La rentrée média 2013 vue par les spécialistes

Quel bilan dresser de l'année 2012 dans les médias? Quels sont les grands enjeux de l'année 2013? De nouveaux outils sont-ils en train d’émerger? Certains services sont-ils en perte de vitesse? L’Atelier des Médias reçoit, pour la deuxième fois, quatre spécialistes des médias numériques : Alice Antheaume, Erwann Gaucher, Marc Mentré et Gilles Bruno.

 

Chacun d’entre eux tient un blog consacré à l'actualité média en France et dans le Monde :

Alice Antheaume est journaliste, directrice adjointe en charge des nouveaux médias et du développement international de l'école de journalisme de Sciences Po. Elle tient le blog Work in Progress sur Slate.fr.

Marc Mentré est journaliste, chef du département de formation au journalisme à l’EMI CFD et blogue actualité media sur Mediatrend.

Erwann Gaucher est journaliste, il travaille pour France Télévisions, il est aussi formateur et pdg de Cross Media Consulting qui est aussi le nom de son blog.

Gilles Bruno est rédacteur en chef de l’observatoire des medias, consultant, il enseigne au Celsa, à l’IPJ et au CFPJ.

Quelques éléments de réflexion :

Une chose est certaine, le journalisme et la presse sont encore dans une période de perturbations et d’incertitudes. La télé, la radio, la presse papier...tous les supports sont concurrencés par l’internet. Et sur la toile les modèles économiques sont encore à trouver.

Durant l'émission, nous avons abordés un certain nombre de thèmes en rapport avec l'actualité mais aussi des sujets que nos spécialistes traitent sur leur blog. 

 

Les grands sujets du moment

Passage au tout numérique 

Le magazine américain Newsweek a fait ses adieux à sa version papier. Sa dernière “une” datée du 31 décembre est une photo aérienne de son siège à New York accompagnée du hashtag “last print issue”. La chute ventes et des revenus publicitaires, ainsi que le déplacement des lecteurs vers des contenus gratuits sur Internet sont les principaux coupables.

 



La taxe Google

Faut-il taxer Google et reverser l'argent aux éditeurs de presse ? S’est demandé en octobre dernier Erwann Gaucher. Ces derniers mois, les tensions se sont accrues entre les groupes de presse et Google, en France, en Allemagne, en Italie et en Irlande. Les éditeurs de presse souhaitent que les moteurs de recherche, et en particulier Google dont la position est hégémonique sur la Toile, versent une rémunération aux sites d’information pour l’utilisation de leurs contenus. Le géant de Mountain View menace de ne plus indexer les sites d’information sur son moteur de recherche s’il devait s’acquitter d’une telle taxe, en rappelant qu’il «redirige quatre milliards de clics par mois vers les pages Internet des éditeurs» français. En Belgique cependant, Google est arrivé à un accord avec les éditeurs de presse. 

En Irlande, l’association des quotidiens nationaux a adopté une position controversée: ses membres souhaitent la rémunération des liens hypertextes qui renvoient à leurs articles.

La multiplication des paywalls

Les murs payants se multiplient sur les sites d'info. Mais pour faire payer, il faut également proposer une qualité supérieure à ce que produit traditionnellement la presse papier, explique Benoit Raphael, créateur de médias sociaux.

En 2013, “on verra une grande quantité de producteurs de contenus passer d’un modèle économique basé sur la publicité à un modèle d’abonnements ou de paiement à la consultation”, annonce quant à lui le rapport «Digital and Media predictions 2013» publié par l’agence Millward Brown, évoqué par Alice sur son blog.

Vers “un autre journalisme”

A l’occasion de son cinquième anniversaire, la revue trimestrielle XXI a publié un manifeste qui défend un journalisme sans publicité et utile. "Et si les dirigeants de la presse mondiale se trompaient en investissant à tour de bras dans les applications, les sites et les rédactions multimédias ? Et si les chiffres mirobolants des pages vues et les audiences faramineuses des titres de presse transformés en 'marques médias' étaient un leurre ?”. Le journaliste n’est plus qu’une figure qui agrège, trie et commente les informations qu’il reçoit sur son ordinateur. Les auteurs de ce manifeste iconoclaste jugent la mutation numérique comme un gouffre financier.

Pour Alice Antheaume, "tous les médias ne font pas le même métier. La revue XXI ne produit pas en temps réel, raconte de longues histoires qui ont le temps d'être étayées. Les journalistes news, eux, travaillent dans l'urgence et ont le mérite d'être dans l'expérimentation."


