Thierry Ntamack: l'avénir du cinéma camerounais

J'ai rencontré pour la première fois un acteur et réalisateur vraiment extraordinaire. Je prenais un pot à Meno avec un ami et il était là à promouvoir son nouveau film. Je ne le connaissais pas, je n’avais jamais entendu parler de lui.

On a discuté pendant presqu’une heure et il parlait du cinéma avec une telle confiance qu’il a presque réussi à me convaincre. Son nom est Thierry Ntamack, acteur, réalisateur et producteur camerounais.

Il parlait de ce concept innovateur qu’il avait créé « Le cinéma au prix d’une bière ». Son but est d’amener le cinéma vers le public. De pousser les camerounais à s’intéresser pas seulement au football ou à la bière mais aussi au cinéma. Il faisait la promotion de son film « Le blanc d’Eyenga » qui devait sortir dans les salles de Douala Bercy la semaine suivante.

En parlant avec lui, j’ai été plongé dans un univers que je n’imaginais pas, plein d’avenir et de talent. Me rappelant l’avoir vu dans des films comme « Confidences » et l’avoir trouvé vraiment excellent comme acteur. Oui, il m’avait éblouit et l’a encore fait dans le « Le blanc d’Eyenga » et dans un de ses courts métrages que j’ai vu sur le petit écran « Sur le chemin d’un ange ».

Je suis toujours enjouée lors d’une de ses apparitions car il incarne tout ce qui concerne l’avenir du cinéma camerounais. Ses ambitions et ses objectifs nous montrent à quel point le cinéma camerounais peut évoluer et augmenter la côte de notre pays au niveau international.

Je soutiens son œuvre et je pense qu’avec son talent, le cinéma camerounais a une chance de grandir et de mûrir considérablement.

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...