Les kiosques parisiens et les gares des grandes villes françaises accueillent depuis le mois d’avril un nouveau magazine. Son nom ? Soixante-Quinze, comme le code géographique du département de Paris. Son idée ? Parler de la ville de Paris plutôt que de la capitale, et raconter ses quartiers et ses rues, ses habitants et ses histoires plutôt de d’informer sur ses bons plans et ses faits divers.

En racontant Paris autrement que sous l’angle d’une capitale politique, économique ou touristique, Soixante-Quinze espère renouveler la presse locale. Par des reportages, des enquêtes, des portraits et des interviews, le mensuel souhaite aussi se distinguer des publications gratuites, comme Le Bonbon ou A nous Paris, qui informent sur les bons plans qui animent la ville.

 

Avant Soixante-Quinze, d’autres médias ont essayé de créer un magazine de société dédié à Paris. Nova Mag, “city guide” parisien, a été arrêté en 2004, après avoir été édité pendant 10 ans par Nova Press. Plus récemment, Megalopolis, trimestriel monté par des étudiants de Sciences Po, se proposait de couvrir le Grand Paris. La publication a duré deux ans, de 2010 à 2012.

C’est donc un pari risqué qu’entreprend David Even, fondateur et directeur de la publication du magazine : raconter Paris à ses habitants, pour le prix de “deux cafés parisiens”. Pour cela, il compte notamment sur la base de lecteurs acquise pendant 5 ans avec le 13 du mois. C’est l’équipe de ce magazine dédié au 13ème arrondissement de Paris qui a donné naissance à Soixante-Quinze. Les journalistes de Dixhuitinfo.com, site d’information consacré à l’actualité du 18ème arrondissement, ont rejoint l’aventure.

Le 13 du mois se targuait d’être le n°1 des ventes en kiosque du 13ème arrondissement de Paris. Pourtant, le passage de “l’hyper-local” au “local” représente pour l’équipe de Soixante-Quinze un défi majeur, tant l’attachement à une ville aussi grande que Paris est différent de celui porté à un arrondissement.

Soixante-Quinze n’est cependant pas la seule publication à couvrir une ville ou une région sous la forme d’un magazine de société. Le mensuel Bretons dépeint par exemple le territoire et les habitants de la Bretagne depuis 2005. Fondé en novembre 2015, Boudu souhaite également “raconter Toulouse et sa région différemment”, en misant sur la proximité.

Soixante-Quinze a été créé avec une ambition similaire : intéresser les Parisiens à une information locale qui ne soit ni actuelle, ni gratuite. David Even et Virginie Tauzin, journaliste et co-rédactrice en chef, nous expliquent comment ils comptent s’y prendre :

Le premier numéro de Soixante Quinze s’est vendu à 10 000 exemplaires et le magazine compte aujourd’hui plus de 1000 abonnés. Au sommaire du deuxième numéro, paru en mai : une série de portraits de Parisiens anonymes mobilisés pour surmonter le traumatisme des attentats ; un entretien avec le musicien punk Didier Wampas, qui raconte son Paris après avoir travaillé pendant 30 ans pour le métro parisien ; mais aussi une enquête sur l’univers compétitif des supérettes, ainsi que des reportages sur des lieux emblématiques de la ville.

 

soixante-quinze-numeros.jpg

les deux premiers numéros de Soixante-Quinze

Le tout en une petite centaine de pages, avec un travail graphique qui fait parfois penser au bimensuel Society, autre succès récent de la presse papier. Interrogé lors d’une conférence de l’IFP en avril dernier sur cette nouvelle publication, Stéphane Régy, co-rédacteur en chef de Society, se réjouissait d’ailleurs de l’existence d’un magazine parisien “qui ne soit pas un guide pratique”.

Site Internet / Facebook / Twitter

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Mathias Virilli - bébé journaliste, biberonné à l'Atelier des médias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

#EnAnglais : à quoi ressemble un journal dont les lecteurs choisissent le contenu ?…

Atelier des médias via Twitter
#Rappel : Le concours @MediaMakerParis est ouvert jusqu'au 5 mai 2017 http://buff.ly/2o7HLNo 
Il y a 13 heures
Atelier des Médias - RFI via Facebook

Si vous avez une bonne idée et que vous voulez la développer avec des gens…

Atelier des médias via Twitter
Chinese people mean something very different when they send you a smiley emoji http://buff.ly/2o6z71t 
Il y a 16 heures
Plus...