Les enjeux actuels du journalisme vus par nos invités

Pour Marc Mentré et Alice Antheaume, impossible d’échapper à l’"effet mobile". Plusieurs sites d’informations en ligne ont aujourd'hui  plus de visites depuis leurs applications mobiles que depuis leur site web. Pour Le site du Monde, le mobile est devenu "une super star", plus pratique que son prédécesseur, nommé l’ordinateur. Aujourd'hui, la tendance s'est inversée. On pense mobile avant de présenter une vitrine web.Selon elle, certaines rédactions pourraient être entièrement dédiées au mobile pour concevoir des formats, des interfaces, des histoires adaptés.

Marc Mentré, lui, voit 2013 en hybride. Le papier n'est pas mort mais doit ouvrir la voix à des publications personnalisées.On quitte l'ère du mass media pour aller vers l'ère de la personnalisation du média.

Pour Erwann Gaucher, la tendance 2013 reste la social TV. C'est toutes les possibilités d’interactions entre les réseaux sociaux et la télévision. Selon lui, les personnes se sont emparés de ces outils car ils ont de plus en plus envie de commenter ce qu'il se passe à la télévision.

Il a notamment étudié les présidentielles sur les réseaux sociaux. Les journalistes ont été obligés de se mettre à la page du numérique. Les réseaux sociaux se sont fait une place importante dans les médias, et les politiques jouent le jeu. De la campagne présidentielle de Barack Obama à la campagne électorale française, nombre de stratégies numériques fleurissent. Grâce à Facebook, Twitter, Instagram mais aussi Daylimotion, les journalistes ont majoritairement vécu la campagne sur le Net. Les tweets des candidats sont repris, les émissions politiques sont suivies aussi bien à la télévision que sur la Toile, les journalistes spécialisés dans le numérique sont appelés à la rescousse.

 

 

 

Crédits photos : Nemo via Pixabay

 

Erwann Gaucher garde un oeil sur la presse papier. Un secteur en crise où il décèle deux tendances : ceux qui sont obligés de passer au numérique et ceux qui ont su prendre le virage du numérique à temps. 

 

Les journalistes web sont-ils prisonniers du temps et de leurs écrans ? s’est interrogé L'observatoire des médias en octobre. Le métier de journaliste change peu à peu, il commente le monde depuis ce qu’il reçoit sur la Toile, pris de vitesse par la quantité d’informations déversée. Pour Alice Antheaume, le journalisme est en mutation. Les médias innovent comme jamais auparavant pour s’adapter aux usages des consommateurs d’information.
L’avenir du journaliste est-il de toujours réinventer son métier ?

Lors de la table ronde, Gilles Bruno rebondit sur un article de Cyrille Franck publié sur son blog : Les journalistes papier ne sont pas (tous) des dinosaures qui refusent d'évoluer

Alice Antheaume s'interroge dans un billet sur la place de la vidéo en ligne. Elle rappelle notamment que la vidéo sur le web et la télévision de flux sont des exercices différents. Lisez son billet : la vidéo est le futur tweet en ligne.

Durant l'émission, elle rappelle que la presse en ligne est aussi en crise. "On a pu le voir avec la disparition du pure player Owni.fr le 21 décembre . Le problème en France, c'est qu'il y a beaucoup trop de sites d'informations. Ils n'arrivent pas à trouver un public suffisamment large pour subsister.

 

Enfin n'hésitez pas à lire le bilan 2012 d'Eric Scherer qui sera notre invité d'ici peu.

 

 Vous pouvez écouter les bonus de l'émission ici.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • La liberté d'expression est zigouillée.

  • Je remercie d’abord le ciel qui m'a laissé en vie,je suis pas parti avec les glissements de terrain,des guerres,des accidents de toute sorte.Pour les médias,c'est la partialité qui règne.L’information crédible,ce droit inaliénable,est hypothétique.Je ne voix et je n'écoute que de la position des plus forts.Des fois,je suis atteint par un sentiment de refus de tout ce qui est médias.J'espère que l'année 2013 soit l'année de véritable presse libre.Il n'y aura ni censure ni blocage.

  • Bonjour à tous et Très bonne année.

    Mon souci principal pour le cas de Madagascar, dans ce contexte de nouveaux médias,  est la transposition du fossé numérique jusque dans la sphère informationnelle. Déjà que peu de malgaches achètent les"bons"journaux quotidiennement faute d'argent, j'ai peur qu'il y ait un fossé informationnel entre ceux qui ont accès aux contenus numériques et ceux qui ne peuvent y avoir accès. En effet, un quotidien d'un certain niveau coute de 400 ar à 600 ar alors qu'on  peut facilement avoir les tabloids et les papiers à scandale pour 100 ar. Si les bons journaux arrêtent leurs éditions tirées pour migrer vers le numérique, j'ai peur que la masse populaire n'ait plus accès aux contenus vraiment journalistiques et ne soit bombardée d'informations douteuses et non vérifiées.  à Madagascar seulement 1 malgache sur 4 possède un ordinateur et je dirais 1/2 malgache possède a accès à Internet. Bien sur l'Internet Mobile est plus accessible,mais se pose le problème de la capacité financière à acheter un mobile " smart" capable d'intégrer les applications web.  Pour ceux qui  déjà les moyens d'accéder à la technologie, les médias en ligne, c'est presque gratuit. Mais pour le Malgache régulier, ca crée un cout supplémentaire dans la recherche d'informations.

  • Bonsoir,

    Meilleurs voeux à tous pour 2013. 

    Bravo à l'Atelier des médias et à RFI.

    Merci à tous les 4 de répondre à nos questions.

    Voici quelques questions diverses sur les médias, et le journalisme en particulier.

    #journaliste
    Quel était le rôle du journaliste hier? Quel est il aujourd’hui?
    Quel peut être son rôle (ou ses rôles) demain et après demain?

    #twitter
    Twitter semble être devenu le nouveau communiqué de presse ou journal individuel pour les politiques, les vedettes, les écrivains, les acteurs,... Certains articles se transforment alors en revue de presse #twitter et les interviews ne semblent presque plus nécessaires. Qu’est ce que change twitter dans la relation des "personnalités" et des journalistes?

    #contenu ou #usage
    Internet a permis de mettre à jour qu’une partie des articles des journaux ne sont qu’une reprise des agences, et donc ne sont pas une création de contenu, mais une mise en forme, en page, une sélection,... d’un contenu que l’on peut retrouver ailleurs.
    Est-ce qu’un média ne devrait pas se positionner clairement en terme de modèle économique sur l’usage (et l’expérience utilisateur, comme un Deezer) ou sur la création d’un contenu unique (comme Mediapart)? (cf "Vous êtes plutôt contenu ou usage?")

    #économie
    Si l’information n’est qu’un produit, alors le journaliste a le même problème que tout entreprise face à une hyper abondance et à une stratégie de baisse des prix (voir de gratuité). Il doit adopter une stratégie de différentiation. Soit par une expérience d’usage unique, soit par un contenu exclusif. Qu’en pensez vous?


    #blog
    Sur l’exemple de la taxe Google, quand je lis le billet d’Erwann Gaucher, je considère que la notion de journalisme y est plus présente que dans les journaux cités (quelques soient les raisons de leur subjectivité). Ce billet est écrit par un journaliste, mais il aurait pu être écrit pas un simple blogueur. Au delà de la carte et de son emploi dans un organisme de presse, qu’est ce qui distingue un journaliste d’un blogueur?

    #économie2
    Si l’on suppose/valide que l’information est gratuite et donc uniquement un moyen, quelles sont les stratégies possible d’un journal pour gagner de l’argent?

    #nonéconomie
    Si l’on considère que le journalisme n’est pas que économique, mais également un garant de la démocratie, qu’est ce que l’état doit faire pour le journalisme? Ou est ce qu’un journal doit être considéré comme une association ou une ONG (avec les mêmes règles financières, comme sur les dons - crowdfunding)?

    #multimédia
    Le mix des moyens techniques (texte, image, son, vidéo) est selon moi un des changements fondamentaux aujourd’hui. Par exemple, des journaux ‘papier’ propose des ‘revues de presse’ des journaux télévisés sur leur site web, ou bien des émissions de radio sont filmées. Tous les médias semblent se fondre en un seul. Pensez vous que c’est le cas, et pensez vous que cela soit une bonne chose?

    #lecteur
    Quel doit être la relation avec les lecteurs (aussi appelés spectateurs, consommateurs, auditeurs,...)? Jusqu’où doit aller cette relation (consommation, participation, co création, création...)?

    #fluxetstock
    Les journaux ont travaillé sur l’information en flux. A l’instar de la télévision, du livre ou du cinéma, est ce qu’ils ne devraient pas travailler plus sur le stock (je sais qu’ils le font déjà un peu)? Par exemple, fournir des services pour analyser, regrouper, sélectionner les informations, et les articles passés, ou bien mettre à disposition les contenus bruts? (cf “Le Monde. une stratégie des données au centre”), ou bien vendre son stock (comme le Chicago Tribune, “Les journaux meurent en vendant des nouvelles fraiches… alors qu’ils sont peut-être assis sur un trésor”)

    Merci d'avance pour vos réponses à toutes ou... partie de ces questions ;-)

    Frédéric Abella

    ducontenuauclient.fr

  • Bonjour et mes vœux les meilleurs pour 2013.Je suis un jeune centrafricain qui adore écrire pour les autres.Il est vrai que l'internet, de nos jours, n'est plus un produit réservé à quelques privilégiés même dans les pays très pauvres comme la RCA.J'aurais quelques préoccupation à poser à vos invités.Pour commencer, regardons ensembles la réalité de certains pays africains,précisément la RCA pour ne pas aller loin.Nous vivons des jours où même le premier outils nécessaire pour accéder à l'internet, j'entends par là l'ordinateur,reste inaccessible à une grande partie de la jeunesse; l'électricité est une denrée rare; l'eau courante est maintenant l'objet de bataille dans les quelques rares bornes fontaines;l'accès à l'internet dans les rares cyber café de la capital coûte cher;les crises militaro-politiques à n'en plus finir; le niveau d'éducation en chute libre;bref. Face à cela, regardons maintenant les sujets à réflexion que vous nous proposés.Croyez-vous qu'un jeune centrafricain "normal" comprendra quelque chose dans les portés de telles discussions?Telle est ma première préoccupation. La deuxième,pouvez-vous nous nous dire si un blogueur doit se considérer  comme un journaliste et prendre les mêmes risques professionnels que ce dernier?Et pour finir je vous demanderais très humblement à nous aider un peu en mettant à notre disposition des billets sur la technique d'écriture journalistique et les méthodes pour écrire un bon article de presse.Encore mes meilleurs vœux pour 2013 à toute l'équipe de l'atelier des médias et toute personne travaillant à la radio.

  • N'oubliez pas que vos questions doivent porter sur l'évolution des médias en 2013. N'hésitez pas à visiter les blogs de nos quatre invités pour vous inspirer :

    Work in Progress

    Media Trend

    Cross Media Consulting

    L'observatoire des médias 

  • Bonjour Bonjour.. suis heureux de pouvoir communiquer avec vous aujourd'hui, car depuis 1 an j'ai ce compte mais j'arrivais pas a vous contacter..Comment pt on devenir votre representant dans un autre pays.. Par ex. votre representant pour Haiti

  • Les vœux les meilleurs pour 2013 pour tous les membres !

    Quels sont les critères actuels pour mériter le ballon d'or football homme ?

  • Pour commencer d'abord meilleurs voeux à tous pour l'année 2013, en espérant que vous me donnerez le  micro un jour dans le studio de rfi.

    je me nomme Mamoutou DANTE,je suis assistant de presse et réalisation au Mali à l'ORTM

    je suis très heureux de faire partir de l'equipe des l'atelier des medias.mais ce que je voudrais savoir :

    - Quel type de bloggeur chercher vous pour les pays Africains ?

    - Que conseiller vous au bloggeur Africain ?

    -Comment doit -on faire pour avoir son propre bloggeur , ?

  •  Meilleurs vœux à tous pour 2013.

    Je remercie Alice Antheaume, Erwann Gaucher, Marc Mentré et Gilles Bruno pour cette opportunité. En fait, j'ai plusieurs préoccupations:

    1- Quel est vraiment le profil "normal" d'un "bloggeur"? Doit-il écrire comme le journaliste ou alors d'une autre manière?

    2- Dans un pays comme le Cameroun, quel rôle devraient jouer des "bloggeurs"?

    3-Est-ce que le "bloggeur" court les mêmes risques que les journalistes par rapport à leurs écrits?

    4-Est-ce que les journalistes web sont prisonniers  de leur écran?

    Pour le reste, je partage les préoccupations de Justin Yarga.

This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

ASSANI Salim Azim via Twitter
Il y a 17 heures
Atelier des médias via Twitter
Fin de l'enregistrement, retrouvez l'émission sur #OGP16 ce samedi à 10h10 sur @RFI merci à #placetodo, @Etalab, @OpenGovFr et @CFImedias
Il y a 21 heures
Atelier des médias via Twitter
"Il faut suivre le cas tunisien de l'Open Data pr améliorer les bonnes pratiques" @pzwsk #OGP16 #PlaceToDO @OpenGovFr
Il y a 21 heures
Atelier des médias via Twitter
Dans le brouhaha du @lecese, on parle Open Data #OGP16 #placetodo
Il y a 21 heures
Plus...