Vos questions à Laurent Joffrin (Libération)

Laurent Joffrin, directeur de la publication et de la rédaction du quotidien Libération sera mon invité pour une interview que nous enregistrerons ce jeudi. Au moment où Libération lance une nouvelle formule du journal papier et (prochainement) de son site web, c'est l'occasion d'interroger Laurent Joffrin sur sa vision de l'avenir des journaux.

Très engagé également en faveur de l'organisation de "primaires" au sein de la gauche française en vue de la prochaine élection présidentielle, Laurent Joffrin nous dira comment il concilie son métier de journaliste et son engagement politique.

Vous pouvez également lui adresser toutes vos questions dans les commentaires de ce billet.

[Photo: artefranceweb via Flickr]

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Je vois 790 commentaire sur le recension des fraudes au parti socialiste
    http://www.liberation.fr/politiques/0101589793-ps-le-retour-des-que...
    Ou les réactions seront surtout clan contre clan assez stérile.

    Par contre pas le sujet sur la régularisation des comptes suisses n'est pas ouvert aux commentaires
    http://www.liberation.fr/economie/0101589747-allo-bercy-j-ai-herite...
    La ou aurai eu un effet miroir sur l'attitude vis à vis des inégalités et des fraudeurs en France plus intéressant.
  • Juste pour compléter mon commentaire précédent
    Je me réfère au nombre de comptes gratuits créé sur "monlibé" depuis l'ouverture.
    http://monlibe.liberation.fr/account/inscription/validation/user/45...

    A ce sujet pourquoi n'avoir pas jouer le jeu de communauté opensource et avoir rendu public vos dévellopement. C'est votre intérêt à long terme.
  • J'ai lu que votre objectif est d'atteindre 20 000 abonnés payant internet comment comptez vous vous y prendre?

    Vous aviez déjà créé des fonctions communautaires gratuites. J'en compte 45000+. La motivation est de
    commenter c'est à dire se faire entendre et interagir avec les journalistes (espoir sans doute deçu puisque les journalistes ne semblent pas interagir avec les commentateurs).

    Or votre offre ne présente pas vraiment de valeur ajouté au niveau interaction et visibilité. Sauf erreur de ma part je ne vois rien qui ajoute une l'interaction plus forte avec les journalistes si ce n'est la possibilité d'assister à la conférence de rédaction.
  • Questions de logique et de stratégie : pourquoi s'opposer courageusement à la "presse low cost" notamment sur le online... tout en y contribuant soi-même? Je parle des blogs de Libération (auxquels j'ai participé avec Serial Worker). Vous les dites "invités" et donc gracieux ("parce que ça fait de la publicité et de la notoriété"). La belle affaire! Peut-on vivre de cela?

    M. Joffrin, participez gracieusement à un projet éditorial, même online (ce n'est pas un gros mot) quand vous êtez "invité" à écrire "au moins 3 notes par semaine et que vos notes remonte dans les pages du site au même titre que des articles? Restez-vous toujours un "invité gracieux" quand vos notes sont relues et SRisées par une rédaction web?

    Question finale : auriez-vous donc une définition personnelle et complètement novatrice des mots "invité" et "salarié"?
  • Bonjour Laurent Joffrin,
    J'ai quelques questions pour vous d'ordre économique.
    - Combien a coûté ce toilettage de votre maquette? Quel prestataire s'en est chargé?
    - Quels étaient vos ventes moyennes avant et quels sont vos objectifs après (disons pour fin 2009 et fin 2010)?
    - Quelles sont les exigences de votre actionnaire de référence pour les résultats 2009 et 2010?
    - Et last but not least, de combien de journalistes se composent actuellement les rédactions papier et web ?
    Merci beaucoup pour ces éclaircissements.
    Tatiana.
  • Bonjour Laurent,
    voici mes questions:
    °Est-ce que cette nouvelle formule de Libé et de son site est dictée par un souci matériel, avoir des annonceurs, entre autres?
    °Reflètera-t-elle une nouvelle conception de la chose politique même au niveau du PS?
    °Les partis socialistes africains ont grand besoin d'une "troyka" et notamment l"union des forces socialistes marocaines". Ne pensez-vous pas que le renouveau de votre courant aiderait à sortir notre parti, au maroc, de sa léthargie?
    °Avec sa nouvelle formule, nous attendions aussi que le langage change, que les mots aillent droit au but, en toute sincérité, sans aménagements aux hommes politiques même si nous sommes du même bord. C'est la longue attente des adhérents socialistes. Etes-vous d'accord?

    Nina.
  • Bonjour Laurent
    Le fait que l info evolue sur le net ne serait pas accepter la disparition de la presse ou journal papier?
  • Bonjour Philippe et M.Joffrin,

    Je profite effectivement de l'actualité éditoriale de Libé et de ce chat pour vous poser les questions suivantes plutôt sur le versant économique et gestionnaire de cette nouvelle "formule" et qui s'adressent plus au patron d'entreprise que vous êtes aussi (questions généralement ignorées dans les interventions médias relatives à cette actualité alors qu'elles sont au coeur de la pérennité de la presse):

    - d'abord, quel est le montant de cette opération confiée à un cabinet international réputé et non plus aux cabinets de conseil ou designers/consultants habituels ? Comment avez-vous pris la décision d'y avoir recours et selon quelle réflexion de retour sur investissement ? Car les études et exemples récents monrent l'inefficacité de ces nouvelles formules pour reconquérir des lecteurs...

    - en lançant une nouvelle formule (à la suite de nombreuses innovations récentes, ces dernières années: maquettes, etc.), j'imagine qu'elle repose sur des études de marché et de lectorat approfondies. Est-ce le cas ? Quels sont les principaux résultats de ces enquêtes sur l'évolution de vos marchés (lectorat et annonceurs) et sur leurs attentes relatives à Libé en tant que journal quotidien ? En principe, la refonte d'un produit s'accompagne d'un repositonnement marketing: est-ce le cas pour Libé ? Les nouveaux lecteurs que vous ciblez sont-ils en cohérence avec les annonceurs ciblés ?

    - quels ont été le rôle et l'importance des régies publicitaires et agences médias dans cette refonte de Libé ?

    - par ailleurs, est-ce que cette nouvelle formule papier est l'occasion d'une refonte également du modèle économique et organisationnel de Libé ? Par exemple, quid des modalités de gestion de la rédaction dont les responsables doivent faire "travailler plus" une rédaction moins fournie ? Sont-elles redéfinies ?

    - enfin, question plus délicate (en lien avec une autre posée par un autre Internaute): dans votre job de directeur de journal (et ceux précédants de directeur de rédaction), à quoi sert d'appartenir à des clubs parisiens très sélects réunissant les élites (type Le Siècle) ?

    Salutations,
    Matthieu
  • je salue votre professionnalisme
    quelques questions:1 La libération n'est pas menacée?Avez vous les moyens,en adoptant cette nouvelle formule?
    2-Concrètement,vous visez quoi exactement?
    3-Qu'attendez vous de cette nouvelle version du site?Cela ne va t-il pas freiner votre élan d'antan?
    4-Comment analysez vous le paysage médiatique d'une manière générale.
  • Bonjour,
    - lancer une nouvelle formule "papier" était naguère un moyen de trouver ou de retrouver des lecteurs; depuis la fin des années 90, il semble que l'impact des nouvelles formules sur la diffusion et la fidélisation du lectorat est de plus en plus éphémère; pourquoi dès lors s'acharner à changer "l'emballage" (maquette, typo, chemin de fer, rubricage...) sans que le contenu subisse de véritable changement (en dépit des promesses récurrentes de "nouvelle approche" ou de "décalage")? ne vaudrait-il pas mieux "miser" les sommes rondelettes qui sont versées aux designers à des investissements sur le fond, c'est-à-dire en donnant les moyens à l'équipe rédactionnelle de chercher véritablement sous la surface des choses qui est présentée partout aux nuances stylistiques près?
    -cette nouvelle formule papier doit précéder (ou accompagner) une nouvelle version du site web; est-ce que la rédaction va disposer de vrais outils cross-médias simplifiant les tâches d'édition sur l'un et l'autre des supports de diffusion? Autrement dit: est-ce que "Libé" va passer de l'industrie de la presse à l'industrie de l'information?
    -comme beaucoup de patrons de presse français, Laurent Joffrin passe beaucoup de temps sur les chaînes de radio et de télévision; il participe ainsi (brillamment) au débat d'idée dont notre pays à besoin et il fait la promotion de son quotidien. Cette posture semble naturelle dans notre pays. Un ami américain me faisait pourtant remarquer qu'elle était inimaginable en Amérique du Nord. Est-ce que le "boulot" d'un patron de presse dans une période où le modèle économique du secteur s'est délité n'est pas de se concentrer sur les moyens de "sauver le navire"?
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...