Jean Abbiateci est un membre de l'Atelier des médias. Journaliste, il se passionne pour le reportage multimédia. Il s'est rendu en Haïti il y a quelques mois et il nous avait parlé de son projet (au début de l'émission) au moment de son départ en compagnie du photographe Julien Tack.

Aujourd'hui, il nous propose les différents reportages qu'il a réalisé à l'occasion de ce séjour en Haïti. Des reportages dont les internautes ont pu suivre la progression en temps réel sur ce blog. Il dresse également un bilan de son travail de reporter multimédia. Un bilan sans concession: notamment sur la difficulté à trouver des médias prêts à payer pour acheter des reportages multimédia.

Jean Abbiateci sera mon invité dans la prochaine édition de l'Atelier des médias. Vous pouvez lui adresser vos questions dans les commentaires de ce billet.

Le travail de Jean Abbiateci:

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bonjour Bertrand

    Je viens de voir votre message : je suis le journaliste auteur de ce web-reportage en Haïti.

    Sur votre premier point, vous avez tout à fait raison, il y a des synergies (papier, photos) à inventer. Reste qu'au prix de la photo, je ne suis pas sur qu'un service comme Fotolia soit d'un grand secours.

    Sur un deuxième point, je me permets simplement de joindre lien sur la discussion que Mme Ndjabun et moi-même avons engagé sur le sujet. Ainsi que le message que j'ai laissé sur le profil de Samuel ce matin pour expliciter ma démarche.

    http://atelier.rfi.fr/profiles/comment/thread?screenName=0v6wp364vh2m9
    http://atelier.rfi.fr/profile/STFORTHANSSAMUEL

    Cordialement

    Jean
  • Bonjour,

    1.
    Je voudrais tout d'abord faire remarquer ici que l'on peut grâce à la rétropublication ("reverse publishing") produire un livre de qualité librairie à partir d'un blog (www.imprimeblog.com par exemple).

    Ne pourrait-on pas amortir les coûts du reportage en associant à la vente des livres issus justement de ces reportages , la vente des photos du reportage (sur des sites comme fotolia par exemple) ,la vente de cd/dvd du reportage ... bref par la vente de tous les produits issus du reportage.

    2.
    Je voudrais également réagir par rapport aux commentaires de Samuel en lui demandant
    de nous fournir des informations, de nous produire des contenus qui permettront de
    mettre en valeur Haïti et présenter la première république noire sous un autre jour.
    Je ne crois pas que Jean Abbiateci veuille délibérément noircir l'image d'Haïti dans
    son reportage , cependant je rejoinds Ndjabun Irène Sidonie sur le fait que la propension
    est très grande pour les médias internationaux de se cantonner à montrer la misère ambiante.

    Merci et à très bientôt.
  • Monsieur, avec tout le respectje vous doit et tant que confrere du metier ,il faut que vous sachiez que HAITI n,est pas que la fain ,il y a d'autre chose de positive malheuresement votre reportage sur la premiere republique noir independant est a revoir c;est pas bon .ou l'equilibre journalistique ,qu;est-ce-que faite avec monsieur MERCI
  • Je suis au regret que ce confrère réitère ce que l'Afrique reproche aux médias internationaux, c'est de se cantonner à montrer la misère ambiante.

    les questions posées à ces français qui font de la télé dans leur salon valent également pour monsieur Abbiateci.
  • Je reposte ici le commentaire de Cécile qui me l'a fait parvenir en message personnel.

    Bonjour Philippe, Je réagis a votre post sur les difficultés du reportage multimédia. Je voudrais demander a M. Abbiateci qui n'a pas réussi à vendre son reportage en Haïti : lorsqu'on part en reportage, a fortiori freelance, on s'assure que notre sujet intéresse une voire plusieurs rédactions pour ne pas travailler pour rien. Ma question peut sembler un peu brutale, mais je suis journaliste multimédia moi même (même si je ne produit pas un travail d'une qualité semblable a celui réalise sur Haïti) et je m'assure, avant de me lancer, de trouver preneur, en s'accordant sur un tarif. Je ne pense pas ici que ce soit une question de format qui n'intéresse pas les médias français, mais peut être plutôt une question de prix. Peu de rédactions sont prêtes a débourser plus de 1000 euros pour un sujet de nos jours... Et puis il y a, malheureusement, une question d'intérêt pour le sujet : ce sujet est-il vendeur/accrocheur... tout cela est à déterminer en amont avec un rédac' chef. Cordialement, Cecile G.
  • J'ai suivi le reportage sur Haiti avec tous mes sens;c'est à dire que tout en moi a ressenti le phénomène de la misère qui ronge les pays du tiers monde. Mais ce que je veux savoir est pourquoi ceci ne se passe que sur des peuples à majorité noire. Et ce que je ne comprends pas aussi c'est que ces peuples déjà fragilisés par la pauvreté vivent encore sous des régimes dictatoriaux. Ma question est alors de savoir si ces reportages changent quelque chose de la vie des pays où ils sont réalisés. Si oui, comment?
  • Le non-achat de vos reportages par les médias ne serait-il pas d'abord leurs présences sur le net en plus de cela un blog ?
  • bonjour Phillipe couve
    j'encourage d'abord Jean de ce qu'il a fait comme bouloty que tout le monde croit impossible en effet je voudrais savoir est ce que Jean connait deja Haiti avant, quelles ses ambitions de faire cette reportage, et les difficullté aréalisés des réportage comment il en sort. Car j'ai fait des reportages photos mais c'est n'aet pas faciles souvent il faut qu'il me dit quelles sont ses methodes
    a bientot
  • J'ai quelques questions pour Jean sur le webreportage : quel matériel d'enregistrement utilise-t-il ? pense-t-il à la forme de la publication au moment du reportage ? Comment bien caler le son avec l'image ? Et continue-t-il de prendre des notes ou bien enregistre-t-il tout pour ensuite sélectionner ce qu'il reprendra à l'écrit ?
  • L'initiative de Jean et Julien est remarquable, j'avais suivi avec grand intérêt leur webreportage, qui donne à voir, à lire et à entendre. Un nouveau genre journalistique qui n'a pour l'instant pas l'heur d'intéresser les grands médias. Dommage.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...