#SXSW : 25 ans, l'âge de raison ?

Le fondateur de Foursquare Dennis Crowley en 2007, par Guido van Nispen (Flickr/CC)

 

Du 8 au 17 mars se tient à Austin (Texas) la 25e édition du festival South by Southwest, le célèbre festival dédié à la musique, au cinéma et surtout aux nouvelles technologies. C'est un lieu réputé pour les lancements de nouveaux services web : Twitter (2007) et Foursquare (2009) s'y sont notamment fait connaître.

 

Contrairement aux années précédentes, l'édition 2013 du festival South by Southwest n'a pas vu le lancement de grands projets innovants. Aucun buzz, aucune application n'ont dominé le festival comme cela avait été le cas par le passé, laissant les quelques 24.000 participants sur leur faim. Cette absence de grandes nouveautés a incité beaucoup de spécialistes présents sur place à en conclure que le #SXSW n’était plus un festival à lancement.

 

Dans la Silicon Valley, on ressent une certain lassitude à l’égard des réseaux sociaux : aujourd’hui, les entreprises cherchent avant tout des grandes révolutions technologiques, et essayent de poser les jalons de ces futures découvertes. Cette année à Austin, j'ai pu constater qu'il était surtout question de l’innovation dans la santé, l’éducation ou encore les transports. L’idée, c’est de mettre le numérique au service du monde réel.

 

Des interfaces pour nous faciliter le quotidien

 

Le seul buzz du festival, c’était la démonstration - attendue - que Google a fait de ses lunettes intelligentes, les Google Glasses. Elles devraient nous permettre de recevoir des alertes - comme celles du New York Times par exemple - ou d'interagir avec les réseaux sociaux, tout en faisant autre chose de nos dix doigts. Sur l’évolution des interfaces - ces dispositifs qui permettent une interaction directe entre l’homme et la machine - le plus intéressant selon moi était la présentation de Golden Crichna, qui travaille en tant que designer pour Samsung. Durant sa conférence, il a insisté sur l'importance de s'intéresser à nos petits problèmes du quotidien :

“La meilleure interface aujourd'hui est celle qu’on ne voit pas. Il faut arrêter de mettre des applications et des écrans sur tous les problèmes qu’on veut résoudre. Nous devons plutôt regarder quels sont les problèmes de l’utilisateur et comment nous pouvons l'aider à les résoudre.“

 

Par exemple, les interfaces pourraient nous permettre d'ouvrir une voiture sans passer par un trousseau de clé : le coffre se débloquerait ainsi avec un simple coup de pied quand nous aurions les bras chargés de course, afin de nous simplifier la vie. Pour Golden Crichna, il faut utiliser les capteurs (de plus en plus faciles à implémenter dans les objets connectés) et utiliser l’observation des usages de nos quotidiens pour essayer de mettre le numérique au service du réel. Des vêtements pourraient par exemple mesurer notre niveau d’activité pour nous inciter à faire plus de sport, ou une fourchette pourrait analyser notre nourriture et vibrer pour nous inciter à manger moins.

 

Les données de Foursquare au service de notre bien-être

 

La grande idée derrière ces projets, c'est de comprendre comment distiller de la technologie dans des objets du quotidien pour rendre la vie plus simple et plus saine. Le problèmes des innovations technologiques n’est pas tant de les créer que de les utiliser à bon escient. J’ai ressenti à Austin une quête de sens : les gens sont fatigués de ces réseaux sociaux créés pour le plaisir. L'objectif désormais, c'est de donner du sens à la vie.

 

Le créateur de Foursquare Dennis Crowley est ainsi venu expliquer que son application n’était plus une simple appli mobile avec des jeux et des badges, mais était devenu une intelligence de la géographie du monde. Avec les données fournis par les utilisateurs de Foursquare, il espère pouvoir comprendre comment fonctionnent les villes aujourd'hui (heures d'affluence, rythmes des déplacements, données météorologiques). A la longue, toutes ces données pourraient être utilisée à terme pour comprendre comment réinventer les transports et l’urbanisation des espaces dans lesquels nous vivons.

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...