Studio 404 est un podcast dédié à nos pratiques numériques quotidiennes et à leur impact sur la société. Une fois par mois, Lâm Hua rassemble ses quatre acolytes pour discuter librement de la façon dont nos vies ont pu changer. Je l’ai rencontré, accompagné de la chroniqueuse Mélissa Bounoua et du réalisateur Ghislain Fontana, pour en savoir plus sur cette production radiophonique lancée en octobre 2012.

 Présentée par Lâm Hua - “un mec qui tient un blog de fille” selon ses propres termes - l’émission de Studio 404 laisse chacun de ses 4 chroniqueurs développer un point de vue sur un sujet de son choix avant de permettre aux trois autres d’y réagir. Les chroniques sont interrompues par une F.A.Q. (“une foire à questions”) qui permet aux auditeurs de participer en posant des questions via les réseaux sociaux.

 Réalisé par Ghislain Fontana, réalisateur à Radio France, le talkshow est enregistré au Tank, à Paris, et peut durer entre une et deux heures, “en fonction de la verve des chroniqueurs”. Si l’émission est organisée comme un programme de radio FM, avec son jingle, son présentateur, ses animateurs et ses rubriques, Studio 404 n’en reste pas moins un produit de l’Internet. Son nom est d’ailleurs une référence explicite au ‘404 not found’, cette erreur bien connue des internautes qui indique que la page web recherchée n’existe pas.

  •  Des chroniqueurs natifs de la radio du numérique

 Ses chroniqueurs viennent d’horizons professionnels différents, n’ont pas nécessairement d’expérience radio préalable, mais se connaissaient avant via leur réputation en ligne. Tous sont des “twittos” actifs et influents, à l’instar de Mélissa Bounoua (alias @Misspress, 277 000 abonnés sur Twitter), une des figures phares du réseau social en France. L’équipe s’entend bien, comme en témoignent les running gags (blagues à répétition) qui ponctuent l’émission et lui donnent cette ambiance qui “tangue agréablement, entre franche camaraderie et humour potache”. A tel point que l’équipe de chroniqueurs n’a pas changé depuis le début de Studio 404, malgré la proposition de Lâm Hua d’intégrer une personne plus jeune, ainsi qu’une autre, plus vieille.

 Daz, Fibre Tigre, Sylvain Planey et Mélissa Bounoua sont tous des utilisateurs “avancés et passionnés” mais ne sont “jamais les experts absolus du sujet”, d’après Lâm Hua. Studio 404 propose un “partage d’expérience” entre utilisateurs avertis, et les sujets peuvent à ce titre être détachés de l’actualité. Les chroniqueurs disent ce qu’ils pensent avec humour et sagacité. Pour Lâm Hua, ces libertés (de ton et dans les choix de sujets) sont permises par la diffusion en ligne (sur la bande FM, les contraintes auraient été plus fortes).

  • Un studio peut en cacher une série d’autres

 Studio 404 se veut donc une émission “alternative et complémentaire” aux autres émissions consacrées au numérique. Après la tentation de se produire sur les ondes et une expérience vidéo avortée, Studio 404 estime que sa place est en ligne, dans le paysage des podcasts français.

Dans leur dernière émission, l’équipe de Studio 404 annonçait d’ailleurs la création de Qualiter, une structure entrepreneuriale dont devrait bientôt émaner de nouveaux projets d’émissions thématiques à l’image de Studio 404. Affaire à suivre donc - pourquoi pas sur leur forum, lancé lui aussi récemment.

 

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Mathias Virilli - journaliste made in Atelier des médias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Machine Learning, Deep Learning, Informatique Cognitive, réseau de neurones,…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Une galaxie de "refuzniks" appellent à contrer l'hégémonie…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Au-delà du classique feuillet, quels formats pour l'info sur le web ? BBC Research…

Plus...