Tchad: La fistule, un problème de santé publique

Un nouveau local pour la prise en charge des femmes malades de fistule à Abéché. La pose de la première pierre de construction de cet établissement dont le coût s’élève à environ 130 millions de Francs CFA a eu lieu ce jeudi 17.12.2009 à Abéché. Le délai d’exécution de ces travaux est de 8 mois. C'est une initiative de Médecins Sans Frontières Suisse en collaboration avec l’ONG Architecte de l’Urgence.

Photo: Le maire, coupant le rubanLa structureBaptisé "village des femmes", cet endroit va être conçu pour assurer tous les soins nécessaires aux malades de fistule, tant sur le plan physique que psychologique. Il sera muni d’une salle préopératoire et postopératoire, d’une salle de kinésie thérapie, des cuisines, des salles d’eau et bien d’autres salles pour améliorer les conditions d’attente des malades et des leurs accompagnants. Le confort et l’intimité des femmes ont été pris en compte de manière importante afin que leur séjour se passe pour le mieux.Le maire de la ville d’Abéché, représentant le gouverneur de la région du Ouaddaï salue cette initiative et exhorte l’entreprise chargée de l’exécution des travaux à donner des bons résultats.Les maladesLe projet papillon ou village des femmes pour la prise en charge des malades de fistule existe depuis janvier 2008. Il prend en charge les populations locales, les personnes déplacées et les réfugiées soudanaises à l’Est du Tchad. Selon M. Vadoumdé Valentin, chirurgien neurologue en charge des malades de fistule, depuis sa création, ce projet a prise en charge 174 malades de fistule dont 122 cas réparés, soit un pourcentage de 72%.Kaltouma Zakaria Abakar, une malade réparée, témoigne sa gratitude à l’ONG MSF-Suisse et indique qu’elle se sent bien grâce à cette dernière. Au nom de toutes femmes malades, elle remercie l’ONG et tout son staff pour cette prise en charge.Pour le Médecin Chef du District Sanitaire d’Abéché Adam Mohamad, ce projet entre dans la droite ligne de la politique sanitaire du Tchad et contribue à la réduction de la mortalité maternelle et infantile. Selon lui, la fistule constitue un problème de santé publique au Tchad et un véritable problème psychologique pour les victimes et leurs familles.Le chef de mission MSF-Suisse au Tchad rassure pour sa part que son institution fera de son mieux pour que "la population la plus défavorisée" ait accès aux soins nécessaires de santé.Un sketch de théâtre a été présenté par la Troupe Théâtrale "Etoile des Jeunes" d’Abéché pour agrémenter la cérémonie. C’est un sketch qui dénonce le fait que certaines malades sont rejetées par leurs maris, voire même leurs parents.Projection 2010Il indique également qu’en 2010 le projet, sera élargie dans les quatre grandes régions de l’Est du Tchad, à savoir le Wadi Fira, le Ouaddaï, le Silla et le Salamat. Il y’aura également un mécanisme de transfert des cas les plus graves à Addis-abeba en Ethiopie. MSF-Suisse prétend aussi donner un appuis considérable à la maternité d’Abéché, en vue de réduire la mortalité maternelle et infantile. Pour y arriver, le chef de mission de MSF-Suisse demande l’implication de tous les acteurs.Plus de billets sur http://hassanabc.blogspot.com
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...