Turquie : la liberté d’expression en danger

L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. Nous y avons découvert une presse instrumentalisée, des journalistes muselés, agressés, emprisonnés. Un pouvoir liberticide qui censure des milliers de sites internet dont, tout récemment, Twitter et Youtube. Nous avons vu un peuple divisé, inquiet. Une jeunesse urbaine révoltée qui continue plus de 10 mois après la mobilisation de Taksim de manifester régulièrement malgré une répression systématique et violente.

 

Politiquement affaiblis par la contestation du parc Gezi, en guerre contre la confrérie religieuse de Fethullah Gülen et empêtrés dans un scandale politico-financier, Recep Tayyip Erdoğan et son parti l’AKP, au pouvoir depuis 12 ans, multiplient les pressions contre les journalistes. Fin février, des enregistrements audio sont apparus sur internet. On y entend un premier ministre corrompu, malhonnête, usant de son pouvoir pour faire taire la presse. En 2013, 94 employés de médias ont été licenciés pour des raisons politiques. Pays pourtant loué pour sa modernité, puissance régionale incontestée et membre de l’OTAN, la Turquie se classe à la 154ème place sur 180 dans le classement mondial de la liberté de la presse. Un classement dû aux pressions dont sont victimes les journalistes. Plus largement, la liberté d’expression sur internet est en danger comme l'ont rappelé les blocages récents de Twitter et Youtube par le premier ministre.

Une presse « riche » mais muselée

 


Erol Önderoğlu est journaliste pour le site internet bianet.org et correspondant en Turquie de Reporters sans frontières (RSF). Il dresse le portrait sombre d’une presse pourtant foisonnante.


« Je pense avant tout qu'il faut parler d'une presse très riche, plus de 250 chaînes de télé nationales, régionales, départementales. Des milliers de radios qui émettent sur l'Anatolie. Plus de 2000 journaux dont 35 à l'échelle nationale. Nous avons des médias régionaux mais aussi des grands groupes, basés à Istanbul essentiellement, qui regroupent des sociétés qui opèrent dans différents secteurs. Le secteur de la construction, le secteur banquier, le secteur de l'automobile. »

Une collusion généralisée entre patrons de presse, industriels et pouvoirs publics nuisible pour le travail des journalistes, incapables de « produire un contenu indépendant, critique du gouvernement », affirme Erol Önderoğlu.

« On évalue à plus de 50 le nombre de journalistes et d'employés de média emprisonnés. »

Une pression également exercée par l’organe judiciaire et l’instrumentalisation des textes législatifs. Les lois anti-terroristes, contre la diffamation et l’insulte, sont tellement vagues que « le seul fait de critiquer la politique du premier ministre fait que le reporter ou le chroniqueur passe devant les tribunaux et peut être condamné à la prison », insiste le correspondant de RSF.


Virée pour un tweet


Sibel Oral, journaliste culture, a perdu deux fois son emploi en un peu plus d’un an pour ses opinions politiques. En janvier 2013, avec sept de ses collègues de journal Taraf, elle démissionne car la direction refusait les critiques contre l’action du gouvernement. En janvier 2014 elle est embauchée pour s’occuper du supplément culture du journal Akşam. Deux mois plus tard, elle est licenciée pour un tweet.

« On m'avait garanti qu'il n'y aurait pas d'intervention dans le contenu de mon travail. Pendant les deux premiers mois, je n'ai subi aucune pression. Je travaillais seule pour préparer le supplément du dimanche, Akşam Trend. Le dernier jour du mois de février, j'ai été invitée dans le bureau du coordinateur de l'information. (…) Il m'a reproché de publier des tweets critiquant Erdogan. Je ne comprenais pas la situation. Ceux qui me suivent sur Twitter et les réseaux sociaux savent très bien que je critique le gouvernement et son Premier ministre. J'ai demandé: est-ce que vous me virez ? Il m'a répondu que la décision provenait du président du groupe détenant le journal qui ne voulait plus de moi. C'était mon dernier jour à Akşam. J'ai récupéré mes livres et je suis partie. »

Des chaînes de télévision asphyxiées économiquement


Pinar Isik Ardor est directrice de l’information de la chaîne Cem TV. Elle dénonce les pressions subies par les télévisions prenant la forme de suspensions d’antenne, de fermetures de chaîne et de pertes de recettes publicitaires. « Notre situation économique n’est pas brillante, cela fait cinq mois que le personnel n’est pas payé », se désole la journaliste.

« Notre couverture des manifestations de Gezi nous a valu des suspensions et des amendes injustes. Aujourd’hui, on sait qu’il y a eu des interventions directes de l’AKP et de son leader, le Ppremier ministre Recep Tayyip Erdogan, pour dissuader les médias de couvrir la révolte populaire de Gezi. »

Le pouvoir de la confrérie religieuse de Fethullah Gülen


Ahmet Sik est journaliste indépendant. Il est l’auteur de l’Armée de l’imam, un livre sur la main mise de la confrérie religieuse de Fethullah Gülen sur l'appareil d'Etat. Au cours de son enquête, il a fait les frais de sa curiosité. Impliqué dans le cadre des procès « Ergenekon », le journaliste est accusé de terrorisme. Il est emprisonné, sans justification, pendant 13 mois.

« L'intention de la justice était de n'autoriser aucun article, aucune couverture sur les irrégularités produites lors des procès Ergenekon. Tous ceux qui se sont opposés à ces irrégularités, qui ont tenté de les dénoncer se sont vus transformés en accusés. En plus de ma personne, cela a été le cas pour de nombreux journalistes, de nombreux avocats, notamment un procureur qui s'appelait Ilan Cihaner »

Ahmet Sik va également être victime de violence policière lors de sa couverture des événements de Gezi. Il reçoit à deux reprises des tirs de grenade lacrymogène en pleine tête. « Je suis sûr que les deux tirs étaient intentionnels », affirme le journaliste.

Pas de presse libre sans protection juridique

Bayram Balci est journaliste pour le journal kurde Özgür Gündem. L’histoire de son média, obligé de changer de nom à plusieurs reprises et victime de la répression de l’État depuis sa création en 1991, rappelle que la violence subie par les journalistes turcs n’est pas nouvelle. Mais aujourd’hui encore, le journal a des employés emprisonnés.


« À partir des années 1990, lorsque les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, affrontaient les forces armées turques, la presse kurde a payé un prix qu'aucune autre presse dans le monde n'a payé. Durant cette période il y eu 17 000 exécutions extra-judiciaires, 3 000 villages vidés par l'armée.  Les grands médias turcs n'ont jamais parlé de cette situation, seule la presse kurde l'a fait. (…) Au lancement d'Özgür Gündem en avril 1991, dés la première semaine, une reporter a été assassiné en pleine rue. Les assassinats se sont multipliés dans les régions de Ceylanpinar, Mardin, Diyarbakir et Bitlis. On a perdu plusieurs journalistes dans ces régions là. »


Bayram Balci explique également que sa profession n’est pas protégée par la loi en Turquie.

« Sur la base des lois existantes, les procureurs, l'État peuvent suspendre à tout moment notre journal. Ils ont la base légale pour ça. (...) Tant que la profession n'a pas de protection législative, il n'y aura pas d'avancées réelles. »

La censure, également sur Internet

Ali Riza Keleş est développeur web et président de l’Association pour une informatique alternative. Face à l’impossibilité d’obtenir une information indépendante dans les médias traditionnels, de nombreux citoyens turcs s’emparent d’Internet. « Le peuple Turc utilise Facebook, Twitter et d’autres médias sociaux pour s’exprimer. Ils s’en servent massivement. Les gens écrivent ce que les grands médias n’écrivent pas », affirme Ali Riza Keleş. En réaction, le gouvernement a fait voter une loi liberticide en 2007 permettant « de bloquer des sites par décision de justice » précise le développeur.

« Pour nous, Internet est la principale source d’information donc c’est essentiel pour la population turque. Mais, comme vous le savez, l’Etat tente de le contrôler, de le censurer pour le garder sous sa coupe. De quelle manière? Il y a 7 ans, le gouvernement a fait voter une loi sur l’internet qui lui permettait de bloquer des sites par décision de justice et via la Haute instance des télécommunications. (...) Il n’y a pas de liste des sites bloqués mais nous estimons qu’il y en a 40000 en Turquie, même plus que 40000. Mais cela ne suffisait pas pour tout contrôler donc en février dernier, ils ont changé la loi pour pouvoir bloquer des sites plus facilement encore. »

Le 18 février dernier est adopté une nouvelle loi sur le contrôle d’internet. C’est en l’appliquant que Recep Tayyip Erdogan a décidé de bloquer l’intégralité de Twitter le 20 mars et Youtube le 27 mars. Demain Facebook ?

(crédits photos : Ziad Maalouf)

Vues : 928

Balises : Ahmet Sik, Ali Riza Keleş, Bayram Balci, Erdogan, Erol Önderoğlu, Internet, Pinar Isik Ardor, Sibel Oral, Turquie, liberté d'expression, Plus...liberté de la presse, médias du monde, émission

Commentaire de BADOUM OUMANDE Henri le 2 avril 2014 à 10:29

la liberté de la presse a pris un coup un peu partout dans le monde et la Turquie en fait partie.Ce que certains dirigeants ignorent c'est que plus la presse est martyrisée plus elle est suivie.Ainsi le pouvoir en place se rend vulnérable.Les ,oppresseurs doivent être conscient du fait que la presse est un corps de métier où la confrérie est forte.

Commentaire de Emilie Bulot le 2 avril 2014 à 12:57

J'espère que la situation va changer mais le résultat des élections municipales disent le contraire, Erdogan est toujours très fort.

Commentaire de Emilie Bulot le 2 avril 2014 à 12:58

Article très complet avec plusieurs points de vue sur la situation.

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Écoutez !

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

Billets de kaptue florian
il y a 1 heure
Billet de ceracuse kika

132 refugiés congolais optent pour un retour après un exil en Ouganda.

132 refugiés congolais optent pour un retour après un exil en Ouganda. Monsieur Laingulia Ndjewa a accueilli, jeudi 17 juillet dernier, la deuxième vague de 132 refugiés congolais ayant trouvé asile en Ouganda à la frontière ougando-congolaise de…Plus
il y a 1 heure
Discussion publiée par BEDA Yakub

Résultats de l'enquête sur la débacle des lions indomptables du Cameroun attendus ce jour. Devrait-on attendre quelque chose qui puisse permettre de reconstruire cette l'équipe de football du pays?

Au regard des différentes commissions mises sur pieds pour statuer sur plusieurs dossiers importants dans les annnées antérieures et qui se sont soldées par des non lieux, je ne m'attends pas à une surprise pour ce cas une fois de plus. C'est juste…Plus
il y a 3 heures
FATOUMATA CHERIF a promu le blog Electricité : Le projet de contrat de gestion de l’EDG au centre d’une conférence presse de FATOUMATA CHERIF
il y a 6 heures
serge katembera rhukuzage a promu le blog A+, le Canal africain de Amaury de Rochegonde
il y a 8 heures
Billet de kitir

Le printemps divise le monde Arabe sur Gaza

Mon cœur est cassé lorsque j’avais comme les autres vu les images des victimes des bombardements Israéliens dont plus des six cents personnes ont perdu la vie, des milliers de blessés , Parmi les  victimes  on dénombre des enfants, des femmes et des…Plus
il y a 11 heures
serge katembera rhukuzage a commenté l'article The Internet's Own Boy: l'histoire d'Aaron Swartz de Sinatou Saka.
"Super papier Sinatou... Rares sont les moments où je suis vraiment affectés par une cause si lointaine, mais la raison est simple, je partage complètement les idées d'Aaron...  "En octobre 2010,…"
il y a 18 heures
serge katembera rhukuzage a promu le blog The Internet's Own Boy: l'histoire d'Aaron Swartz de Sinatou Saka
il y a 18 heures
Vidéo publiée par jeansanteuil
il y a 23 heures
Vidéo publiée par François Fougère

When this Music Extract

0:45
Ectract of my song : When this music ... Second title of my Single : 'Jocelyne' ...
il y a 23 heures
Icône de profilAssociation VELOPHONIE, Abdoul Bouraima, Websder Corneille et 1 se sont joints à Atelier des médias
il y a 23 heures
Billet de Serge ULESKI

LDJ,LICRA, CRIF, SOS racisme, PS et UMP : l'union sacrée

                                          Trio de la honte, trio infernal dans le scandale d'une soumission totale et sans précédent aux desiderata des USA et d'Israël en violation de notre tradition diplomatique d'indépendance et d'équilibre qui…Plus
hier
Simon DECREUZE a promu le blog The Internet's Own Boy: l'histoire d'Aaron Swartz de Sinatou Saka
hier
Mamadou Coulibaly a répondu à la discussion AFRIQUE: A quoi servent des conseillers au président qui disent oui à tout ce que le chef de l'ETAT dit? de Maiga.
"Pour moi, en Afrique les conseillers des présidents sont des amies, des fanatiques, des suiveurs en un mot ils ont ce nom de "conseillers " comme étiquette !!!!!"
hier
Awa Seydou, Journaliste a promu le blog Communiqué Syndicat des Jouranlsites de Awa Seydou, Journaliste
hier
Billet de Awa Seydou, Journaliste

Communiqué Syndicat des Jouranlsites

Dans une initiative entreprise par le Syndicat des Journalistes de Mauritanie (SJM) en collaboration avec le Syndicat des avocats Mauritaniens , depuis plusieurs jours une série de réunions  se tient en concertations avec l’Ordre des Médecins, des…Plus
hier

Membres

Les billets à la Une

Abonnez-vous par mail :

Photos

Chargement en cours…

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation