Le Conseil National de la Presse (CNP) a suspendu depuis le 05 Décembre 3 quotidiens ivoiriens pour ‘’de graves manquements à l’éthique et à la déontologie et des violations de prescriptions légales’’ portant sur différents articles parus dans les colonnes de leur journaux respectifs. En étendant l’issu du plaidoyer engagé par le CIPJ depuis le lundi 12 décembre 2011 en faveur des entreprises visées, nous vous livrons l’intégralité de la lettre que l’organe de régulation de la Presse ivoirienne a rendu publique.

 

Suspension des quotidiens Le Temps, Le Mandat et Aujourd’hui : le Communiqué du Conseil national de la presse

 

Le Collège des Membres du Conseil National de la Presse, délibérant en sa session du lundi 5 décembre 2011, a rendu des décisions portant suspension des quotidiens Le Temps, Le Mandat et Aujourd’hui, respectivement édités par le groupe Cyclone SARL, Horizon Média SARL et les Editions Aujourd’hui SUARL ce, pour de graves manquements à l’éthique et à la déontologie ainsi que pour des violations de prescriptions légales sévèrement sanctionnées par la loi du 14 décembre 2004 portant Régime Juridique de la Presse.

Aussi, le Conseil a-t-il décidé de ce qui suit :

- la suspension du quotidien Le Temps pour douze (12) parutions à compter de la notification ;
- la suspension du quotidien Le Mandat pour six (6) parutions à compter de la notification ;
- la suspension du quotidien Aujourd’hui pour vingt six (26) parutions à compter de la notification ;
Les sociétés éditrices desdits quotidiens disposent d’un délai de trente (30) jours à compter de la notification des décisions pour exercer un recours devant la Juridiction Administrative compétente.

Fait à Abidjan le 05 décembre 2011

Pour le CNP

Le Président
Eugène DIE KACOU


 

Le Collège des Membres du Conseil National de la Presse, délibérant en sa session du lundi 5 décembre 2011, a rendu des décisions portant suspension des quotidiens Le Temps, Le Mandat et Aujourd’hui, respectivement édités par le groupe Cyclone SARL, Horizon Média SARL et les Editions Aujourd’hui SUARL ce, pour de graves manquements à l’éthique et à la déontologie ainsi que pour des violations de prescriptions légales sévèrement sanctionnées par la loi du 14 décembre 2004 portant Régime Juridique de la Presse.

Aussi, le Conseil a-t-il décidé de ce qui suit :

- la suspension du quotidien Le Temps pour douze (12) parutions à compter de la notification ;
- la suspension du quotidien Le Mandat pour six (6) parutions à compter de la notification ;
- la suspension du quotidien Aujourd’hui pour vingt six (26) parutions à compter de la notification ;
Les sociétés éditrices desdits quotidiens disposent d’un délai de trente (30) jours à compter de la notification des décisions pour exercer un recours devant la Juridiction Administrative compétente.

Fait à Abidjan le 05 décembre 2011

Pour le CNP

Le Président
Eugène DIE KACOU

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • D'une part, Il faut reconnaître que certains confrères en font aussi un peu trop. La presse ne devrait pas servir d'instrument de combat politique. Quand c'est le cas, il y a toujours des manquements aux règles de déontologies. Les médias ont l'obligation de rester à équidistance des chapelles politiques, si ils ne veulent pas être la cible de manigance politique.

    D'autre part, nous restons convaincu que le but des sanctions ''répétées'' du CNP, c'est de réguler, c'es à dire remettre dans les rangs les réfractaires et non déstabiliser les entreprises de presse. La régulation étant aussi la protection de la liberté d'opinion et de presse .

  • Je ne vous le fais pas dire très cher! Maintenant que les activités économiques veulent reprendre, d'autres drames se profilent à l'horizon. C'est si désolant !

  • c est bien dommages véritablement tout tourne au drame en cote d ivoire

  • Tous en Côte d'Ivoire : blancs bonnets, bonnets blancs !

  • Aussi on vous donnera des nouvelles concernant l'état des lieux des radios locales encore existantes sur le territoire de la Côte d'Ivoire

  • Je ne le fait par dire Maguet.

    Ces mesures de suspension répétitives des journaux ivoiriens en général mais particulier ceux de l'opposition sont de nature mettre le plomb dans l'aile des entreprises de presse visées. Nous l’impression que tous les moyens illégaux (arrestations abusives) que légaux (organes de régulation) sont utilisés pour réprimer sévèrement la museler.

    Dans toute démocratie le peuple a besoin de se former en s’informant à travers des journaux  d'opinions diverses. La régulation ce n'est seulement la répression, c'est aussi le renforcement de capacité, la protection de la liberté de presse ce qui pourrait favoriser une floraison de journaux.

This reply was deleted.

Articles mis en avant