Adolfo Suárez, l'homme qui réussit à sortir l'Espagne de l'isolement en Europe en 1977, est décédé. Les funérailles furent pompeuses. Lui ayant lutté afin d'affermir la monarchie et d'établir le bipartisme ne vit pas les derniers jours de sa création. Il était atteint d’Alzheimer. Cette maladie cynique réussit à qu'il ne pût pas se souvenir de quelque événement que ce soit.


Il fut l'une des dernières pièces de ce jeu d'échec intitulé "Transition espagnole". L'ancien premier ministre, ancien cavalier, est disparu. Il reste  que le roi, la reine que l'on peut surnommer des « pions ». La gauche indignée exige l'arrivée de la république. Le roi n'a plus son cavalier qui puisse défendre ses intérêts.



L'arrivée d'Adolfo Suárez, l'homme qui réussit à montrer le bon côté de la monarchie du roi Juan Carlos

Adolf le bon fut nommé président du gouvernement le 3 juillet 1976 . Il ne fut pas le premier choix. Le franquiste Torcuato Fernando de Miranda ne voulait reprendre ce poste - ci et préféra rester comme président de l'Assemblée nationale espagnole, Las Cortes.

Le roi (38 ans) qui était plus jeune qu' Adolf le bon (43 ans) n'avait pas d’expérience politique quoiqu'il eût pris le poste de Franco pour quelques temps pendant la maladie de Franco. Juan Carlos n'avait pas d'autres candidats. Il fallait que ce fût le jeune Adolfo Suarez. Qui d'autre pouvait conduire les réformes nécessaires pouvant assurer la survie de la monarchie? Son aïeul Alfonso XIII fut chassé après d'avoir été battu dans les urnes. Il fallait gagner dans un référendum qui approuvât la monarchie constitutionnelle. Qui d'autre aurait le courage de convoquer des élections interdites par les militaires? "Adolf le bon", répondit Torcuato Fernandez de Miranda.

Adolf le bon, Adolf le méchant

Le dessinateur Osamu Tezuka, créateur de la bande dessinée Adolf, raconte l'histoire des Adolfs, deux garçons portant ce prénom, qui se connaissent durant l'arrivée d'Adolf Hitler, et dont leur vies vont les entraîner à une spirale particulière. Adolfo Suárez est le seul Adolf réputé dans l’échiquier politique espagnol tandis que Adolf Hitler est le seul Adolf autrichien qui réussit à se faire remarquer en Allemagne. Adolfo est un prénom si singulier.

Juan Carlos connaissait Adolfo Suárez quand il était gouverneur de Segovie, mais on ne pouvait pas assurer que son prochain premier ministre fît partie de son cercle. Pourtant, il y eut un pont en commun entre les deux: Torcuato Fernández de Miranda. Le prince héritier était un homme jovial mais méfiant en même temps en ce qui concernait sa vie privée. Il comptait toujours sur Fernández Miranda.  La méfiance de Juan Carlos était facile à comprendre. Il avait vécu la chute de quelques ex-premiers ministres qui firent rien afin de faire preuve de leur sagesse et leur fidélité à son égard.

Voilà la liste des limogés: l'ancien président du gouvernement... Carrero Blanco qui fut assassiné après d'un attentant terroriste d' ETA en 1973. Le pire de tous... Arias Navarro suggérant aux États- Unis d'envahir le Portugal pour piétiner la révolution « communiste » des Œillets.

Tas d'incompétents qui se sont volatilisés. Habitué à être trahi, le roi Juan Carlos nomma Suárezqui n'osa jamais à le mettre sur écoute tel que son ancien président du gouvernement Carlos Arias faisait à son insu.

Quelles furent les leçons à en tirer? Le roi savait parfaitement qu'il n'était pour l'invasion du Portugal et qu'il fallait se protéger le plus possible des attentats de l’extrême droite et de l’extrême gauche.

Dissoudre l'Assemblée franquiste: adiós a las Cortes


Compte tenu de l'engagement de Torcuato Fernández Miranda de mener la transition depuis l’intérieur et en coulisses, le roi Juan Carlos procura les moyens à Adolfo Suárez pour qu'il pût s'en servir et mettre en place le démantèlement de l’extrême droite au pouvoir.  Le 3 juillet, il prit volontiers son nouveau poste après d'avoir quitté le secrétariat général de la Falange. Une journaliste évoqua que lors d'une interview avec le nouveau premier ministre elle avait remarqué qu'il avait placé un exemplaire du journal officiel Alcazar dans la corbeille.

Dissoudre la Falange, soyez bienvenu l'UCD



Sous son mandat Suárez changea de camp sans se mettre à décrypter la pensée à son égard de ses anciens collaborateurs. En tant que secrétaire général de la Falange, il fut en charge de gérer un parti de racines fascistes contrôlant le pays. Quelques années plus tard, en tant que président du gouvernement il fallait arracher le pouvoir a ce même parti pour lequel il avait travaillé comme un forcené quelques mois avant. Il fallait dissoudre, faire diluer la Falange de sang froid. 

Suite à la disparation de cette organisation, Adolf l'ancien falangista ne comptait plus avec un parti qui pût le soutenir.  Quoi faire? Qui allait voter pour lui? En tout cas, il aura les moyens afin de s'en sortir. Il restait encore un an pour le scrutin du 15 juin 1977. Son nouveau parti constitué de tout ce qui a resté de la Falange s'appellera l'UCD (Unión de Centro Democrático)

Le communisme légalisé

Mais ce n'est pas tout. Quelques jours après, le 9 avril 1977 avant la fête de Pacques il fit légaliser le parti communiste! Aux yeux de l'extrême droite cette décision était une grosse atteinte contre le régime, comme célébrer un sabbat pendant la chasse des sorcières. Mais la main de Suárez ne tremblait pas. L'armée était indignée. De quel côté était cet homme nommé par le roi Juan Carlos? Est - ce qu'il avait oublié tout ce que le communiste Santiago Carrillo et ses camarades firent pendant la guerre civile à Paracuellos et ailleurs? Lors de la transition il fallait oublier. Le "traître" Adolfo Suárez oubliera d'autres choses quelques années plus tard. Même son propre prénom.

On dirait qu'il s'était échappé dans un notre pays lointain... comme la légende racontant que son homonyme Adolfo Hitler, l'autrichien, s'était enfuit vers l'Argentine en cherchant l'oubli. 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...