans tabou. En plus, elles sont accrocs à Facebook. Elles échangent bien au delà des considérations culturelles. Cool, quand même cette plateforme au delà de ses effets negatifs en Afrique.

 

C'est un groupe Facebook mes Ladie's Place. J'ai pu identifier et je ne suis pas sure leur credo: Être positive quoiqu'il arrive. La solidarité y est tellement qu'elles ont institué ce truc: être des hôtes pour des ladie's de passage dans leur pays. Elles sont de plusieurs nationalités et bizarrement partagent une même culture celle d’être des femmes africaines mariées des années 2000.

 

J'aurais voulu les citer, les mettre en lien. Mais c'est un groupe fermé et c'est mieux comme ça. Quoi? Vous voulez connaitre le monde des femmes? HAHAHAHa C'est notre monde Oh!

 

Les femmes donnent l’envie à tout homme épanoui
Une femme est un poème fait de mille « je t’aime »
Une femme en nos coeurs de la belle poésie sème
Aimer une femme en douceur c’est reconnaître en elle une mère
Séduire une femme, c’est la laisser reconnaître en nous un père
... Les filles sont pour les garçons un trésor de vie et d’amour infini
Une fille est pour un garçon une leçon de tendresse, une belle amie
Mère, maman, mamie, épouse, amante, amie, copine ou collègue
Doux mots d’amour et d’amitié que chaque jour elles nous lèguent
Respecter en chaque femme la douce mère qui nous a porté en son sein
Point de machisme ou de féminisme, l’égalité des sexes est un destin.....

 

Hadjia Aisha, une des ladie's place

 

Son'a ponda (A bientôt)

 

 

 

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias