Dans la prochaine édition de l'Atelier des médias, je recevrai Bernard Poulet qui vient de publier "La fin des journaux et l'avenir de l'information" aux éditions Gallimard dans la collection Le débat.

Dans ce livre, Bernard Poulet (rédacteur en chef du magazine économique L'Expansion) signe le faire-part de deuil de la presse d'information générale; la presse quotidienne mais pas seulement. Son constat ne surprendra pas les habitués de l'Atelier des médias, pas plus que les arguments qu'il invoque:

  • la baisse de la diffusion de la presse écrite en France
  • la chute des recettes publicitaires
  • la concurrence du web
  • la modification des usages
  • le manque d'adaptation de l'offre éditoriale à la demande d'aujourd'hui

pour ne citer que les plus souvent mentionnés.

Bernard Poulet porte son regard vers les Etats-Unis où la mort des quotidiens est en marche. Il pointe quelques tentatives de réinvention du modèle économique de l'information comme nous tentons de le faire ici aussi. Mais l'auteur ne se hasarde pas à tracer de véritables pistes d'avenir.

Vous pouvez adresser vos questions à Bernard Poulet dans les commentaires de ce billet.Les commentaires sont maintenant fermés, l'émission est enregistrée.

Pour en savoir plus:

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • le constat de monsieur bernard poulet me rends triste moi qui vit dans un pays pauvre où la presse peine à imprimer ses marques. je crains que les acteurs de la presse de mon pays ne sois encore plus clauchardiser si jamains le peu de lecteurs de leurs journaux décidaient de se tourner uniquement vers le web. je voudrais savoir si l'une des solutions ne passe pas par la restauration de la culture de la lecture. car nous savons bien de nos jours la lecture en générale n'a plus une bonne place surtout parmi les jeunes. aussi je voudrais bien savoir si la crise économique actuelle figure parmi les causes du déclin de la presse écrite.
    merci à toute l'équipe de atélir des médias.
  • la baisse de la diffusion de la presse ecrite ne serait-elle pas liée a la perte d'interêt pour la lecture en général?je crois bien qu'on devrait regarder de ce côté là.
  • bonsoir, philippes couvet ,
    j'aimerais savoir , s'il y a analphabétisme que ce soit pour la lecture ou pour l'internet et ainsi l'élévation du taux chômages (manque de moyens de financements) et aussi à un moment les journaux sur papier ne sont plus rentable n'ont pas par le fait de la révolution dans le monde technologique mais par cause que j'ai cité d'avance,
    et on aura accès journaux sur internet ;
    dans ce cas Mr. poulet est ce qu'il va y avoir une redevance et un succès pour le journal électronique?
    Quelle serait la solution dans ce cas là ?
    et merci.
  • Monsieur Poulet : quelle est votre réaction face à la proposition de Nicolas Sarkozy d'abonnement gratuit à un quotidien (d'information générale, national ou régionnal) pour les jeunes de 18 à 25 ans en France ?

    Donner l'occasion de tester est une idée louable, mais si le contenu n'intéresse pas, est-ce que ce n'est pas irresponsable de :
    - faire livrer autant de journaux qui risquent de servir surtout à emballer les épluchures ou allumer le feu de cheminée ?
    - dévaloriser le travail des journalistes et les efforts de journaux auprès d'une génération qui a déjà la culture du "tout gratuit" et qui ne voudra pas payer par la suite ?
    - privilégier le tirage, argument pour vendre de l'espace publicitaire, alors que les annonceurs réduisent très sérieusement leurs budgets ?
    - mettre sur un même plan la presse quotidienne gratuite et la presse quotidienne payante ?
  • - quelles peuvent être les motivations exactes ou profondes de l’élaboration de cet écrit (quand il apparaît comme une sorte de résumé d’œuvres précédentes traitant de la question) ? Acceptez-vous que l’on assimile votre écrit à une synthèse de tous ces ouvrages ?
    - faites-nous selon vous un bref aperçu de la portée de votre écrit ? quel est l’intérêt d’un débat sur le sujet ?
    - qu’attendiez-vous de vous-même et des autres en réalisant cet ouvrage ?
    - quelles ont été les conditions d’élaboration du livre ? (durée, édition,….) et les conditions d’acquisition du livre ?
    - le problème du déclin de la presse n’est-il pas une évidence indubitable depuis l’apparition des NTIC, dont le net ? Pourquoi parlez-vous de déni par rapport au sujet ? Quel intérêt a-t-on a nié la survenue ou l’existence de cette réalité ?
    - selon vous est-ce un mal en soi la survenue de cette réalité que vous décrivez dans ce livre ? Et pourquoi ? Quel serait l’impact de cette fin dans l’évolution du monde ?
    - vous semblez n’avoir pas de portes de sortie face à ce problème, et pourquoi ? Faites une ébauche de solutionnement possible du problème !
    - la fin des journaux signifierait-elle aussi celle de l’information et du métier de journaliste ? Qu’adviendrait-il au monde alors ?
    - En quoi les NTIC seraient-elles néfastes à l’essor de la presse à papier ? Et quelles seraient les solutions envisageables pour éviter le gouffre, si, il y en a ?
    - En parlant de la qualité de l’information, il semblerait qu’il y aurait alors deux types nouveaux d’infos à venir: celles des riches et des pauvres ; comment les reconnaîtrait-on distinctement ? comment et pourquoi cela adviendrait-il ainsi ?
    - Qu’est-ce qui vous fonde à croire à cette déchéance irréversible de la presse écrite ? Dans la catégorisation de la presse écrite, existerait-il une d’elle qui serait épargné ? Pourquoi ?
    - Comment peut-on disposer de cet écrit (achat,copie,….) ?

