SÉNÉGAL : LES MENDIANTS SORTENT VAINQUEURS !

Apparemment, l’interdiction de mendier sur les voies publiques dakaroises ainsi que celles des autres régions du Sénégal tend à être mise aux oubliettes. Cette mesure prise depuis maintenant deux mois par les autorités de la République du Sénégal, n’a toujours produit l’effet escompté.

Pour preuve, la plupart des avenues et rues de la capitale sénégalaise, prises en compte par l’arrêté ministériel sont toujours occupés par des mendiants déjà avertis. Ceci, sous le regard complice des policiers chargés du contrôle.

Toujours, ils n’hésitent pas à courir vers une voiture coincée dans un embouteillage ou nouvellement stationnée pour demander de l’aumône aux occupants.

Pour les piétons, c’est presque l’agression tellement la supplication pour donner quelque chose, tant soit minime, est critique.

Quant aux restaurants, boites de nuit et autres lieux publics, c’est dans la soirée qu’ils sont pris d’assaut par ceux qui craignent dans la journée une descente policière. Devant ces endroits on ne peut pas échapper à la vigilance de ces mendiants.

Pire dans les autres régions où le manque d’effectif noté dans les commissariats demeure un réel obstacle quant à l’application stricte de cette décision gouvernementale.

Pourtant le gouvernement avait la ferme intention de régler cette situation patente qui au-delà des autochtones, aurait gêné des organisations financières influentes, par ailleurs partenaires
du pays.

Malheureusement pour lui mais heureusement pour les mendiants. On peut le dire du fait que cette mesure débouche présentement sur un échec. Car, des étapes importantes ont été omises dans le processus de déguerpissement des candidats à la manche, à l’instar des pauvres,invalides ou de simples ‘’talibés1‘’ ayant pignon sur rue.

Parmi ces erreurs, on note d’abord le manque de mesure d’accompagnement pour une décision de si grande envergure.


Normalement, il devait y avoir une compensation permettant à ses nécessiteux, dont la majeure partie est truffé de responsables de familles, de ne pas sentir leur subite « déménagement ».

Aussi, puisque les lieux de cultes (mosquées, églises etc.), sont choisis comme sites d’accueil pour certains « refoulés » des grandes artères du pays, des consultations auprès des responsables devraient être alors entreprises par les autorités.

Pour ainsi dire, ce sont quelques unes des actions préliminaires sautées qui font que les quémandeurs, contraints à vivre comme chaque être vivant, ne peuvent pas abandonner leurs vielles habitudes, même si c’est le pire qui devait leur arriver dans ce pays de la ‘’téranga2‘’.


1_élève d’école coranique

2_hospitalité


Mansour Gaye

BLOG: http://mansourgaye.wordpress.com

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • C'est malheureux pour nous qui vivent dans le pays et aspirent à un développement endogène.
  • Merci Gilles, vous avez repérez un gros problème dont l'une des conséquences est la mendicité des enfants: c'est le problème du tourisme. Pourtant le gouvernement sénégalais avait organisé, il y'a quelques mois, un salon international à Dakar pour réfléchir sur comment redynamiser le secteur touristique. Et vous voyez qu'on a oublié la mendicité qui est une des causes du problème. Sincèrement, en ce qui me concerne, je n'avais pas fait attention à votre excellente remarque. Vous voyez, la force du blogging c'est l’échange, et ça fait sortir les idées. Maintenant je suis plus outillé pour parler sur le probleme du tourisme dans notre pays; Merci pour cela. J’espère qu'on aura d'autres occasion pour discuter. C'etait un plaisir!
  • Chere ami; je sais parfaitement que vous ne critiquez pas le pays car ce que vous dites est un fait triste mais bien réel. Je connais bien Avenir Plus de MBOUR car je vis dans cette ville depuis six mois pour une formation en transit. Dans mon dernier commentaire, je voudrais seulement vous dire que pour un pays dont la majorité est musulmane; c'est l'Etat qui devrait allouer une part de son budget à la structuration de ce modele scolaire islamique et imposer des conditions aux marabouts; mais cette situation ne peut plus durer. Vous remarquerez certainement qu'il ya des marabouts responsables qui ouvrent avec l'aide d'ong, des écoles coraniques modernes avec des conditions d'herbergement adequates sans oublier la qualité de la nourriture.et de l'enseignment/ En toute sincerité; c'est notre Etat qui doit faire un effort car il y'a des marabouts qui n'exploitent pas leurs talibés et meme cette pratique tend à se raréfier/
    Heureux de vous lire!
  • Chère Gilles, je suis d'accord sur quelques points de votre discours. Premièrement, c'est vrai que la mendicité fait partie intégrante dans nos sociétés bien que différente dans la pratique. En deuxième lieu, j'approuve l'agressivité légendaire de certains quémandeurs boulimiques dont vous avez fait état.
    Cependant, il ne faut pas oublier que nous vivons dans des pays totalement opposés. Ce, soit dans les pratiques coutumières, soit dans la religion.
    Par exemple, le Sénégal compte environ 90 pour cent de musulmans. Et la triste réalité est que l’école coranique qui fournit le plus de mendiants. Ce qui fait que la mendicité, telle qu'elle est pratiquée au Sénégal, est devenue débordante, voire trop. Ce qui n'existe pas en France. Car la-bas, les écoles sont dépourvues de jeunes élèves candidats à la mendicité.
    Aussi, je vous rappelle que pour le cas du Sénégal, l'Etat est plus disposé à trouver des solutions idoines pour que ce phénomène diminue. Ceci,en subventionnant les maîtres coraniques pour qu'ils puissent avoir des locaux pouvant accueillir les élèves, ainsi que des garanties en nourritures et outils didactiques. Comme ça, ces talibés au lieu de mendier dans les rues, pourront être logés, nourris et éduqués dans la plus stricte norme.
    Tout cela, pour le bénéfice d'eux-mêmes, de leurs parents pauvres, mais aussi de toute la Nation.
    Je vous remercie pour votre commentaire.
  • parfaitement d'accord avec Giles Michèle.
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...