Sarkophile ?

Nicolas Sarkozy le 19/11/10 :
«Il semblerait que vous soyez pédophile»

Il est impossible que vous ayez échappé à cette phrase lâché par Nicolas Sarkozy à l'adresse d'un journaliste qui, pendant le "Off" du sommet de l'Otan à Lisbonne, avait osé poser des questions au chef de l'état sur son implication dans le dossier Karachi. Je ne débatterai pas ici de la diffusion du "Off" ou pas puisque vous le savez j'aime le travail de Pierre Carles.

Cette information, d'abord relayée de façon courte me parraissait d'une violence sans nom puis a finalement pris une autre dimension à mes yeux lorsque Libération a publié l'audio de cette altercation.


Qu'est-ce qu'on y entend ?


Pour ceux qui n'aurait pas entendu l'intégralité de ce quasi-monologue, pas la peine de monter sur vos grands chevaux, lorsque Sarkozy dit que le journaliste en face de lui est pédophile, il ne fait qu'illustrer maladroitement sa pensée qui veux que si on a pas la preuve de ce que l'on dit mieux vaut se taire :

"Soit il y a quelque chose, dans ce cas-là je m’explique bien volontiers. Soit il n’y a rien… Et je m’explique sur quoi ?"


Mais dans cet extrait, on y entend, un président finalement bien mal à l'aise par rapport à ces soupçons, un président qui faute de pouvoir se défendre attaque, fait la morale aux journalistes, leur explique comment faire leur métier et puis dérape en démontrant ses propos par l'absurde.

Impossible également de ne pas déduire que le président de la République mène à l'heure actuelle une sorte de guerre larvée contre les journalistes lorsque l'on a vu sa dernière prestation officielle à la télé française. Il fait un bilan "argumenté" des sujets traités par les journalistes qu'il a en face de lui, leur fait la morale en reprochant aux journalistes de focaliser leur ligne éditoriale sur des sujets minimes qui pourtant son mis en exergue par la politique de son gouvernement, c'est la banale histoire de la poule ou de l'œuf.

Sarkophile ?


Il faut dire que dans cette histoire personne n'est vraiment blanc, je trouve personnellement que la télé à généralement un traitement populiste de l'actualité, panurgique et souvent motivé par la course à l'audience et je crois que Nicolas Sarkozy a trouvé lui aussi un moyen populiste de se défendre en attaquant les journalistes, une profession loin de faire l'unanimité dans les foyers français. Une profession que nous essayons de défendre chaque jour dans l'atelier des médias sans omettre de la remettre en cause.

Le doute, c'est une des forces du métier de journaliste et aussi à certains égards l'un de ses défauts. Vous ne trouverez pas moins corporatiste que cette profession puisque chacun doute du travail de l'autre, on se rappellera au passage comment les sarcasmes sur Laurent Joffrin (directeur de publication de libération) par Nicolas Sarkozy avait fait rire tous ses camarades.


Discutez aussi avec des journalistes politiques et vous verrez qu'ils vous diront qu'ils prennent beaucoup plus de plaisir à suivre Sarkozy aujourd'hui que Chirac à l'époque. Car le journaliste est quelqu'un généralement de cérébral, il aime la joute verbale, les bons mots, le journaliste est finalement un rappeur qui aime s'affronter dans des freestyles avec les hommes politiques, celui qui vanne le mieux est toujours le plus fort...Sarkozy mènent ainsi la profession par le bout du nez, une cour qui le suit dans ses nombreux agissements (son storytelling), qui rigole à ses blagues et n'ose s'affirmer ou se défendre les uns les autres lorsqu'ils sont en difficultés.

Il faut dire que l'activité de l'omniprésident ne laisse que très peu de temps pour vérifier la justesse de ses propos et que ceux qui ont ce qu'on appelle désormais "le luxe" de l'enquête ont bien du mal à transmettre à la plus large audience le résultat de leur travail, quand il dispose encore d'un ordinateur.

Si la liberté de l'information et la justice sont deux piliers de la démocratie et au vue de l'actualité française, demande de révélations des sources, déplacement du jugement de l'affaire Bettencourt d'un tribunal à l'autre, pas sûre que certains pays du sud que l'on appelle ici totalitaire ou despotique ne soit pas actuellement en train de nous rire au nez en voyant tous ce qui se passe dans notre pays, journalistes relevez la tête !

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Réalisateur de l'émission l'Atelier des médias, j'aime aussi prendre le temps de parler des choses qui me tiennent à coeur.
Vous pouvez me suivre sur Twitter @cuisineanxious
L'ensemble de mes écrits et de mes illustrations sont en creative commons, vous pouvez les partager, les reprendre ou les remixer si vous me citez.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Je crois qu'il est juste de se plaindre "ces dérives" .Mais je crois aussi que ces dérives et ces attaques et ces tentatives d'humiliation sont la preuves de la prise de conscience chez leurs adversaires de l'impact et de l'importance de leur métier dans le cours des choses.C'est la preuve qu'il y a des hommes qui préfèrent l'obscurité à la transparence dans l'action.Il y a deux grands et très nobles métiers que j'ai toujours aimés et que j'aime et respecte beaucoup encore compte tenu de leur importance dans la société,notamment dans la société moderne pervertie par "ses sciences et ses arts"selon Rousseau:le métier de journaliste et celui de policier. On attaque les journalistes ainsi qu'on s'attaqua presque à Socrate avec qui ils patagent une mission:la mise à jour de l'authentique vérité.
  • Je crois que j'avais récemment posté un commentaire de l'une des membres de l'ADM en l'occurence Michèle GILLES sur ces dérives que l'on observe aujourd'hui en France. Des journalistes qui sont suivis et traqués, leurs vies fouillées.....La France se doit de donner le bon exemple en matière de liberté de presse et du droit d'être informé.
    Merci pour cet article.
    ABC
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...