    Il ne suffit pas seulement de feuilleter l’œuvre de Bernard Boulet pour comprendre l’enjeu réel dont il est question dans cette imminente ‘Fin du journal’ ! C’est de l’avenir de l’info dont il est question ici ! Merci !
  • DU DECLIN INEFFABLE DE LA PRESSE ECRITE ?
    Sur la question de l’évolution des médias dans le monde de nos jours, la polémique autour de la décadence probable et imminente de la presse écrite constituerait un des sujets passionnants dont se délecteraient présentement les érudits du monde journalistique ! Bernard Poulet, en publiant « La fin des journaux et l’avenir de l’information » semble en être un nouveau « Nostradamus » dont les prophéties implacables sur sa réalité laisseraient plus d’un pantois !
    Je n’ai pas eu la chance ni l’occasion de feuilleter encore moins de lire in extenso le livre, mais des avis et observations diverses des commentateurs avisés par-ci et par-là, j’ai pu, à leur juste valeur, apprécier la justesse et la pertinence des notes de monsieur Boulet sur le problème : en effet la presse se meurt et de façon irréversible… !
    Ce serait d'ailleurs une redite, franchement dit, inopportune, inutile et peut-être même inappropriée ici, que d’essayer encore d’analyser cet excellent livre : je voudrais alors, pour nous aider bien cerner la portée de ses écrits, inviter l’auteur à nous éclairer sur certains des points flous suivants que j’ai ainsi notés :
  • Bonsoir à tous . Mr Poulet , votre livre sur la fin des journaux semblent très intéressant. Je suis tout à fait d'accord avec vous sur le fait que la presse écrite est en perte de compétitivité face aux nouvelles technologies de l'information. Internet a révoultionné le monde des médias , d'ailleurs aujourd'hui on demande de plus en plus aux journalistes de s'adapter à ce nouvel outil qu'est internet : maitrise du photoshp par exemple . J' ai deux questioons a vsposer : face à cette fin annoncée de la presse écrite qui semble déja etre consommé outre atlantique , pensez vous que le métier même de journaliste va subir une mutation ? les journalistes sortant de grandes écoles sont formés à cette pratique de la presse écrite , incontournable dans le métier comme on le sait puisque la plupart des journalistes débutent par de la presse écrite . Avec internet , la donne va changer , sera t'il encore pertinent de former nos futurs journalistes à ce média là qui est en perte de vitesse ? De plus avec la profusion et la généralisation de l'information sur internet , le fait même de s'informer deviendra " banal " , qu'en sera t'il du rôle du journaliste et de son sens critique de l'information ?
  • Je pense que l'idée de Benoît est intéressante.
  • Réponse à Sidonie
    A notre avis,il ne s'agit pas de paniquer, il faut plutôt envisager avec lucidité le constat fait par Poulet (que je partage), parce que le monde évolue; les choses ne peuvent rester toujours en l'état elles sont; la science va continuer à bouleverser nos certitudes; le problème est qu'il faut s'adapter, les médias et leurs acteurs doivent s'adapter au nouveau contexte de la Société de l'Information; ne dit-on pas que Obama a bâti un grand partie de sa campagne sur l'Internet? Je partage l'avis d'Aliocha ( dont j'adore le blog ::)) que le journalisme et l'information ne peuvent plus et ne doivent plus se faire comme avant.Nous sommes dans un monde où il faut apprendre à apprendre pour s'adapter et survivre.
    L'Afrique doit s'impliquer.
  • Bonjour je partage largement l'idée que la mort des journaux est inéluctable. J'ai précisé les raisons dans de nombreux billets sur YouVox Tech dont le dernier : http://www.tech.youvox.fr/La-presse-peut-elle-survivre-a-la,0859

    Ce n'est pas le métier de l'information qui disparait mais une chaîne de valeur depuis le "sourcing" jusqu'à la diffusion financé par un modèle économique menacé par l'ubiquité de l'information.

    J'imagine néanmoins 3 modèles survivant comme je l'ai détaillé dans le billet :

    - le massivement multi supports permettant d'amortir les coûts de création de contenus
    - le massivement low cost dont YouVox est l'une des options: pas de coûts fixes
    - la fourniture de contenus dans des offres sur abonnements intégrés à des services de télécommunication ( accès internet, téléphonie etc...)

    En dehors de ces trois modèles il peut y avoir quelques exception mais elles devraient rester marginales.

    CJ
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...