Respè Pou Ou Murielle Leconte !

Respè Pou Ou Murielle Leconte !

Avec le même plaisir, #RespèPouOu vous annonce la 5ème publication pour rendre hommage aux valeurs de la société haïtienne.

En ce mois de Mars, mois de célébration de la journée internationale de la Femme, nous partageons avec vous des chapitres de cette vie de femme artiste polyvalente, un patrimoine vivant de la culture haïtienne.

Une proposition faite par Georges Jeanbaptiste, membre de l’équipe, en collaboration avec Skason Baptiste l’initiateur du projet.

Murielle Leconte, une diva dans le domaine de la mode, est née le 8 décembre 1959 à Port-au-Prince. Fille de l'ingénieur feu Richard Leconte qui fonda avec sa femme Nicole F. Leconte, la première École de génie en Haïti le 3 mars 1962. Elle a 2 frères et 3 soeurs.

Ingénieure de formation, professeure, styliste, fashion designer et danseuse. Murielle a fait ses études primaires chez les soeurs Externat la Providence et ses études secondaires au Collège Marie Anne. Elle a travaillé pendant longtemps (dès l'âge de 17 ans) avec son père, feu l'ingénieur Richard Leconte et cela a continué après ses études au Ministère de l'Agriculture où elle a passé 27 ans.

Elle s'est mariée très jeune à l'âge de 23 ans, un mariage qui n'a pas tenu. Elle aimait déjà dessiner. Après la mort de son père, elle a fait un rêve dans lequel elle se voit entrain de peindre sur les vêtements. Étonnée, Murielle s'est informée de la faisabilité d'une telle démarche auprès des gens du milieu. Son rêve est devenu réalité, elle a fait de cet art sa passion au point de le développer et de le vulgariser partout en Haïti.

Le 8 décembre 1990, jour de son anniversaire, elle a fondé sa propre entreprise "MURIELLE CREATIONS" qui se spécialise dans la peinture sur vêtements, sur verres, céramiques, support en lin, jute, siam, création de sacs à main, coussins et nappes. Artiste dans l'âme, ses créations sont uniques et originales. Elle a travaillé très fort pour valoriser son travail aux yeux de tous et pour être une référence en matière de créations. Murielle a participé à beaucoup d'expositions et de défilés dans la Caraïbe, à Miami, à Saint-Domingue. Elle était l'une des gagnantes de SEAL OF EXCELLENCE qui se tenait aux Bahamas. Elle avait gagné ce prix pour son pays Haïti, bien qu’elle n'ait reçu de l'aide d'aucunes instances gouvernementales pour s'y rendre, explique t-elle dans une interview publiée sur YouTube.

Cette grande créatrice a déjà tout donné d'elle-même à Haiti depuis son statut de professeur jusqu'à "MURIELLE CREATIONS" en travaillant avec les jeunes, et les artistes. Elle apporte toujours, sans conditions, son soutien aux jeunes qui lui ont fait la demande. Elle a toujours voulu que l'haïtien(ne) de tous les horizons garde son authenticité. Murielle a beaucoup investi dans la culture haïtienne. Elle est l'une des pionnières de Femmes en Production-Foire dédiée totalement à la production féminine.

En 1999, suite à une erreur médicale, elle a frôlé la mort. 10 ans plus tard, soit en 2009, Murielle est atteinte d'un cancer (multiple melyoma) qui l'oblige à s'installer à Miami. Malgré sa maladie, elle a gardé sa beauté, son sourire, sa joie de vivre ainsi que sa passion pour la peinture et la mode.

En 2014, elle a pris la décision de dédier sa vie à Dieu et de se faire baptiser au Tabernacle de gloire de Miami, institution qu'elle fréquentait depuis 2012.

"Je voudrais continuer avec “MURIELLE CREATIONS”, créer une fondation qui serait en mesure d'encadrer les jeunes selon leur critère de choix (artiste, designer, pasteur, infirmière, ingénieur, chef cuisinier, journaliste, etc), et rêve aussi de construire un “Nursing Home” en Haïti ” déclare Murielle en souriant. Elle travaille aussi sur son autobiographie qui s'intitulera “MURIELLE, MA VIE, MON HISTOIRE".

Par delà sa souffrance, Murielle trouve le courage de parler de paix, d'amour et d'espoir. La maladie n'a pas d'impact sur ses créations ni sur son enthousiasme et sa passion pour l'art. Elle adore créer, son engouement pour la création reste toujours vivant, malgré le fait qu'elle y consacre moins de temps. A telle enseigne qu'elle est invitée à participer à "HAITI EN LIVRES ET EN ARTS” un salon d’émerveillement qui se déroulera au Canada le 21 mai prochain.

#RespèPouOu Murielle Leconte pour tout ce que tu as fait de positif pour ton pays, nous profitons aussi pour te souhaiter un prompt rétablissement et voudrait aussi te voir retourner au bercail pour continuer ton travail si apprécié.

Tout notre respect !

Skason Baptiste
Mars 2016

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Okay te sou bekàn ankò !

Port-au-Prince, le 04/01/2018 : Des milliers de cyclistes ont participé à la 5e édition de « Okay sou Bekàn », dans la troisième ville d'Haïti, le mardi 2 janvier 2018, parmi eux, le président de la République, Jovenel Moïse.

« Nap pedale ak etid nou », tel a été le thème principal de cette cinquième édition de «Okay sou Bekan» qui a réunit toutes les catégories confondues, enfants, jeunes, adultes, étudiants, hommes d’affaires, artistes, techniciens à bicyclette, ils ont fait le tour de la troisième ville du pays.

Il faut souligner la présence de plusieurs personnalités importantes du pays, la plupart des élus du département du Sud ont pris part à la cinquième édition. On pouvait remarquer la présence des Sénateurs, Jean Marie Salomon, Richard Lénine Hervé Foucand, Carlos Lebon ainsi que le député de la circonscription Cayes/Ile-à-vache Clauvy Obas. La présence du président élu, Jovenel Moise, qui s’est retrouvé aux côtés du maire la ville, Jean Gabriel Fortuné durant tout le trajet a aussi été remarquée. C’est en effet pour une deuxième fois que Jovenel Moïse à participé à cet événement : la première comme candidat et cette année il y est en tant que chef d’État. À bicyclette, comme tous les autres participants, le président a parcouru quelques mètres dans le défilé.

Rappelons que, « Okay sou Bekàn » est l'initiative du groupe Team Vèkèlè le 2 janvier 2014. Une activité qui vise à renouer contact avec la tradition de bicyclette en déperdition dans la ville des Cayes. Aussi veulent-ils, par cette initiative, donner un élan à la jeunesse qu’ils jugent dormante.

--- FIN ---

Skason Baptiste
Port-au-Prince, Haïti

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...