La stratégie web de Barack OBAMA a joué un rôle essentiel dans son accession à la présidence des Etats-Unis. Du slogan de la campagne, “Yes We Can”, à la Fan Page sur FaceBook, en passant par les blogs, widgets, 4×3 dans les Jeux-Videos et autres outils de propagandes propulsés, mis à disposition et alimentés par le QG démocrate, tout a été finement combiné par une équipe dirigée par Chris Hughes (fondateur de Facebook) afin de fabriquer un président par internet.

Obama, un « Président 2.0 »La façon dont Barack Obama a utilisé internet dans sa campagne et les raisons qui ont fait d’internet l’un des facteurs majeurs du succès de celui-ci démontrent aujourd’hui la percée de l’économie numérique face à la vieille économie, fondement des modèles développés par la génération des Gourous tels que Jacques Séguéla. Ce nouveau succès né de la maitrise impressionnante faite par l’équipe Obama des média sociaux, et de l’usage qu’en fait Obama en tant que candidat, a bouleversé les tendances pour dire qu’internet doit être associé aux medias traditionnels comme la télé et la radio dans la cadre de la communication et du marketing politique.Et internet à lui seul ne suffit pas car il est à la disposition de tout le monde mais ce qui importe c’est son utilisation optimale. Ce n’est donc pas « grâce à Internet » en général qu’il a rattrapé son déficit en termes de notoriété et bouleversé l’establishment politique, mais c’est plutôt grâce à son utilisation efficiente. Pour David Plouffe, le directeur de campagne d’Obama, « le succès de son candidat est relatif à la gestion innovante de trois composantes indissociables : les gens, les données, la technologie ».Toutes les stratégies ont été fondées sur la communication et l'interaction avec les partisans et les électeurs par le biais de technologies associées au concept du Web 2.0 qui est un web social et collaboratif.Les chiffres sont éloquents• 5 millions de supporteurs dans des réseaux sociaux en dehors de son propre réseau social• Plus de 15 communautés en ligne, dont BlackPlanet. Un MySpace pour la communauté afro-américaine, et Eons. Un Facebook pour les babyboomer. Et plusieurs millions de souteneurs sur Twitter• Plus de 3,2 millions de personne lui ont apporté leur soutien. Un groupe, appelé « étudiant pour Obama»a été créé en juillet 2007.• Plus de 5,4 millions d’utilisateurs ont cliqué le bouton “J’ai voté”, afin de faire savoir à leurs amis qu’ils avaient accomplit leur devoir civique et pour les inciter à en faire autant.• Plus de 20 millions de vidéos visionnées sur sa page Youtube• 400.000 billets écrits sur la plateforme de blogDu coté du site de campagne de Barack Obama, le célèbre « mybarackobama.com », on relève une multitude de chiffres intéressants avec 2 millions de profils créés sur la plateforme mybarackobama.com.Toutes les initiatives visaient « à ce que les gens sortent de leurs chaises et se rendent dans leur voisinage ».L'Identité numérique et les campagnes de Fundraising du candidat ont egalement été réussies puisque l'équipe d'Obama a pu récolter 750 M$ en deux ans pour la campagne électorale, contre 360 M$ pour le rival républicain McCain. La strategie et les ressources mobilisées ont permis de fabriquer, de promouvoir, de positionner et de vendre la marque déposée « Obama » sur la toile.MyBarackObama.com a permis de décentraliser la campagne en donnant la capacité aux supporters de s’organiser sur le web et en mettant à leur disposition des moyens pour élargir leur organisation. Et les « MyBarackObamanautes » (internautes qui supportent Obama) voulaient s’impliquer mais voulaient également pouvoir choisir les types d’action qui leur convenaient afin d’élire le premier « Président 2.0 ».Aboubacar Sadikh ndiayehttp://unhub.com/sadikh/
M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Machine Learning, Deep Learning, Informatique Cognitive, réseau de neurones,…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Une galaxie de "refuzniks" appellent à contrer l'hégémonie…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Au-delà du classique feuillet, quels formats pour l'info sur le web ? BBC Research…

Plus...