Article publié le: 27 Avril 2012 - Auteur: SERIBA KONE - Source: Lebanco.net
Qui l'eût cru. Et pourtant, c'est vrai. En dépit de l'attachement du chef d'Etat Alassane Ouattara et du président de l'Assemblée nationale, Guillaume Kigbaforo Soro à voir les Ivoiriens se réconcilier avec eux-mêmes dans le cadre d'un retour définitif à la paix afin de faire face, tous ensemble au développement, nulle part dans les discours des deux personnalités, il n'a été évoqué le nom de ses deux circonscriptions électorales que sont Bonon et Facobly.
Deux régions qui n'ont pas encore connues le résultat des dernières législatives du 26 février 2012. Sur la situation, l'Organisation des nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) est demeurée inquiète devant l'absence de décisions claires en ce qui concerne ces deux circonscriptions. Au cours d'un de ses points de presse hebdomadaire le porte-parole d'alors, Hamadoun Touré a rappelé que la Commission électorale indépendante (Cei) avait dit son impuissance à proclamer les résultats dans ces zones et confié le dossier au gouvernement. " Face à ces développements, en vue d'apaiser la situation et de contribuer à protéger les droits des électeurs et des candidats, l'Onuci a initié une enquête immédiate en coopération avec le Gouvernement pour aider à faire la lumière sur les événements ayant marqué la reprise des élections législatives dans ces deux circonscriptions, le 26 février 2012 ", a soutenu Hamadoun Touré.
Plus de deux mois après, point de résultats d'enquêtes. Pis le droit des milliers d'électeurs de ces deux circonscriptions est bafoué. Le gouvernement à travers le chef de l'exécutif, Alassane Ouattara qui ouvre pour le retour définitif d'une paix durable en Côte d'Ivoire comme au bon vieux temps n'en a pas fait cas dans ses différentes interventions au cours de sa visite historique des 21 au 24 avril 2012. Pourtant, juste après cette tournée il s'est rendu à Yamoussoukro où s'ouvrait solennellement, lundi 25 avril 2012 à la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix, la 1ère session ordinaire de la 2ème législature de la 2èmeRépublique de Côte d'Ivoire. Là encore, le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Kigbafory Soro (GKS) a omis d'interpeller le gouvernement sur ces deux circonscriptions dont les populations n'auront peut-être pas de députés dans cette nouvelle assemblée. "La reconstruction" de l'assemblée nationale avec en prime, la conviction de lui donner son "prestige d'atan" se fera nulle doute sans Facobly et Bonon.
Même si le député est l'élu du peuple, GSK a conseillé aux élus d'être plus proches de leurs administrés. Qui seront les porte-paroles de Bonon et Facobly à l'assemblée nationale ?
L'on a cru à un moment donné de son allocution que Guillaumes K. Soro, tout en évoquant la présence du Pouvoir Exécutif et du Pouvoir Législatif, il allait aborder ce sujet. Puisqu'il a pris l'engagement "de désobéir". Que nenni ! Il rendu un hommage mérité au Président Alassane Ouattara.
"Pour une fois, souffrez que je salue votre endurance, votre persévérance en politique. Comment ne pas voir en vous un homme d'exception ? Comment ne pas apprécier en vous ce grand homme d'Etat, comme il s'en compte hélas bien peu de nos jours. Votre parcours politique a été si pénible et si douloureux ! Le cheminement de votre vie si périlleux ! Vous dont la dignité a été bafouée et insultée, vous qui avez dû vous battre pour la reconnaissance de votre nationalité ! Vous dont la résidence a été entièrement brûlée, non pas seulement les murs, mais les souvenirs si précieux que vous y conserviez ! Vous qui avez dû, sous vos yeux, voir mourir vos proches (Cousins, Oncles), vos militants. Vous, l'homme politique ivoirien qui avez subi la meurtrissure de la profanation de la tombe de votre propre mère !", a indiqué GKS. Qui a laissé tous les observateurs politiques sur cette épineuse affaire, notamment l'Onuci sur sa faim.
Alassane Ouattara, le Président des Ivoiriens qui a subi toutes ces douleurs peut-il accepter qu'une partie de son peuple ne soit pas représentée à cette nouvelle assemblée nationale. En tout état de cause, les circonscriptions de Bonon et de Facobly sont dans l'expectative, par la faute de certains politiciens en mal de publicité.
Cependant, pour la transparence dans les affaires du gouvernement, le peuple attend les résultats de cette enquête, qui doit situer les responsabilités.
Car, l'on ne peut pas frustrer la voix des populations et mettre le résultat des enquêtes dans les tiroirs, comme cela est de coutume en Côte d'Ivoire ces dix dernières années. Il faut rendre public cette enquête, en déterminer les responsabilités, punir les auteurs selon la loi et proclamer la victoire de ceux qui auront gagné.
SERIBA KONE
seriba67@yahoo.fr
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier