"Rendez-lui la caméra!"

 

Le journaliste tunisien Ramzi Bettaiebi, alias Winston Smith sur le net, est en grève de la faim depuis le 28 mai 2012. Il veut récupérer les caméras que lui ont confisqué des militaires alors qu'il couvrait un procès, le 21 mai dernier. Ce procès dit "des martyrs", tenu par un tribunal militaire, doit décider si le régime de Ben Ali est, oui ou non, responsable des blessés et des morts de la révolution à Kasserine et Tahla. Ramzi a été rejoint dans sa grève de la faim par plusieurs blogueurs de renom. C'est à Paris, loin des locaux de Nawaat.org où Ramzi s'est établi, que 80 personnes se sont retrouvées jeudi pour le soutenir et crier "Rendez-lui la caméra!"

 

Le rendez-vous était fixé à 18h30, devant l'institut du monde arabe. La plupart des personnes sont venues après avoir vu la page facebook « Rendez-lui la caméra ! » ou les hasthags #Rajja3ElCamera, #RamziBettaieb ou bien #WinstonSmith sur Twitter. Certaines ont même fait le voyage depuis Lyon pour montrer leur soutien à Ramzi. Avec eux, ils ont des drapeaux tunisiens, des photos du journaliste et des pancartes où on peut lire en arabe « Rendez-lui la caméra ». Mais à les entendre discuter entre eux, on s’aperçoit qu’ils espèrent bien plus que la restitution du matériel de Ramzi.

 

Comme le journaliste lui-même, ils exigent que les médias tunisiens puissent couvrir les procès des meurtriers des martyrs dans la transparence. Surtout, ils veulent que ces procès soient traités par la justice civile, et non militaire. Comme l’explique Anis, un des organisateurs du rassemblement et confrère de Ramzi chez Nawaat, « l’armée a eu un rôle prestigieux pendant la révolution, mais elle est de plus en plus mise en cause. […] La caméra, c’est symbolique : la confisquer, ça veut dire que le citoyen n’a pas de droit de regard sur le fonctionnement de la justice militaire tunisienne en ce qui concerne les martyrs de la révolution. La récupérer, c’est gagner un bras de fer contre l’armée et prendre ce droit. »

 

Et dans ce "bras de fer", Ramzi est rejoint depuis quelques jours déjà par d'autres journalistes, blogueurs et activistes. Parmi eux, Houssem Hajlaoui, Emine M’Tiraoui, Yassine AyariAzyz Ammami ou encore Lina Ben Mhenni.

 

Pour que l’on ne perde pas de vue leur lutte depuis Paris, la création d’un comité de soutien a été décidée après le rassemblement. Via le compte Facebook d’Anis, ce comité a déjà annoncé qu’il organiserait des actions très prochainement. De son côté, Ramzi a changé d’avatar sur Facebook : il a choisi la photo d’une des pancartes brandies devant l’Institut du monde arabe ce jeudi.Il a aussi posté la vidéo du rassemblement, renommé "Opération Rajja3ElCaméra" et mis en ligne sur youtube ce matin.


 

 Bonus, extrait de l'émission de l'atelier des médias du 09 juin 2012 :


Écoutez le reportage (2 min. et 07 sec.)


Photo prise par Oussama Boukhris, album à voir ici
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant