Le Grand prix du chef de l’Etat pour les Sciences a été attribué ce mercredi au professeur Souleymane Mboup, au cours d’une cérémonie président par le président Abdoulaye Wade. Le virologue a été récompensé pour l’ensemble de ses recherches, notamment dans le domaine du Sida. Avec un groupe de chercheurs américains, le professeur Mboup avait isolé pour la première fois à Dakar, une souche moins violence du Vih, baptisée VIH 2.

Ces travaux n’avaient été récompensés par aucun prix, mais ils avaient fait la réputation de cet officier supérieur de l’armée sénégalaise, une des plus grandes fiertés de la médecine sénégalaise. En lui décernant le prix, le chef de l’Etat a appelé à un soutien de la recherche, par l’octroi de bourses pour les chercheurs et pour les étudiants en médecine."

Seneweb.com : Mercredi 30 Juin 2010

il y a des sciences et des arts sans lesquels il ne peut pas y avoir d'Etat et surtot d'Etat moderne et indépendant.Ces sciences et ses arts sont à la portée de tous les hommes.Mais ces sciences et ces arts ne prospèrent pas dans tous les Etats ni dans un Etat qui aurait reçu même de la grâce de la nature quelques génies en son sein s'il ne sait pas les détecter très tôt et se charger sévèrement mais aussi affectueusement de leur éducation pour les dompter.

Au moment où les Etats africains arrivent dans leur cinquantième année d'indépendance,cette récompense et surtout les travaux qu'elle honore et devrait cherche à perpétuer au sein de la république,sont pour moi la preuve des propos de BarackObama"we can".Il me semble aussi qu'à travers cet acte,le président de la république du sénégal est en accord avec lui-même au moins dans ce domaine:"je préfère disait-il,l'intelligence de mon pays aux milliards étrangers".C'est pourquoi il importe de savoir aussi ceci à l'intérieur du pays:de la sixième à la classe de terminale,même les élèves qui font la série S1 et S2 n'ont jamais vu et encore moins manipulé un microscope.Ils n'ont jamais fait d'expérience et encore moins d'expérimentation dans les domaines où cela est nécessire et très bien possible puisque c'est comme cela que les chose se passaient quand nous étions au lycée sous Senghor.On entre donc en faculté de médecine aujourd'hui tout en étant étant fondamentalement vierge de toute pratique scientifique.

Les grandes catastrophes nationales et transnationales sont toujours et partout dues à l'ignorance des hommes et des peuples,aussi bien de l'ignorance des gouvernés et surtout de l'ignorance de l'essentiel chez ceux qui prétendent gouverner d'autres.

imaginez un virus avec une très grande vitesse de propagation et de destruction dans un Etat coupé de tout commerce avec le reste du monde et au sein duquel aucun véritable médecin en son sein ayant la science de cette maladie,il lui suffirait de quelques instants pour tout ravager en attendant un autre homme ou peuple qui saurait lui reister.

Tout Etat sérieux est aujourd'hui fondé sur une connaissance positive et rationnelle et avérée d'au moins quelques fragments vitaux de l'existence de la nature et de ce corps particulier en son sein qu'on appelle homme.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...