Le 15 août 2012, après l’échec de la mission de Kofi Annan et la publication du Rapport de sa Commission d’enquête, j’avais réagi dans le journal Abba Garde N° 016 (journal tchadien) en publiant un article intitulé : « L’EXCEPTION SYRIENNE : LA FAIBLESSE COUPABLE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE !» A l’époque, nous étions à 23.000 morts selon le décompte de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH). Aujourd’hui, nous sommes à plus de 100.000 morts et rien n’est fait. Rien. Nous écoutons les mêmes discours des grands de ce monde et Bachar Al Assad continue aisément son massacre…

Tenez ! Il y a 2 ans en Lybie, la Résolution 1973 a permis à la Coalition d’imposer la « zone d’exclusion aérienne » ou « no-fly zone» en anglais et a permis à l’Otan de l’arroser de ses bombes et d’avoir raison sur le vieux Guide libyen. Un peu plus loin en 1991, suite à la guerre du golfe, la Résolution 688 imposa cette zone sur le nord de l’Irak du dictateur Saddam. Et en 1992-93, une zone d’exclusion  aérienne a été décrétée et  imposée par l’Onu dans la guerre de Bosnie. Mais pour quoi pas la Syrie?Parlant du cas Libyen qui est le plus récent, nous étions à l’époque à moins de 500 morts. Ce n’est pas petit certes, mais que peut justifier cette indifférence en Syrie du despote Assad malgré ces 100 000 morts ? Où est passée la fameuse CPI qui est sensée faire la différence, dissuader ces  genres de tueurs-nés, auteurs de violation massive des droits de l’homme?

J’écrivis à l’époque, dans cet article (publié dans le journal Abba Garde) que : « Dans cette dictature dynastique du Moyen orient, un peuple révolté est entrain d’être décimé par un tyran aux abois depuis plus d’une année (…) Et apparemment rien n’arrêtera la folie meurtrière du maître de Damas sur son peuple. Rien ne se dessine à l’horizon pour soutenir et défendre ce courageux peuple qui a subi, il y a plus de 20 ans le même sort de la part du père de cet actuel fou de Damas. Et depuis mon Tchad, loin des assauts et bruits des blindés et avions de chasse du dictateur syrien, je me pose la question, très impuissamment, de savoir où est partie la fameuse communauté internationale ? »

Aujourd’hui, un an après l’histoire semble me donner raison pour ne pas dire s’empirer du coté des rebelles et révolutionnaires.  Le tyran Assad fort de ses soutiens (Russie, Iran, Hezbollah) a massacré jusqu’à 100 000 personnes, a reconquit la ville stratégique de Qousseir hier 5 juin, utilise le gaz  sarin intelligemment et ouvertement et promet « d’écraser la rébellion » : il a « marqué un point » comme dirait Laurent Fabius…Les rebelles ne savent à quel sein se vouer, tant le silence et l’inaction de la communauté internationale et du monde libre semble céder la place à l’indifférence. Ces rebelles, mêmes s’ils ne sont pas homogènes méritent d’être soutenus aujourd’hui que plus que jamais. Car devant cette défaite d’hier, ils ont le moral en berne et si l’Onu & les puissances occidentales ne tiennent pas à leur promesse de soutenir tout peuple qui aspire à la LIBERTE, le despote de Damas avec ses alliés gagneront cette guerre et les droits de l’homme seront allègrement violés de plus qu’aujourd’hui : la loi du vainqueur- les représailles!!!

Obama doit savoir que la « ligne rouge » est dépassée donc plus de tolérance et d’hésitation. Car on ne doit pas attendre l’utilisation de la Bombe Atomique, ce qui serait trop tard d’ailleurs, avant d’intervenir. Aujourd’hui, les armes légères ont déjà fait plus de victimes qu’on attendait. Hier 05 juin, à la remise du Prix Houphouët Boigny pour la Paix de l’UNESCO, le Président François Hollande avait bien dit que la France a des « preuves suffisantes » pour que la Communauté internationale prenne sa responsabilité. Voilà tout est dit ! Espérons que la voix  de la France & celle de l’Angleterre  soient soutenues par les autres pays qui tergiversent.

Ainsi, au nom des droits de l’Homme, des valeurs démocratiques modernes et de la paix que, cette fameuse communauté internationale débarrasse du peuple syrien ce délinquant sanguinaire. A vous les « révolutionnaires », sachez que même loin des crachats des obus et des bombardements que vous subissez, quelque part dans le monde et en France des âmes soucieuses et amoureuses de la LIBERTE vous soutiennent.  « Sachez aussi, pour votre encouragement, que la Révolution française a duré 10 ans avant que la Bastille ne tombe. Sachez aussi, que dit-on, la Liberté s’arrache, elle ne se donne pas, autrement dit : « on ne libère pas l’homme, l’homme se libère ». Que Bachar Al Assad comprenne pour sa part que : « la grandeur d’une pirogue ne l’empêche pas de chavirer »  et qu’il ne va pas triompher face à la volonté du peuple. Comme les autres dictateurs que le monde a connus, il sera dégagé. » Je suis convaincu de cette parole écrite dans le journal Abba Garde hier, aujourd’hui je le reprends et demain je le reprendrai toujours pour vous soutenir...

A la communauté internationale, qu’elle sache que sa responsabilité est engagée et l’Onu joue sa crédibilité. Car le seul péché de ce peuple est d’avoir osé s’opposer à l’oppression. Alors, dames Communauté internationale & Cour pénale internationale, comprenez que entre votre indifférence & votre trahison les « révolutionnaires » se découragent de plus en plus et le peuple péri.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...