Respè Pou Ou Odette Roy Fombrun !

Respè Pou Ou Odette Roy Fombrun !

Nous avons le plaisir de vous présenter la 9ème publication de l’article rendant hommage aux valeurs de la société haïtienne. Proposition faite par Skason Baptiste l’initiateur du projet "Respè pou ou".

Haïtienne, née à Port-au-Prince le 13 juin 1917, Odette Roy Fombrun est diplômée de l’École Normale d’Institutrices en 1935. Elle est diplômée au Nursery Training School de Boston en 1945. Elle a fondé la première école préscolaire haïtienne en 1946. Durant son séjour à Cuba en 1953, elle a suivi des cours d’arrangements floraux. De retour au pays, elle a ouvert le premier magasin dédié spécialement aux fleurs ; "Tabou, fleurs et parfums". Puis, elle s'est consacrée à l’éducation, sa première passion. Elle a publié des études sur l’Éducation et sur l’Histoire. Elle a écrit de nombreux livres scolaires et des comtes. En 1999, après avoir suivi des cours à l’Institut français d’Haïti, elle a écrit des romans policiers et sa passion pour l'écriture continue encore aujourd'hui à faire son petit bonhomme de chemin.

Membre de la Société haïtienne d’Histoire et de Géographie, elle publie des études dans leur revue et des travaux ayant trait à l’histoire dont : Le drapeau et les Armes de la République, L’Ayiti des Indiens, et un résumé de description… de Saint-Domingue de Moreau de Saint-Méry.

Madame Fombrun a passé vingt ans en exil qui a débuté sous le règne de François Duvalier, dont dix aux États-Unis d’Amérique. Elle a vécu dix-sept ans en Afrique avec son mari, Marcel Fombrun, représentant de l’UNICEF. De retour au pays natal à la fin du règne des Duvalier, le couple lutte en faveur de l’Unité nationale. De tempérament combatif, Madame Fombrun défend la démocratie dans de multiples conférences, interviews et articles de journaux. Au Centre Woodrow Wilson à Washington, elle a présenté : « La Démocratie est-elle possible en Haïti ? » et a proposé des structures partant de la base – mal reçues par les conservateurs, mais qui entreront en essence dans la Constitution de 1987.

En mars 1986, s’inspirant d’une coutume paysanne, Madame Fombrun a présenté le Konbitisme, base d’un contrat social national unificateur. La nation doit s’unir pour combattre la misère, et produire de la richesse. Dans cette optique, elle a analysé le livre de Franck Laraque sur la Pauvreté et celui de Gérard Barthélemy, Le pays en dehors, essai sur l’univers rural haïtien.

Citoyenne du Monde depuis 1981, elle défend les droits de l’homme, une forme de mondialisme et propose à la communauté internationale de remplacer les interventions punitives par des approches préventives et constructives. Par exemple: l’embargo destructeur injustement infligé à son pays. Elle propose aux pays bâtisseurs de démocraties que l’assistance internationale soit conjointe et bénéfique au pays destinataires.

Odette Roy Fombrun a milité toute sa vie dans le domaine de l’éducation, surtout en faveur de l’éducation civique et de l’éducation préscolaire. Madame Fombrun a été présidente du Club BPW (Business & Professional Women’s Club) de Port-au-Prince de 1996 à 2000. De 1990 à 1992, Madame Fombrun préside la “Fondation 91” et dirige la section culturelle de la “Fondation 92”, deux organisations créées dans le but de préparer Haïti à commémorer les 500 ans d’anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde. À ces postes, elle a lutté pour une exploitation judicieuse de tous les héritages culturels des Haïtiens – indien, africain, occidental – pour qu’Haïti devienne le principal Centre culturel de la Caraïbe.

En politique, elle a été membre de la Commission chargée de préparer l’Avant-Projet de Constitution de 1987. À ce titre, elle a fait des propositions dont certaines sont dans la Constitution (le service civique obligatoire, la Commission de Conciliation…). Quand tout allait mal dans le pays, elle a accepté en 1994 d’être membre du Comité national de Médiation. Elle est aujourd'hui membre de la Ligue Féminine d’Action Sociale et participe au combat des droits du CADOR (Club de l’âge d’or). Dans l’espoir de faire passer une de ses idées, elle a accepté d’être membre du Comité de soutien pour la préparation du Rapport National sur le Développement Humain du PNUD en 2001.

Madame Fombrun lutte pour que l’île soit appelée l’île Quisqueya, rendant ainsi hommage aux ancêtres Taïnos, et non Hispaniola, le nom qui évoque le génocide indien.

