Prenez une actualité dramatique. Une unité de lieu et de temps. Une proximité en France. Du suspens et une bonne dose de rebondissements. Placez tout cela au coeur des médias. Sous le feu du live. Et vous obtenez des records d’audiences jamais vus dans l’histoire récente de l’information française en continu. Mais au delà de la frénésie qui a emporté médias français et étrangers, un format s’est clairement imposé sur nos écrans: celui du live. Analyse de ces nouvelles couvertures avec des journalistes et des patrons de rédactions web à écouter et à lire dans ce billet.
A bien des égards, la traque puis le siège et l’assaut de l’appartement de Mohamed Merah, autrement appelé “les évènements de Toulouse”, ont symbolisé ce type d’information, à fort impact dramatique et médiatique. Une information écrite en continu, sur le web, à la radio et sur les chaînes de télévision.

BFM TV, la chaîne française d’information en continu, qui d’habitude, selon Médiamétrie, enregistre des parts d’audience relativement faibles (1,6% du public en janvier-février 2012)  a atteint le 21 mars 2012 un pic historique avec 8,7% de part d’audience.

Ce jour là, selon ses propres chiffres, Le Monde.fr a enregistré sur tous les supports (desktop et mobile) plus de 24 000 000 de pages vues avec près de 3 150 000 visiteurs uniques. Le live, spécifiquement mis en place pendant 3 jours sur le Monde.fr,  a quant à lui affiché 3 141 444 pages vues. Un record pour un live et des chiffres particulièrement scrutés par les équipes du Monde.fr qui venaient de lancer, le 17 mars dernier, la nouvelle formule très live du site.

D’un certaine manière, le live, l’info en continu et en direct, n’a rien de très nouveau. Les médias connaissent de longue date les directs TV, où le reporter micro en main raconte, la voix chargée d’émotion et de solennité, ce qui se passe (ou ne se passe pas d’ailleurs) sur les lieux du drame. Or, là, dans le contexte très particulier de Toulouse, et à l’heure de l’information participative en réseau, force est de constater que le web s’est particulièrement imposé pour ne pas dire distingué. Avec une demande et un flux accrus d’informations provenant des internautes.

 

Ecoutez les points de vue recueillis à l'occasion du FIGRA, de Laurent Guimier, directeur de l'information numérique du pôle news de Lagardère Active (europe1.fr, lejdd.fr, parismatch.com, LeLab), Hervé Brusini, directeur de France Tv info, Alexis Delcambre, rédacteur en chef du Monde.fr, Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles:

 


Écoutez le reportage (20 min. et 57 sec.)

 

Le Monde.fr a mis en place un live tweet à l’occasion duquel son journaliste envoyé à Toulouse, non loin de l’appartement de Mohamed Mérah, a relayé pendant 230 tweets et 31 heures d'affilée, l’attente, l’assaut entendu à distance mais aussi la “galère” des journalistes tweettos, en manque de batterie et de sommeil.

 

D'autres journalistes de France Soir, de France 3 Midi Pyrenées ou encore La Voix du Nord ont tweeté en direct de Toulouse, racontant à la fois l'évènement et ses coulisses.

 

 

Au sujet de ces live tweet, il est permis de s’interroger parfois de leur pertinence tout en leur reconnaissant cependant le mérite de raconter sans romance et en toute transparence la fabrication de l’information en temps réel.
Sur France TV info et de nombreux sites d’infos, on pouvait assister à cette fabrication en temps réel, selon qu’une première source, puis une deuxième venait confirmer telle ou telle information et s’affichait sur nos écrans. Avec aussi les questionnements nombreux des internautes et les réponses des rédactions.

 



Dans cet élan du direct, on a pu également mesurer à quel point l’exercice live était risqué, en terme de vérifications des faits et des informations. BFMTV, la chaîne de télévision française en continu, s’est ainsi signalé pour avoir annoncé à tort l’arrestation du forcené. Sur les sites d’infos, les erreurs grossières ont été évitées et beaucoup au sein des rédactions web, se sont félicités de l’ampleur de la demande des internautes et de l’efficacité des formats pour y répondre.
Aujourd’hui, si l'on peut voir dans le traitement médiatique de ces évènements, une confirmation de l’information en temps réel, se pose la question de ce qu’il va en rester. Surtout sur des timeline où une info en remplace une autre... Après tant d'informations, que certains ont jugé excessives et vaines, que retiendra l’internaute surexposé?

 

La bourde de BFM? Les récupérations politiques d’un tel évènement? L’émotion suscitée légitimement par un tel drame? Le contexte hyper-sensible (communautarisme, quartiers populaires, religion...) dans lequel cette tragédie a eu lieu? Les analyses des experts? Les petites phrases des uns? Ou les grands mots des autres?

Une fois de plus, la suite s’écrira sur le web...

 

Vues : 699

Balises : live, médias du monde, reportage, toulouse

Commentaire de Mamadou FAYE le 1 avril 2012 à 5:09

Très joli et très pertinent comme présentation de ce live fait sur une actualité : je suis tenté de dire une actualité chaude en continue : toutes les difficultés de l'acteur de média et de l'internaute comme du téléspectateur d'avoir une information juste et fiable à 100% à savoir la vérification de l'information en temps réel, le format à adopter par rapport aux représentations sensibles, l'anxiété dans l'attente des réponses aux questions posées par-ci, par-là ou des avis des experts sur le sujet. en imaginant la foison de supports utilisés par les personne pour s'informer, ou aviser ou réagir (TV et radio en direct, les réseaux sociaux, le mobile, et même des presses écrites en édition spéciale...), l'on se rend compte de l'immense tâche qui attend les médias avec ses complexité dans le traitement de l'information en live. Cependant certains rôles commencent être claires concernant les points forts des médias et supports de médias quant à l'information en live et en continu, la fiabilité (avec contrôle de sources), l'interactivité voulue par certains au moment de "l'audience"...E..tout se bouscule on dirait, mais...ça passe.

Commentaire de Ibrahima Ben Aguibou Diallo le 3 avril 2012 à 14:31

Si la CEEDAO a une armée, elle doit le montrée contre l'avancée des rebelles et contre des putschistes. Aujourd'hui la priorité au mali reste de contre l'avancée des rebelles. C'est possible que la CEEDAO a peur de la rebellion voilà pourquoi elle veut lutter contre la junte au pouvoir.

  Ensuite, je souhaiterai que la CPI ouvre une enquête contre ATT pour crime grave, crime contre l'humanité, refus d'assistance et d'aide de personnes en danger et complicité d'assassinat. Ce qui s'est passé dans le camp militaire de tessalite est horrible, indigne et barbare. Alors qu'avant les femmes de ces militaire massacrés sont venues demander à ATT de sauver les vies de leurs maris et celui est resté opposé à ctte sauvetage. 

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Podcasts

La vie de la communauté

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Tout voir

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation