Résistance des Forces pro-Gbagbo aux Frci

Et si les monuments cachaient la puissance de Gbagbo ?

C’est en moins de 48 h que les Frci (Forces républicaines de Côte d’Ivoire) ont fait une descente sans grande résistance des Fds pro Gbagbo sur Abidjan. Malgré le déluge de feu, des hélicos de Licorne et de l’Onuci, la résistance de la petite soldatesque restée fidèle à l’ex-Président tient tête aux hommes du ministre de la Défense, Guillaume Soro Kigbafory. Même si le pouvoir de Laurent Gbagbo ne se résume qu’à son bunker dans lequel il est retranché, il y a anguille sous roche.

Pourquoi malgré la présence des mystiques (visibles dans la vidéo de France 24) et autres combattants, la situation reste toujours confuse. Doit-on donner raison à ceux qui soutiennent que, plus le sang coule, mieux Laurent Gbagbo gagne en sérénité. Rien n’est moins sûr. Eu égard au discours guerrier tenu qu’il y a vingt quatre heures. Que cachent les multiples monuments qu’on néglige ? Les quartiers comme port-Bouët (monument Akwaba), Plateau et Camp Gallieni (Elephant), Adjamé (grand rond-point et à la gare nord), Cocody (st-jean, ambassade chine),  Yopougon (statut de liberté à Siporex), Angré terminus 81-82 restent des quartiers imprenables à 100%. La confusion demeure.

Les Frci ont du mal à en découdre définitivement avec les quelques soldats pro Gbagbo, miliciens et mercenaires. La RTI, dont l’annonce du contrôle a été faite émet. Y a-t-il une réelle vérité dans tout ce que nous entendons venant des Frci ? Il ne faut se voiler la face et jeter les populations en pâture là où les miliciens règnent encore en maître dans les différents quartiers.  Il faut faire tomber tous ces monuments et les dégager.

La presse avait fait cas de cela. Mais, dans l’éphorie de l’avancée spectaculaire des Frci sur Abidjan, le conseiller Michel Gueu gagnerait à attirer l’attention du ministre de la Défense sur cet état de fait . Nous sommes africains et les moindres détails sont à prendre au sérieux, si cela peut apporter la paix en Côte d’Ivoire.

 

                      Seriba Koné, journaliste déplacé à Bouaké

 

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Je suis tres ravie de lire vos articles sur note cher pays la Cote d'Ivoire. Honnetement l'histoire me tourne la tete. Je peut pas compredre,que ( laurant) peut tenir tete au monde antier jusqu'a ce niveau. Dire que (laurant) part n'est pas une solution , donc arrete d'empoyer ce mot et reagissent
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier