The Internet's Own Boy: l'histoire d'Aaron Swartz

La première fois que j'ai entendu parler d'Aaron Swartz, c'est un acteur important du web (je ne me souviens plus de son identité, c'est certainement lors de mes "glanderies" nocturnes sur le web) qui le citait en exemple. Je me rappelle alors avoir parcouru sa page Wikipédia sans m'attarder réellement sur le personnage parti trop tôt...

Vous savez, il n'est pas très rare de regarder un film et de couler des larmes à la fin. Mais très vite, on se sent (moi en tout cas) stupide d'avoir succombé à une scénarisation parfaite ou au bon vouloir d'un réalisateur marchand. Mais cette fois, c'était différent, j'étais triste et je le ressentais au plus profond de mon être, peut-être parce que c'est une histoire réelle ou parce que le combat d'Aaron me semblait si noble...

Le film commence par l'histoire d'une famille heureuse, joyeuse aussi et on y voit Aaron Swartz jeune mais déjà mature, surdoué, génie et activiste.

A 12 ans, il crée sur l'ordinateur familial un projet précurseur de Wikipédia (à cette époque, Wikipédia n'avait aucune chance de prospérer pour les gens) ; à 14 ans, il fait partie de l'équipe qui cofonde la technologie RSS, qui permet d'être informé en temps réel des mises à jour de pages Web. A 16 ans, il fait son entrée à Stanford, la prestigieuse université américaine mais il rêve d'autre chose. La fac ce n'est pas pour lui!

Il créé alors avec des amis Reddit.com, un projet collaboratif qui a du succès. Reddit est racheté ensuite par Conde Nast et Aaron devient employé de l'entreprise. Il ressent  un mal être permanent au sein de l'entreprise et ne s'épanouit toujours pas! Travailler derrière un bureau, faire du profit ne sont pas ses aspirations, Aaron veut changer le monde et le seul moyen pour y arriver c'est faire de la politique. Liberté numérique, libre accès aux données, Aaron sera de tous les combats et co-fonde Demand Progress, une association qui lutte contre la censure sur internet.

Le documentaire donne ainsi la parole à sa famille, ses proches et à différents acteurs du web comme Tim Berners Lee,l'idole d'Aaron.

Ils lui ont brisé son rêve..

En octobre 2010, choqué par l'accès payant en dehors des campus à la base de donnés de Jstorn, l'une des principales bases de données de publications scientifiques, Aaron Swartz cache un ordinateur dans un placard du Massachusetts Institute of Technology pour télécharger l'intégralité de la base de données de Jstor. Arrêté puis libéré sous caution,subissant une  pression judiciaire très forte, Aaron Swartz s'est suicidé avant la tenue de son procès. Comment expliquer ce geste d'un homme qui nourrissait de fortes ambitions politiques pour son pays et qui a longtemps répété qu'une peine criminelle mettrait un terme à son ascension?

 

Méritait-il de mourir ainsi? Lui qui défendait toujours le droit des internautes et une vision plus saine du web, que voulait-il faire avec ses données? Les mettre en ligne gratuitement ou les mettre en lien comme il l'avait déjà fait pour sortir des solutions innovantes?

On ne le saura jamais! Pour le père d'Aaron, 

« Jobs et Wozniak ont lancé Apple en créant des boîtiers pour téléphoner gratuitement en piratant les réseaux. Bill Gates a lancé Microsoft en utilisant les ordinateurs de la fac, ce qui était strictement interdit. La seule différence entre Jobs, Gates et Aaaon, c'est que lui voulait rendre le monde meilleur, pas gagner de l'argent.  » 

Et ce n'était certainement pas du goût de tout le monde. 

L'histoire d'Aaron questionne à propos de ce que nous voulons avoir comme web dans quelques années. Allons-nous continuer à rester sourds? Dans une interview qu'il a accordé en 2012, Aaron expliquait à propos de son combat:

" Il y a en quelque sorte deux perspectives très polarisées: La première considère que tout est parfait , Internet a crée la liberté et tout est fantastique et la seconde considère que tout est terrible, Internet a créé tous ces outils pour cracker, espionner. Ce qu'il faut savoir, c'est que les deux perspectives sont vraies. Internet est à l'origine de ces deux perspectives incroyables et étonnantes. Mais laquelle gagnera à la fin? ça ne sert à rien de dire que l'un fonctionne plus que l'autre car les deux se valent et la fin ne dépend que de nous, de celle qu'on aura choisi et mis en avant."

Les gouvernements ont fait leur choix. Qui doit décider des limites à avoir? Pourquoi? Une belle phrase d'Henry David Thoreau est mise au début du documentaire et dit ceci:

"Ils existent des lois injustes. Devrons-nous tenter d'obéir? Devrons-nous tenter de les modifier jusqu'à réussir à les changer? ou les transgresser sans attendre? "


Quel est votre choix ?

Le film est sous licence Creative Commons et vous pouvez le télécharger ici en MP4 ainsi que les sous-titres ici.

Vous pouvez aussi comme moi avoir votre quart d'heure de blues en allant sur le site d'Aaron ou sur son compte Twitter pour voir ses publications.

Vues : 386

Balises : Aaron Swartz, The Internet's Own Boy, activisme, censure, internet, liberté, snowden, web

Commentaire de serge katembera rhukuzage le 22 juillet 2014 à 18:59

Super papier Sinatou... Rares sont les moments où je suis vraiment affectés par une cause si lointaine, mais la raison est simple, je partage complètement les idées d'Aaron... 

"En octobre 2010, choqué par l'accès payant en dehors des campus à la base de donnés de Jstorn, l'une des principales bases de données de publications scientifiques, Aaron Swartz cache un ordinateur dans un placard du Massachusetts Institute of Technology pour télécharger l'intégralité de la base de données de Jstor."

C'est pour ça que j'ai pris la décision depuis longtemps de ne jamais rien payer sur Internet. Rien contre des médias comme Mediapart and Co. mais pour moi, ça fausse complètement l'idée d'internet.

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Podcasts

La vie de la communauté

Icône de profilBARRA René, mourad hamza, SENATO et 11 se sont joints à Atelier des médias
il y a 26 minutes
BARRA René a aimé le blog Rencontre avec le fondateur du PetitJournal.com, un média “multi-local” présent dans 45 villes du monde de Mélissa Barra
il y a 28 minutes
Raphaelle Constant est désormais ami(e) avec Mélissa Barra et Amadou Sy, Journaliste
il y a 39 minutes
Raphaelle Constant a aimé le blog Villes intelligentes : un dialogue international difficile de Francis Pisani
il y a 40 minutes
Raphaelle Constant a aimé le blog Snapchat lance Snapcash, un service de transfert d'argent par mobile de Marie-Catherine Beuth
il y a 40 minutes
Robert-Hugues a publié un statut
"C'est toujours possible de dire non à un "don"... http://www.lefaso.net/spip.php?article61917 #Burkina"
il y a 4 heures
Robert-Hugues a publié un statut
"Ok, la démocratie tunisienne…"
il y a 4 heures
Robert-Hugues a publié un statut
"Zida(ne), fin dribleur?…"
il y a 5 heures
Robert-Hugues a publié un statut
"Kafando-Zida :cumul de postes, aucune exemplarité là...…"
il y a 5 heures
Vidéo publiée par SlaMaVie

Tove Lo - Habits (Stay High)

Listen to Tove Lo’s album 'QUEEN OF THE CLOUDS’ here http://po.st/QOTC Directors: Motellet Producer: Martin Roeck Hansen DP: Max Rangner Make-up: Julia Conra...
il y a 5 heures
Fabrice Heron a partagé son billet sur Facebook
il y a 5 heures
Fabrice Heron a partagé son billet sur Google +1
il y a 5 heures
Icône de profilRFI | Atelier des médias via Facebook
Miniature

Notre invité de la semaine était Hervé Heyraud. En 2001, il a fondé #LePetitJournal.com, un quotidien en ligne dédié aux francophones résidant à l'étranger. Aujourd'hui,…

Plus
Facebookil y a 5 heures · Répondre
Mélissa Barra est désormais ami(e) avec Sinatou Saka, Clara-Doïna Schmelck et serge katembera rhukuzage
il y a 7 heures
Photo publiée par Bienvenu Mulunda Selenge

Bienvenu Selenge

Là, c'est moi-même
il y a 7 heures
Billet de kaptue florian

Les incohérences des miliciens français en 1956

5. Et si tous les hommes à la longue barbe étaient tous des maquisards ? Cette histoire remonte depuis 1956 à la guerre des indépendances en Afrique et particulièrement au Cameroun. Enfant, j’avais remarqué une particularité chez mon grand-père Wafo…Plus
il y a 11 heures

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Tout voir

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation