The Internet's Own Boy: l'histoire d'Aaron Swartz

La première fois que j'ai entendu parler d'Aaron Swartz, c'est un acteur important du web (je ne me souviens plus de son identité, c'est certainement lors de mes "glanderies" nocturnes sur le web) qui le citait en exemple. Je me rappelle alors avoir parcouru sa page Wikipédia sans m'attarder réellement sur le personnage parti trop tôt...

Vous savez, il n'est pas très rare de regarder un film et de couler des larmes à la fin. Mais très vite, on se sent (moi en tout cas) stupide d'avoir succombé à une scénarisation parfaite ou au bon vouloir d'un réalisateur marchand. Mais cette fois, c'était différent, j'étais triste et je le ressentais au plus profond de mon être, peut-être parce que c'est une histoire réelle ou parce que le combat d'Aaron me semblait si noble...

Le film commence par l'histoire d'une famille heureuse, joyeuse aussi et on y voit Aaron Swartz jeune mais déjà mature, surdoué, génie et activiste.

A 12 ans, il crée sur l'ordinateur familial un projet précurseur de Wikipédia (à cette époque, Wikipédia n'avait aucune chance de prospérer pour les gens) ; à 14 ans, il fait partie de l'équipe qui cofonde la technologie RSS, qui permet d'être informé en temps réel des mises à jour de pages Web. A 16 ans, il fait son entrée à Stanford, la prestigieuse université américaine mais il rêve d'autre chose. La fac ce n'est pas pour lui!

Il créé alors avec des amis Reddit.com, un projet collaboratif qui a du succès. Reddit est racheté ensuite par Conde Nast et Aaron devient employé de l'entreprise. Il ressent  un mal être permanent au sein de l'entreprise et ne s'épanouit toujours pas! Travailler derrière un bureau, faire du profit ne sont pas ses aspirations, Aaron veut changer le monde et le seul moyen pour y arriver c'est faire de la politique. Liberté numérique, libre accès aux données, Aaron sera de tous les combats et co-fonde Demand Progress, une association qui lutte contre la censure sur internet.

Le documentaire donne ainsi la parole à sa famille, ses proches et à différents acteurs du web comme Tim Berners Lee,l'idole d'Aaron.

Ils lui ont brisé son rêve..

En octobre 2010, choqué par l'accès payant en dehors des campus à la base de donnés de Jstorn, l'une des principales bases de données de publications scientifiques, Aaron Swartz cache un ordinateur dans un placard du Massachusetts Institute of Technology pour télécharger l'intégralité de la base de données de Jstor. Arrêté puis libéré sous caution,subissant une  pression judiciaire très forte, Aaron Swartz s'est suicidé avant la tenue de son procès. Comment expliquer ce geste d'un homme qui nourrissait de fortes ambitions politiques pour son pays et qui a longtemps répété qu'une peine criminelle mettrait un terme à son ascension?

 

Méritait-il de mourir ainsi? Lui qui défendait toujours le droit des internautes et une vision plus saine du web, que voulait-il faire avec ses données? Les mettre en ligne gratuitement ou les mettre en lien comme il l'avait déjà fait pour sortir des solutions innovantes?

On ne le saura jamais! Pour le père d'Aaron, 

« Jobs et Wozniak ont lancé Apple en créant des boîtiers pour téléphoner gratuitement en piratant les réseaux. Bill Gates a lancé Microsoft en utilisant les ordinateurs de la fac, ce qui était strictement interdit. La seule différence entre Jobs, Gates et Aaaon, c'est que lui voulait rendre le monde meilleur, pas gagner de l'argent.  » 

Et ce n'était certainement pas du goût de tout le monde. 

L'histoire d'Aaron questionne à propos de ce que nous voulons avoir comme web dans quelques années. Allons-nous continuer à rester sourds? Dans une interview qu'il a accordé en 2012, Aaron expliquait à propos de son combat:

" Il y a en quelque sorte deux perspectives très polarisées: La première considère que tout est parfait , Internet a crée la liberté et tout est fantastique et la seconde considère que tout est terrible, Internet a créé tous ces outils pour cracker, espionner. Ce qu'il faut savoir, c'est que les deux perspectives sont vraies. Internet est à l'origine de ces deux perspectives incroyables et étonnantes. Mais laquelle gagnera à la fin? ça ne sert à rien de dire que l'un fonctionne plus que l'autre car les deux se valent et la fin ne dépend que de nous, de celle qu'on aura choisi et mis en avant."

Les gouvernements ont fait leur choix. Qui doit décider des limites à avoir? Pourquoi? Une belle phrase d'Henry David Thoreau est mise au début du documentaire et dit ceci:

"Ils existent des lois injustes. Devrons-nous tenter d'obéir? Devrons-nous tenter de les modifier jusqu'à réussir à les changer? ou les transgresser sans attendre? "


Quel est votre choix ?

Le film est sous licence Creative Commons et vous pouvez le télécharger ici en MP4 ainsi que les sous-titres ici.

Vous pouvez aussi comme moi avoir votre quart d'heure de blues en allant sur le site d'Aaron ou sur son compte Twitter pour voir ses publications.

Vues : 346

Balises : Aaron Swartz, The Internet's Own Boy, activisme, censure, internet, liberté, snowden, web

Commentaire de serge katembera rhukuzage le 22 juillet 2014 à 18:59

Super papier Sinatou... Rares sont les moments où je suis vraiment affectés par une cause si lointaine, mais la raison est simple, je partage complètement les idées d'Aaron... 

"En octobre 2010, choqué par l'accès payant en dehors des campus à la base de donnés de Jstorn, l'une des principales bases de données de publications scientifiques, Aaron Swartz cache un ordinateur dans un placard du Massachusetts Institute of Technology pour télécharger l'intégralité de la base de données de Jstor."

C'est pour ça que j'ai pris la décision depuis longtemps de ne jamais rien payer sur Internet. Rien contre des médias comme Mediapart and Co. mais pour moi, ça fausse complètement l'idée d'internet.

Commentaire de Gabriella95 le 29 août 2014 à 16:40

Votre site est merveilleux et diversifié. Étant invalide et insomniaque je suis toujours occupé grâce à vous.
Bonne continuation !

voyance par mail gratuite

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Podcasts

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

Icône de profilsidime balla, Innocent MUGISHO BURUNDI, micoudo et 2 se sont joints à Atelier des médias
il y a 1 heure
Joseph DEGAUL a publié un statut
"Nous des pros"
il y a 2 heures
Joseph DEGAUL est désormais ami(e) avec Simon DECREUZE, KOGOE Bertrand et Philemon MUMBERE LUKOMBOLA
il y a 2 heures
Joseph DEGAUL a partagé son billet sur Facebook
il y a 6 heures
Joseph DEGAUL a aimé le blog MP : retombées de la réunion d'hier du bureau politique, l’émission querellée au centre des débats de Joseph DEGAUL
il y a 6 heures
Billet de Joseph DEGAUL

MP : retombées de la réunion d'hier du bureau politique, l’émission querellée au centre des débats

Les membres de l’organe dirigeant de la Majorité ont notamment visionné le magazine diffusé par la RTNC à l’origine du mécontentement ambiant et sont invités à donner leurs appréciations lors d’une prochaine rencontre.Comme annoncé, les membres du…Plus
il y a 6 heures
Discussion publiée par Lazare SIMON

La Pause-café: Boisson ou Poison ?

Prisé pour être un excellent excitant, anti-stressant, et digestif, le Café est la…Plus
il y a 6 heures
Icône de profilRFI | Atelier des médias via Facebook
Miniature

Parlons de #Facebook sur @Facebook, mais d'un point de vue éditorial plutôt que technique...

10 conseils pour optimiser…

Plus
Facebookil y a 7 heures · Répondre
Joseph DEGAUL a aimé le blog Constitution: des jeunes catholiques de la MP désapprouvent la position de la Cenco de Joseph DEGAUL
il y a 7 heures
Photos publiées par general tchefary
il y a 8 heures
general tchefary a publié un statut
il y a 20 heures
general tchefary a publié un statut
il y a 20 heures

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Tout voir

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation