Violences contre les journalistes en France (2/2)

Depuis quelques mois, les témoignages, les signaux, les alertes se multiplient qui dénoncent une violence de plus en plus grande des forces de l’ordre à l’encontre des journalistes en France. Rien de spectaculaire mais un état de fait qui s’installe discrètement et, semble-t-il, sans obstacle majeur.

Nous avons choisi, à l’Atelier des médias, d’explorer les violences auxquelles sont exposés les journalistes dans la couverture de manifestations publiques en France.

Nous avons recueilli, rassemblé, des dizaines de témoignages. Nous avons également recensé tous les cas connus de violences contre les personnes qui couvrent les manifestations publiques. Pendant deux semaines, nous vous avons livré le fruit de cette recherche.

Ce texte est une adaptation écrite de notre émission portant sur les violences à l’encontre de journalistes lors de manifestations publiques en France. Il est issu d’un travail collectif de l’Atelier des médias avec un appui de Tomas Statius et Sarah Lefèvre de StreetPress.

Épisode 2 Le Glissement

NDLR : le son ci-dessus est la version longue de notre émission. Les autres, ci-dessous sont des bruts d'entretiens

Second volet de notre enquête portant sur les violences auxquelles s’exposent les journalistes qui couvrent des manifestations publiques en France.

Dans l’épisode précédent, nous nous sommes arrêtés après avoir rencontré Paul Coppin de Reporters Sans Frontières qui a confirmé que son organisation avait observé une “banalisation de la violence ciblant des journalistes”. En se fondant sur les écrits d’ONG et de confrères ainsi que sur des témoignages, nous pouvons affirmer que le problème prend de l’ampleur durant les mouvements populaires contre la loi travail en 2016. Les questions que nous nous posons maintenant sont celles de l’envergure et de la persistance de ces violences. C’est pour cela que je décide de faire appel à Mathias Virilli, collaborateur régulier de l’Atelier Des Médias. Son rôle est de recenser toutes les violences contre des journalistes dans les trois ou quatre dernières années. Les résultats de ce recensement confirment qu’un phénomène de violence à l’encontre de la presse existe en France.

Couvrir une manifestation violente

Pendant que j’épluche les rapports et les articles liés aux violences policières contre les journalistes, Marie-Stéphanie Servos et Constance Léon se sont rendues en manifestation avec Sarah Lefèvre et Tomas Statius de Streetpress.

C’était le dimanche 16 avril 2017, à une semaine du premier tour de la présidentielle, à Aubervilliers, où avait lieu un rassemblement “antifasciste”. En suivant plusieurs professionnels et en interrogeant des journalistes, elles reviennent en ayant observé plusieurs éléments :

  1. Presque tous les journalistes qui couvrent ce type de manifestations viennent avec un équipement de protection : casque en plastique contre les projectiles, masque ou foulard pour les fumées et les gaz lacrymogènes.

  2. Les professionnels de l’information se méfient à la fois de la police et des manifestants même s’il semble que les relations avec la police se sont détendues depuis 2016.

  3. Certains professionnels estiment toutefois que les relations entre police et journalistes n’ont jamais été aussi tendues.

  4. Les grands médias forment désormais leurs équipes avant de les envoyer couvrir des manifestations en France. L’AFP fournit des kits comprenant notamment un casque et un gilet par balles (jamais utilisé par l’équipe de Seine Sainte Denis).

  5. Certains grands médias, dont TF1, envoient des vigiles chargés de protéger leurs équipes des manifestants violents ou intrusifs (quand un direct est prévu).

La violence contre les journalistes est “cyclique”

Une question reste ouverte. Beaucoup d’observateurs s’accordent à décrire les violences contre la presse comme un phénomène nouveau. Mais qu’en pensent les journalistes expérimentés ? Nous interrogeons deux professionnels de l’information qui ont couvert des mouvements sociaux à plusieurs reprises pendant leur carrière

Rémi Barroux travaille au Monde depuis 1999. Par sa spécialité, l’environnement, il a été amené à couvrir des manifestations violentes. Il a par ailleurs un passé de militant antérieur à sa profession actuelle. Il se souvient des rassemblement contre la loi Devaquet  en 1986 : “Au moment de Malik Oussekine, les pelotons de policiers voltigeurs arrivaient à deux sur des motos et tapaient indistinctement tout ce qui était devant eux, que ce soit un photographe ou un manifestant : c’était archi-violent”.  Pour lui, la violence est intrinsèque aux mouvements sociaux, “seule son intensité fluctue”.


Michel Soudais
, rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire Politis, a couvert de nombreuses manifestations en suivant les personnalités politiques. A ses yeux, les rassemblements contre la loi travail en 2016 représentent un tournant. “Il y avait des fouilles, on nous empêchait de venir avec un casque de protection. On pouvait se faire confisquer des lunettes ou des masques contre les gaz lacrymogènes”. Il n’avait jamais connu ce type de dispositifs filtrants par le passé. Pour lui, “les gaz lacrymogènes étaient auparavant utilisés à des endroits ciblés lors des manifestations”, les professionnels de l’information n’avaient donc pas besoin de se protéger avec un masque à gaz. Enfin, Michel Soudais n’avait “jamais vu l’emploi de grenades de désencerclement” lors de rassemblements antérieurs.


Le point sur l’enquête

Nous sommes maintenant à la veille du premier tour de l’élection présidentielle. J’ai, je dois l’admettre, le sentiment que nous enquêtons sur un phénomène qui pourrait n’avoir été que passager. Conjonction de :

  1. Nouveaux profils journalistiques nés à la faveur de Periscope ou Facebook live, d‘omniprésence de la vidéo avec les téléphones portables.

  2. D'État d’urgence, de surmenage des forces de l’ordre, d’assassinat de policiers avec une crainte pour les agents d’être montrés, partagés, indexés sur les réseaux sociaux.

  3. Mouvement sociaux eux même indisciplinés et parfois violents.

Des signes laissent toutefois penser que la situation n’a pas vocation à s’améliorer.

  1. Persistance de la menace terroriste.

  2. Multiplication des attentats contre les policiers.

  3. Radicalisation des mouvements de contestation sociale.

  4. Développement de nouvelles techniques de maintien de l’ordre dénoncées pour leur dangerosité, leur violence et leur inefficacité.

Journaliste en garde à vue

Le 23 avril arrive, journée de vote en France. A Hénin-Beaumont, des centaines de journalistes viennent voir Marine Le Pen glisser son bulletin dans l’urne. Parmi eux, Jacob Khrist, photojournaliste au sein du collectif Hans Lucas.

Jacob ne s’en cache pas, il était présent à Hénin-Beaumont pour photographier, entre autres, une action des Femen dont il avait été informé par avance (au même  titre que des grands journaux ou que l’AFP). Quand les militantes arrivent “en limousine” et sortent “les seins nus”, Jacob commence à les photographier. Au bout de quelques secondes, il est saisi violemment par deux hommes en civil. Le photographe croit à une agression de militants extrémistes et appelle à l’aide.

Après avoir été immobilisé, il est remis à deux policier en uniforme qui le menottent pour le conduire, en compagnie de 6 militantes Femen, au commissariat de Lens. Une heure après son arrestation, à 11h30, il est emmené en cellule. Ses mains sont en sang (il les a éraflées en protégeant son boîtier) et il ne sait pas ce qu’on lui reproche. Dans l’après-midi, on lui apprend qu’il est soupçonné de complicité d’exhibition sexuelle. Le journaliste tombe des nues puisque, explique-t-il, “cela voudrait dire qu’à partir du moment où je photographie une action qui tombe sous le coup de la loi, je peux être accusé de complicité”. “J’imagine donc, à ce moment là, qu’on pourrait arrêter la plupart des photoreporters”.

Jacob est entendu une première fois à 22h30. Il peut alors expliquer qu’il était là pour couvrir le scrutin présidentiel et également l’action des Femen, un groupe qu’il suit depuis longtemps comme photographe. Le commissaire précise, quant à lui, qu’en plus de complicité d'exhibitionnisme, les deux policiers qui l’ont arrêté ont parlé de véhémence de Jacob à l’encontre de Steeve Briois. C’est donc à ce moment que Jacob acquiert la certitude qu’il a été interpellé par deux policiers.

Le journaliste passe la nuit du 23 au 24 avril en cellule. Le lendemain matin, il a rendez-vous en visioconférence avec le procureur de la République qui lui apprend qu’on le soupçonne également de “rébellion”.

Le photojournaliste, qui a le sentiment qu’on “cherche la petite bête” pour lui nuire,  est alors reconduit en cellule où il attendra toute la journée. Vers 20h30, après plus de 34 heures de garde à vue, il apprend qu’il va être libéré sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui.

Jacob Khrist a choisi de communiquer largement sur cet incident dans la mesure où il estime que ces méthodes sont extrêmement dangereuses et pernicieuses. “Si j’avais réagi avec brutalité ou insulté les personnes qui m’ont arrêté, de victime je serais devenu coupable : c’est là que réside le danger”.

Selon notre recensement, au moins 6 professionnels de l’information ont été interpellés et privés de liberté dans Nord Pas de Calais entre 2016 et 2017. Nous avons tenté de joindre la préfecture de ce département sans succès.  

Un autre journaliste bousculé et frappé par la police le 23 avril

Revenons à Paris. Nnoman Cadoret est journaliste et photographe. Il s’est attiré une audience assez importante sur les réseaux sociaux en réalisant des vidéos en direct de manifestations publiques. Dans la nuit du 23 avril, juste après l’annonce des résultats du premier tour de la présidentielle, des manifestations spontanées ont éclaté dans l’Est de la capitale. D’abord à Bastille puis à République où Nnoman commence un direct Facebook.

Comme beaucoup de figures de sa génération, Nnoman est engagé, notamment contre les violences policières. Dans ses vidéo, son ton, loin d’être policé, tranche avec le détachement et la distance journalistiques traditionnels.

Ce soir là, quand il voit, et filme en même temps, un groupe d’hommes en civil utilisant des lanceurs de balles de défenses (LBD) d’une manière qu’il estime dangereuse, il s’approche d’eux et les harangue. A l’image il est clair que ces hommes ne portent pas d’insigne permettant de savoir s’ils sont policiers. On voit également qu’ils tirent avec leur LBD vers une foule au loin, en tenant leurs armes assez droit ce qui semble dangereux puisque ces outils sont imprécis et doivent viser les membres inférieurs. Quand Nnoman s’adresse à ces hommes, l’un d’eux frappe violemment le téléphone du vidéaste en lui demandant s’il possède une carte de presse.

Après cette montée de tension, Nnoman Cadoret s’éloigne et continue à filmer et commenter ce qu’il voit. Quelques instants plus tard, les hommes en civil et sans brassard reviennent vers lui. Les agents de police expliquent à Nnoman qu’ils souhaitent le contrôler. Il répond qu’il accepte de se soumettre. On ne comprend pas, pourquoi un des policiers agrippe le téléphone du jeune vidéaste et lui demande de la lâcher en le tutoyant. Le direct est finalement interrompu quand Nnoman accepte de lâcher son téléphone. Cette première vidéo a été vue plus de 50000 fois.

La direct suivant, lancé dans la nuit du 23 au 24 avril comptabilise 400000 vues. On y voit un jeune homme qui a l’air sonné et apeuré. Nnoman y explique que les hommes en civil l’ont isolé, bousculé, frappé avec son appareil photo avant de lui confisquer une carte mémoire contenant ses images de la soirée. Des faits qu’il nous a détaillé par la suite.


Nnoman Cadoret a porté plainte à la suite de cet événement. Son dossier est en cours d’instruction. Son histoire fait, en tout cas, écho à d’autres témoignages de photographes contraints d’effacer leurs images ou privés de leur carte mémoire par les forces de l’ordre.

L’arrestation et garde à vue de Jacob Khrist ainsi que l’agression de Nnoman Cadoret nous confortent dans l’idée que les dérapages et violences observés à Rennes, à Calais, en marge de Nuit debout ou à l’occasion des manifestations contre la loi travail sont susceptibles de perdurer.

Les blessés du 1er mai 2017

Arrive la manifestation du 1er mai 2017 à Paris entre les places de la République et de la Nation. Tout le monde a vu l’image AFP de ce CRS transformé en torche humaine par un cocktail molotov. Si, comme nous, vous suiviez les événements sur twitter ou FB, vous avez probablement vu passer également plusieurs images ou messages de journalistes blessés ce jour là. Nous en avons rencontré plusieurs :

Stéphanie Roy qui travaille pour Line Press


Le photographe Stuv-Pic

Henry Langston de Vice UK

Cette manifestation nous a permis de comprendre un élément qui joue un rôle dans le phénomène de violences contre les journalistes.

En fin de journée et le lendemain du 1er mai, les radios et télévisions reprenaient en chœur le bilan de la préfecture de police : 6 policiers et une personne blessée en tombant d’un escalier.

Ces chiffres officiels ne mentionnent aucun blessé parmi les manifestants. Nous en avons rencontré 3 et nous savons que l’organisation Street Medic Paris affirme avoir soigné 124 personnes ce jour-là.

Si autant de journalistes ont pu être blessés sur les 4 dernières années sans que personne ne tire l’alarme, c’est en partie parce que tous les blessés légers sont ignorés dans ces mouvements et qu’on colporte avec trop de complaisance des chiffres officiels notoirement inexacts et partiels.

Difficile, en tous cas, de savoir si les 5 violences constatées contre des journalistes ce 1er mai étaient intentionnelles.

Même chose à Nantes, le 7 mai dernier, où 3 photographes ont été blessés par une grenade de désencerclement.

Idem le 8 mai 2017, à Paris, où 5 journalistes ont reçu des coups durant la manifestation contre “le précariat généralisé”.

Impossible de connaître les intentions de forces de l’ordre au cœur de mouvements qui leurs sont violemment hostiles.

Impossible et inutile finalement tant les chiffres parlent d’eux même et indiquent des dysfonctionnements qui mettent en danger les personnes qui couvrent ces rassemblements.

Le point de vue de CRS

Nous avons sollicité des entretiens avec la direction de la Police Nationale, le Ministère de l’Intérieur, la Préfecture de Police de Paris, les préfectures d’Ille et Vilaine et du Pas de Calais ainsi que l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), aucune de ces entités n’a souhaité nous répondre.

J’ai également pris contact avec des représentants de la police, plus précisément des compagnies républicaines de sécurité, les CRS. David Michaux Secrétaire national CRS pour l’Unsa police a accepté de me rencontrer. Je lui ai exposé les résultats de notre enquête.



Pour David Michaux, il est difficile de différencier les journalistes des manifestants dans le feu de l’action, ce qui explique les blessures de journalistes. Lors de l’entretien, le CRS m’a confirmé que, par précaution, il lui semble normal de retirer du matériel de protection à des personnes se réclamant de la presse mais ne possédant pas de carte de presse.

Concernant l’utilisation d’armes intermédiaires, comme les LBD, ou de grenades de désencerclement, le représentant syndical m’explique que leur usage est extrêmement encadré mais qu’il est tout à fait possible que des accidents surviennent. “Il nous arrive de nous blesser nous-même avec des grenades de désencerclement” me confie-t-il. Il ajoute “qu’on n’est pas à l’abri d’un rebond avec les balles de LBD”.

J’interroge enfin David Michaux et son collègue Thomas Toussaint sur l’omniprésence d’images liée aux nouvelles technologies. Les deux hommes confirment que leurs collègues ont peur de “retrouver leur visage sur les réseaux sociaux”.

Dans l’ensemble, David Michaux réfute les accusations de ciblage des journalistes par les forces de l’ordre lors de manifestations en France. Ils confirme, en revanche, plusieurs éléments de notre enquête: rôle de la carte de presse, dangers liés à certaines armes imprécises et stress lié à l’omniprésence de caméras et d’images.

124 cas de violences en France depuis 2014

Pour avoir une idée plus précise de l’ampleur des violences faites à l’encontre des journalistes, j’ai demandé à Mathias Virilli de recenser toutes les situations connues où des journalistes ont subi des violences lors de manifestations publiques en France. Son compte rendu est à lire ici. Vous pouvez explorer le tableau ci-dessous. Vous noterez qu’il y a plusieurs onglets. L’un est consacré aux violences non policières.

En résumé, Mathias a pu recenser 124 cas de violences policières contre 87 journalistes sur 60 manifestations depuis 2014. Avec 69 violences, l’année 2016 a été la plus dure pour la couverture des manifestations. Il y en a eu 8 en 2014, 19 en 2015 et 24, à ce jour, en 2017.

Les faits répertoriés se déroulent principalement à Paris, mais aussi à Rennes, Nantes, Toulouse ou encore Calais. Les victimes de ces violences sont souvent des journalistes de l’image (40 au moins parmi les 87 recensés). Parmi toutes les personnes recensées, 22 sont détentrices de la carte de presse.

Ces violences peuvent être des insultes (même si beaucoup de journalistes ne les comptent plus), des menaces, des intimidations.... Il y a eu 9 gardes à vues de reporters arrêtés dans l’exercice de leur fonction. Il y a aussi de la violence physique : des coups de matraque (31 cas connus), 22 situations où des journalistes ont été touchés par des grenades de désencerclement, 11 par des grenades lacrymogènes, 9 tirs de balles de défense, 5 coups de bouclier, 4 coups de pieds.

23 plaintes déposées, soit au commissariat soit directement à l’IGPN. 6 ont déjà été classées sans suite. Pour les autres, soit elles sont encore en cours de traitement, soit les journalistes étaient sans nouvelles quand Mathias les a contactés. Le Défenseur des droits a quant à lui été saisi à 4 reprises.

Un glissement

Au terme de cette enquête nous pouvons affirmer que :

  • Les manifestations contre la loi travail en 2016 ont révélé une dégradation des relations entre les journalistes et les forces de l’ordre qui remonte au moins à 2014 et perdure en 2017.

  • Les violences policières s’inscrivent dans un contexte de violence et de défiance généralisées à l’encontre des journalistes.

  • Pour des raisons liées à leur support, l’image, les photographes et cameramen sont les plus susceptibles de recevoir des coups délibérément ou accidentellement lors de manifestations.

  • Les journalistes qui couvrent les manifestations potentiellement violentes sont d’ailleurs équipés de matériel de protection, casque pour les projectiles et masque pour les gaz lacrymogènes et les fumées. Il n’existe pas de signalisation normée ou universelle pour identifier ces professionnels lors des manifestations.

  • Le statut des journalistes joue un rôle et plus particulièrement la possession ou non de la carte de presse. Un problème qui nécessite une prise de conscience et un traitement urgent. Il n’est malheureusement pas rare de voir un journaliste avec carte de presse balayer d’une main dédaigneuse ce problème de violence par un “ils n’ont même pas la carte de presse”.

  • Les techniques et outils de maintien de l’ordre ont évolué sur les derniers mois et dernières années et cela a des conséquences sur la sécurité et les blessures des journalistes.

  • Ce phénomène de violences passe quasiment inaperçu notamment parce que les manifestants blessés légitimement ou non par les opérations de maintien de l’ordre ne sont pas comptabilisés correctement en France. Ce qui empêche par ailleurs d’évaluer l’efficacité et la dangerosité des techniques de maintien de l’ordre.

  • Les évolutions technologiques et médiatiques impliquent une omniprésence de l’image qui ajoute du stress aux policiers et influe probablement sur le déroulement des manifestations.

crédit image principale (Arrestation Jacob Khrist) : FRANCOIS LO PRESTI /AFP

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Les commentaires sont clos.

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Voila un nouvel événement pour mettre en lumière l'innovation…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

« L’idée, c’est de mettre en place un mouvement citoyen à grande…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Loïc Hervouet a récemment proposé aux participants des 46eme Assises de…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Faites un geste pour l'information, imprimez cette image et accrochez là dans votre…

Plus...