Tomber malade à l'Université de Bamako

Voici en quelque sorte un problème que j’ai rencontré à l’Université de Bamako

J'étais absent le 1er jour des examens à la FLASH (faculté des lettres, langues arts et sciences humaines) pour cause de maladie.
J'ai redoublé une classe parce que j'étais malade alors que j’avais des fiches médicales qui le prouvent, j'ai moi-même été voir le chef de département il m'a dit que les examens se font une fois et qu'on ne peut pas les organiser encore pour quelqu'un.
Après l'apparition des résultats j'ai appris qu'un examen avait été organisé pour ceux qui étaient malades mais je ne pouvais pas être au courant puisque je ne m'y attendais pas et qu’on m’avait aussi fait savoir qu'il n'y en aura plus.
Maintenant le problème est que ça me fait un an de retard par rapport à mes promotionnaires qui sont à la FLASH et deux ans de retard par rapport à ceux qui sont dans d'autres facultés mais qui n'ont pas fait une année blanche (la plupart des facultés de l’Université de Bamako ont fait une année blanche cette année); et ce qui me fait encore mal est qu'en plus du temps perdu je vais aussi perdre la moitié de ma bourse.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Merci
    @Essamba ibohn Marie Danielle "mal vaut mieux que pire" au moins toi tu a eu la possibilité de t'endetter tu pu continué ton année non?
    @lesivoiriensontdutalent c'est la mm chose chez nous aussi il y des faculté où les années se chevauchent on peu voir trois promotion de la 1ere année ensemble. C'est vraiment une génération sacrifiée comme Essamba l'a dit.
    AK
  • yakoooooooooooooooooooooooooooooooooo@lesivoiriensontdutalent

    Yako!

    génération sacrifiée generation prometteuse

    rien à perdre et deux fois plus en veut encore et encore!

  • Attrape ton coeur ma soeur Essamba. Yako a mon frere Ali. vous au moins vous avez encore la possibilité de vous racheter et de rattraper les années perdues. Chez nous il n'y a meme plus d'université. elle est fermée depuis la crise post électorale. voici maintenant 3 promotions de bacheliers assis à la maison a se tourner les pouces sans savoir quoi faire. mon propre frere cadet bachelier depuis 2010 est aujourd'hui obligé de passer le concours des instituteurs de niveau BEPC (examen de la classe de 3eme) parce que la famille n'a pas les moyens de payer une université privée. Vous avez dit génération sacrifiée? Ainsi va l'Afrique.

  • Vive les universités Africaines

    Ironiquement biensur

    Y a pas pire que l'administration et leur système de communication

    A l'heure du 2.0, on communique de bouche à bouche

    par relation et personnes interposées

    L'information n'arrive jamais pour tout le monde

    Tes là tes pas là oh

    Ils viennent de me faire le meme coup

    je viens de m'endetter pour ne pas perdre mon année

    M****************************************************p************

    Excusez des p********* la cloère lol!

This reply was deleted.