Reportage/ Depuis le Chu de Bouaké (1ère partie)

Comment des blessés des Frci reçoivent soins et réconfort

 

Il est un peu plus de 16 heures, lundi 18 avril 2011 au Chu de Bouaké. L’ambiance est la même comme dans tous les grands hôpitaux publiques. Seulement, dans la cours, des confrères déplacés à Bouaké et certains journalistes résidents sont visibles. Ils sont regroupés juste à après avoir franchi le portail. Ils sont rejoints quelques minutes plus tard par la présidente de l’Ong, Cglp (Coordination générale de lutte contre la pauvreté) dirigée par Mme Maïmouna Koné Faber ainsi que, des femmes leaders qui, vendredi 15 avril étaient au lancement du projet « vivre ensemble » au Ranhôtel. Les choses vont vite.

« Nous sommes ici pour apporter réconfort et soutien aux Forces républicaines blessées au front lors des combats de la libération de la Côte d’Ivoire », explique Mme Maïmouna Koné Faber qui plante ainsi le décor. Toutefois, elle reste scotcher à son téléphone portable entre différents coups de files. Elle nous apprend quelques minutes plus tard de la présence effective du préfet de région, Aka Konin. Sans tempête ni tambour, le cortège du représentant du Président de la République, le gouverneur de la vallée du Bandama, accompagné du délégué départemental des Forces nouvelles, Kouadio Kouamé et de quelques chefs traditionnels franchissent le portail du Centre hospitalier et universitaire de Bouaké. Ils stationnent au parking de la direction de l’hôpital où nous échangions de tout et de rien avec les dizaines de femmes leaders des différents quartiers de Bouaké qui ont effectué le déplacement.  

Echange de civilité puis, direction vers le secrétariat du directeur de l’hôpital qui attendait la délégation avec, ses proches collaborateurs à l’entrée de son secrétariat. Le bureau est trop petit pour contenir tout le monde. Quelques journalistes et photographes, femmes leaders, la présidente de l’Ong, et les officiels ont accès  au cabinet du premier responsable du Chu. Le délégué départemental des Forces nouvelles, Kouadio Kouamé au nom de la délégation donne les nouvelles de la présence de tout ce monde. L’information se résume au don que les femmes leaders et la présidente Maïmouna Koné Faber ont bien voulu offrir aux soldats des Frci blessés au combat.

 

La suite logique du projet « vivre ensemble »…

 

« Ce n’est que la suite logique du projet « vivre ensemble » que nous avons initié, il y a 72 heures pour soutenir et encourager nos vaillants soldats qui ont libéré la Côte d’Ivoire. Nous sommes ici avec des produits hygiéniques composés de savons », a indiqué la donatrice. Un geste symbolique qui est salué à sa juste valeur par le directeur général du Chu, Pr. Félix Boa Yapo. Qui a tenu à expliquer le patriotisme des soldats. « Nous continuons à recevoir les blessés, je dirai de la démocratie. Aujourd’hui on a dépassé la centaine de personnes reçues ici. Certains ont pu pratiquement regagner leurs maisons, d’autres ont été hospitalisés et ont fait l’objet d’opération. D’autres sont à reprendre pour une deuxième intervention », a introduit le directeur général, poursuivant qu’ « étant donné la portée de l’acte à savoir offrir leur poitrine et, pour certain leur vie (parce qu’il y a malheureusement certains qui sont décédés), pour sauver toute la Côte d’Ivoire, à notre niveau ici on a mis en place une organisation de sorte qu’à leur arrivée, ils se sentent vraiment pris en charge. » De façon symbolique, le don est offert au directeur général Félix Boa Yapo par Mme Maïmouna Faber. Le préfet de région, Aka Konin n’est pas resté indifférents. Il a fait parler son cœur en numéraire. C’est d’ailleurs lui qui, au nom de la Nation a trouvé les mots justes pour saluer la main généreuse. « Le vrai patriotisme, c’est ce que vous faites. C’est-à-dire vous occupez avec bon cœur sans demander quoi que ce soit en retour, pour soigner des personnes qui, en retour ont offert leur poitrine pour que la liberté, la démocratie et la liberté règnent en Côte d’Ivoire.» Aussi, a-t-il remercié Mme Maïmona Koné Faber et les femmes leaders et, émis le souhait qu’un jour la Nation leur soit reconnaissante. « Chacun est patriote à son niveau. Dans son secteur d’activité il est patriote mais, je sais qu’un jour la Nation vous en sera reconnaissante ». Faisant allusion aux « jeunes patriotes » sans toutefois les citer, il indiqué ce qui suit : « on ne se réfugie derrière un patriotisme qui ne vaut que par argent mais, en reconnaissance de la tâche et pour cela, je suis persuadé que la Nation vous sera reconnaissante. Je vous dis merci et vous demande à continuer dans ce sens, quelque soit les problèmes. Le nouveau gouvernement qui prend les destinées du pays prendra toutes les dispositions nécessaires pour que tout ce que vous faites soit connu». Et de conclure, « à madame Faber, je dis une fois de plus merci pour votre soutien, qui est un grand geste du cœur, ce n’est pas la quantité qui importe mais, c’est le fait que cela vient du cœur. Quand vous voyez les femmes qui sont venues avec vous, l’effort que certaines d’entre elles ont fait pour payer un morceau de savon, c’est dire que l’effort est très grand. On vous remercie et on vous traduit notre reconnaissance ». Après le bureau du directeur général, la délégation a pris la direction des salles d’hospitalisations.

 

Les victimes de guerre ne sont pas des « orphelins »

 

Cap est mis à la salle d’hospitalisation traumatologie où les blessés sont internés. Le geste est traduit par la remise de quelques produits hygiéniques à chaque malade par les femmes leaders avec, à leur tête la présidente de l’Ong et le corps soignant. La douleur et l’émotion sont vives. Difficile de retenir les larmes. Tant les bandages et les cris de douleurs de certains blessés est difficile à regarder et à contenir. Mais, il faut surmonter cela et leur donner le courage. Tous sont victimes de blessures par balles ou obus. Certains ont du mal à expliquer la date, le jour et l’heure pendant lesquels ils ont été victime. Mais, ils arrivent en majorité à échanger et sont fiers d’avoir combattu pour la Nation. L’élément (il ne nous dit pas son grade) Ouattara Ibrahima à la Chambre 4, nous relate les conditions dans lesquelles il a été atteint : « c’est le vendredi 15 que j’ai été atteint par balle à Yopougon-Niangon. Nous avons été évacués ici depuis samedi (ndlr : 16 avril) matin et ça va. Nous sommes bien traités et je suis fier d’avoir combattu pour la Nation ivoirienne». Le cas du caporal  Coulibaly Soumaïla, de l’unité béret noir de Bouaké, atteint par obus est plus inquiétant. Il fait partie de ceux qui ont fait une première opération et dont les cas nécessitent une deuxième. Il a espoir et remercie ses chefs de l’avoir envoyé au combat. « Si c’était à refaire, je suis prêt », indique Doumbia Sékou. Celui qui s’exprime ainsi a eu un bras amputé lors de l’opération et le corps zébré par la brulure d’obus de roquette qu’il a reçu au 16è arrondissement de Yopougon, lors du ratissage entrepris dans cette commune depuis plus d’une semaine. A son chevet sa mère, son petit-frère et sa fille tiennent à sa vie. « Il est l’espoir de la famille. C’est lui qui fait tout », lâche en sanglot son jeune frère Doumbia Kassoum. Quant au caporal Diarra Mohamed il a les deux yeux bandés de sparadraps et les mains constamment portées vers le visage. Il souffre énormément et ne peut nous dire un seul mot. Son cas nécessite un centre spécialisé soit en Tunisie ou au Mali, nous dit un des médecins traitants.

En effet, au nombre de la trentaine de blessés de guerre alités, il y a trois cas de fracture de la mandibule et deux cas où les balles ont atteint, voire traversé l’abdomen. Ceux dont les mandibules ont été fracturées doivent subir une autre opération faciale soit à Yamoussoukro où à Abidjan, où il y a le matériel de pointe.

 « Tous les blessés souffrent pour la plupart de fractures et leur vie n’est pas en danger », nous rassure Dr Traoré Mamadou, l’un des médecins traitants.

 

Msf, la Croix rouge et le secrétariat des Fn préoccupés par la situation

 

La préoccupation des blessés des Frci est prise en compte par le gouvernement, le secrétariat des Forces nouvelles, Msf (Médecin sans frontière) et la Croix rouge. « Dieu merci, le vendredi déjà le ministre Dosso Moussa (Fn) était passé ici et a épongé une bonne partie des frais qui ont été engagés. Il y a eu certaines bonnes volontés comme Msf qui, avant même le lancement de l’assaut a fait des dons en médicaments ainsi que, la Croix rouge. Cela a diminué le coût. Ce qui n’était pas disponible à notre niveau nous avons offert un cahier chez le pharmacien Diomandé bref, nous avons pu faire face jusque-là à tous les frais que cela nécessitait », indique Pr Félix Boa Yapo directeur général du Chu de Bouaké. Faisant cas des plaintes incessants des blessés concernant leurs soins qui est diversement interprété, le premier responsable rassure : «Ceux qui sont là (les blessés de guerre) n’ont pas de problèmes de médicaments». En revanche, la plupart des plaintes tournent autour des « médicament qui sont souvent donnés tard dans la nuit ». A cet effet, l’explication est la suivant : « s’ils disent qu’on leur donne des médicaments tard, cela dépend du programme de travail des infirmiers, sinon ils ne manquent pas de médicaments». En d’autres termes, les blessés sont mieux traités et ne déboursent aucune somme d’argent. Ils sont pris en compte à 100%.

 

Le point des blessés avec Dr. Touré Vamara

 

Le référant qualité au Chu de Bouaké, Dr. Touré Vamara a fait le point exhaustif des centaines de blessés reçus par l’hôpital du 30 mars au lundi 18 avril 2011. « Il y a eu deux décès dont, un à l’arrivée et l’autre en cours d’hospitalisation. Nous avons libérer la majorité des malades. A ce jour, il nous reste 35 malades hospitalisés ». Tel est le point en chiffre, correspondant aux blessés qui sont encore alités au Chu. Ce nombre s’est gonflé avec 9 blessés arrivés samedi, 16 avril dès suite des combats de la commune de Yopougon contre les miliciens et mercenaires, dans la pacification du  District d’Abidjan entreprise par les Frci.

 

          Sériba Koné, journaliste déplacé à Bouaké (Ph : Dr)

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...