En Juin 2014, Faure Gnassingbé, dans le souci de renforcer la Paix Civile et la sécurité au Togo, annonçait devant les officiers des forces armées togolaises (FAT), les modalités de refondation de l’institution. Cette refondation consistait en une nouvelle organisation militaire territoriale comprenant la création de deux régions militaires et de gendarmerie, afin d’assurer une sécurité de proximité aux populations. Cette refonte venait concrétiser la promesse du Chef de l’Etat d’une armée moderne et professionnelle.

La création de deux (2) Bataillons d’Intervention Rapide (BIR), un par région et avec celle d’un regroupement de forces spéciales, a conféré au Togo, avec les équipements mis en place, la capacité d’agir sans délai face à toute menace éventuelle et aussi de participer, avec ses alliés à toute action d’envergure hors du territoire togolais.

La refondation des forces de défenses et de sécurité, à laquelle participe également la Police nationale, avec un souci constant de cohérence et d’efficacité joue un rôle important dans le développement du Togo dans un cadre de paix, de sécurité et de sérénité.

Entre 2010 et 2015, des investissements constants et importants pour la formation des forces de défense et de sécurité ont été entrepris, les Forces Armées Togolaises ont ainsi pu retrouver une capacité opérationnelle de haut niveau.

Toujours dans le cadre du renforcement de la sécurité au Togo, les moyens et capacités de lutte contre la piraterie maritime et la criminalité transfrontalière se sont accrus par la création du Haut Conseil pour l’Action de l’Etat en Mer. Ce projet initié par le président Faure Gnassingbé tient à la volonté constamment réaffirmée des chefs d’Etats de faire de l’espace maritime le levier principal du développement économique et social de l’Afrique.

Le gouvernement togolais va d’ailleurs organiser dans ce cadre la conférence de Lomé en novembre 2015 qui offrira, aux Etats et aux organisations l’occasion de mener, au plus haut niveau politique, une réflexion d’ensemble sur la question de l’insécurité maritime et d’adopter des mesures concrètes de lutte et de prévention. Près de 5000 personnes sont attendues à cette conférence dont des chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres, des experts et des représentants d’organisations internationales (ONU, Union européenne, Interpol, …).

La conférence se déroulera le 7 novembre et sera précédée de la réunion des experts les 2 et 3 novembre et de celle des ministres le 4 et 5 novembre. C’est la première fois que le Togo organise une manifestation de cette ampleur depuis plus de 20 ans. 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...