Pour son Konbitisme, elle a reçu un Award du Boston Konbit Clinic le 23 mai 1993. À maintes reprises, elle a été ainsi honorée pour son engagement éducatif et civique. En 2009, elle est sacrée « Trésor national vivant » en Haïti pour son « tempérament combatif de citoyenne concernée qui ose dire tout haut le "Konbitisme", l’effort national possible à travers un civisme réfléchi, responsable et enseigné à l’échelle nationale ».

Madame Fombrun est actuellement auteure aux Éditions Henri Deschamps. Ayant terminé la série Civisme, elle a préparé deux livres de Géographie pour le primaire. Dans le premier, elle a pu inclure une carte montrant comment Haïti peut produire de la richesse en exploitant toutes les ressources naturelles, historiques et culturelles qui se gaspillent dans le monde rural (tourisme rural). Quoique son manque de temps, elle s'est engagé à continuer la production de romans policiers pour le compte de la Collection jeunesse Hachette-Deschamps.

Elle a écrit et continue d’écrire des articles engagés. Elle a créé le FERF, Fonds Éducatif Roy-Fombrun avec 3 volets : Éducation préscolaire, Éducation civique et Promotion de la Lecture via la distribution de Mini Bibliothèques. En 2007, à l’occasion de ses 90 ans, ce Fonds est devenu la FORF ou Fondation Odette Roy Fombrun pour l’éducation. La FORF a un volet, qui continuera les projets du FERF et un autre, plus ambitieux, consacré aux problèmes du pays. Ainsi, la FORF prépare un module de formation de jeunes en faveur du Touris Lakay ou Tourisme local qui doit être une kombite des trois forces traditionnellement exclues : la paysannerie, la jeunesse et la diaspora.

Madame Odette Roy Fombrun, "Respè pou ou" reconnaît et apprécie votre implication pour une bonne éducation, plus particulièrement l'éducation civique. La cause que vous avez embrassé est noble. Vous avez tracé le chemin que devraient emprunter les jeunes haïtiennes et les jeunes haïtiens afin de mettre notre pays sur la voie du développement. Nous les exhortons à mettre en application tous vos conseils, toutes vos recommandations, car vous êtes une encyclopédie vivante de tout ce qui concerne HAITI.

PS
- Texte proposé par Skason Baptiste, initiateur du projet.
- Corrigé par : Ernest Julien et Georges Jean-Baptiste, membre du projet.
- Crédit photo : Dominick Frank Simon
- Crédit dossier : Thomas C. Spear

‪#‎RespèPouOu‬
Juillet 2016

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Okay te sou bekàn ankò !

Port-au-Prince, le 04/01/2018 : Des milliers de cyclistes ont participé à la 5e édition de « Okay sou Bekàn », dans la troisième ville d'Haïti, le mardi 2 janvier 2018, parmi eux, le président de la République, Jovenel Moïse.

« Nap pedale ak etid nou », tel a été le thème principal de cette cinquième édition de «Okay sou Bekan» qui a réunit toutes les catégories confondues, enfants, jeunes, adultes, étudiants, hommes d’affaires, artistes, techniciens à bicyclette, ils ont fait le tour de la troisième ville du pays.

Il faut souligner la présence de plusieurs personnalités importantes du pays, la plupart des élus du département du Sud ont pris part à la cinquième édition. On pouvait remarquer la présence des Sénateurs, Jean Marie Salomon, Richard Lénine Hervé Foucand, Carlos Lebon ainsi que le député de la circonscription Cayes/Ile-à-vache Clauvy Obas. La présence du président élu, Jovenel Moise, qui s’est retrouvé aux côtés du maire la ville, Jean Gabriel Fortuné durant tout le trajet a aussi été remarquée. C’est en effet pour une deuxième fois que Jovenel Moïse à participé à cet événement : la première comme candidat et cette année il y est en tant que chef d’État. À bicyclette, comme tous les autres participants, le président a parcouru quelques mètres dans le défilé.

Rappelons que, « Okay sou Bekàn » est l'initiative du groupe Team Vèkèlè le 2 janvier 2014. Une activité qui vise à renouer contact avec la tradition de bicyclette en déperdition dans la ville des Cayes. Aussi veulent-ils, par cette initiative, donner un élan à la jeunesse qu’ils jugent dormante.

--- FIN ---

Skason Baptiste
Port-au-Prince, Haïti

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Plus d'infos ici :…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Faire de la radio, OK ✔️ Faire de la radio en public, OK ✔️ Faire des dramatiques radio en…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

La jeune femme que vous voyez en-dessous s'appelle Ada Lovelace, elle est née en…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

On vous la fait courte sur Facebook et les médias (puisque vous aurez compris qu'il…

Plus...