C’est le plaidoyer émis par Dr Azabji-Kengfack Marcel au cours de sa présentation. On peut nourrit la population en gagnant de l’argent grâce à la spiruline.

 

La situation est critique. Les statistiques démographiques de 2011, publiées l’année dernière, en fait échos. 33% des enfants ne mangent pas comme il se doit au Cameroun. Et Dr Marcel Azabji-Kengfack se tourne vers l’Organisation mondiale de la santé (Oms). C’est pourquoi, il rappelle, dans sa posture de père et de médecin, qu’« un enfant de moins de cinq ans qui a une carence nutritionnelle est un futur adulte « défavorisé intellectuellement » est probablement inapte à la compétition internationale (pays émergents) ».

Dans son exposé intitulé « Santé et business citoyen » au 9 Ideas Conference ce 30 mars 2013 au Gicam à Douala, l’homme de santé estime qu’on peut faire un business citoyen pour l’enfant défavorisé. Normal. Nous sommes dans un monde capitaliste. Ceci doit se faire sans bousculer ou modifier les habitudes nutritionnelles. Tout en tenant compte du pouvoir d’achat et de la disponibilité. Il faut donc rentrer dans le créneau du business citoyen. Pour ce faire, Dr Marcel Azabji-Kengfack propose la culture de la Spiruline qui est une bactérie (algue microscopique) consommé depuis 4 siècles à Aztèques au Mexique et Mozambique. Cette plante permet, d’après le médecin, « d’équilibrer le diabète, améliorer la capacité sportive (en aidant à la récupération, lutte contre l’asthénie…), freine le vieillissement cellulaire par les propriétés anti oxydantes du B-carotène, de la phycoyanine et de la vitamine E ; propriété cicatrisantes. Le Benin exporte la spiruline vers la France. En la cultivant au Cameroun, elle peut être vendu a environ 4 millions de clients seulement à Douala et Yaoundé ».

Petite crainte docteur. A voir ses avantages, ne serait-elle pas un dopant ? « Oui. C’est du dopage naturel mais légal. Des champions en France et en Chine ont témoigné avoir consommé la spiruline. Le comité olympique international reconnait la spiruline comme aliment et non comme dope », rétorque Dr Marcel Azabji-Kengfack. La spiruline est cultivée à Yaoundé et transformée en savon et gels. La version séchées peut être conservée entre trois et cinq ans.

Frank William BATCHOU

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...