En arrivant dans la région de Surobi (70 km à l'est de Kaboul) en juillet 2009, le Colonel Benoît Durieux, qui commande le 2ème Régiment Étranger d'Infanterie, a compris rapidement qu'un des meilleurs moyens de remplir sa mission était de contribuer à la circulation de l'information. C'est ainsi qu'est née l'idée de Radio Surobi, un média local imaginé, créé et financé par l'armée française dans le cadre de sa présence en Afghanistan. Une aventure improbable que le Colonel Durieux et Raphael Krafft, qui a formé les journalistes locaux, ont accepté de vous raconter dans Médias du Monde. Vous pouvez écouter le reportage réalisé par Simon et poser vos questions dans les commentaires du billet ci-dessous.


Écoutez le reportage (15 min. et 16 sec.)

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Quel est l'avantage de cette radio? et comment parvenez-vous à rester longtemps la bas?
  • Mais, avant d'ecouter cette radio en FM, qu'est-ce que les populations locales ecoutaient? Comment s'informaient-ils? Comment peuvent-ils maintenant se procurer des recepteurs FM, et qui en fait la promotion?
  • Peut-etre une question de vitesse de connexion, un ordinateur trop lent ou une memoire RAM insuffisante....qui font que le temps de chargement des infos audio est long. On observe ce phenomene souvent avec des videos dont le flux de donnees est bien plus important. J'utilise ici le navigateur Firefox sans aucun probleme !
  • Bon j'ai dû télécharger le podcast...

    Très intéressant comme sujet, mais si je comprends bien le Colonel Benoît Durieux, c'est un peu la démarche des membres allemand de l'ISAF qui au Nord ont essayé d'entrer en contact avec la population locale et gagner leur confiance physiquement, en leur parlant et se présentant le moins arnachés possible, mais ici de manière indirecte par une radio et une voix afgahne.
    Je n'ai pas bien compris si il y avait des journaux radiophoniques et si oui, qui choisit ces infos?
    Vous parlez d'un grand succès pour la radio: savez-vous quel est le taux de pénétration et quel est la structure de l'auditoire puisqu'il semble que les émissions soient principalement portées sur la culture?
    Vous mentionnez les reportages des collaborateurs afghans: de quels sortes de reportages s'agit-il?
    Quels sont donc ces financements qui vont aider à la poursuite de cette entreprise et garantir son indépendance?
    MaB
  • Chez nous ça marche il parait qu'avec Internet explorer cela bloque parfois
  • Malheureusement je n'arrive pas à écouter le reportage directement depuis le site...il n'y a que moi qui ai ce problème?
  • y a pas un certain danger que cette radio tombe dans les mains de personnes mal intentionnées qui pourraient s'en servir comme outil de propagande ????
  • Bravo. Comme le dit si bien Raphaël, il faut dire la vérité et laisser la liberté aux journalistes locaux de s'exprimer comme ils savent qu'ils peuvent être compris par la population. Dans la grille, je suggère cependant d'introduire des cours sur la religion musulmane. Si les gens connaissaient l'histoire de leur religion, ils seraient moins fanatiques et plus ouverts d'esprit. L'Afghanistan est un très beau pays, avec une histoire très riche. Que Radio Surobi fasse découvrir aux populations les autres régions du monde (en commençant par les pays voisins), et comment se pratique l'islam ailleurs. L'intégrisme part d'une identité qu'on se construit avec la conviction d'être seul à détenir la vérité. La prise de conscience de la relativité de cette vérité peut servir de déclic...
This reply was deleted.

Articles mis en avant