A l’occasion d’InnovAfrica, la fête annuelle et itinérante de l’innovation africaine, l’Atelier des médias s’est délocalisé en Côte d’Ivoire. Nous en avons profité pour mettre un coup de projecteur sur des porteurs d’initiatives innovantes. Et pour rencontrer quelques figures de l’écosystème des nouveaux médias et nouvelles technologies à Abidjan.

 

Le forum InnovAfrica valorise depuis cinq ans les projets sur les usages innovants au Sud en matière de technologies et d’innovation sociale en faveur du développement. Au programme cette année : “l’innovation par l’expérimentation”. L’idée est de faire découvrir aux participants des projets axés sur les nouvelles technologies afin d’améliorer la vie quotidienne des plus démunis. L’enjeu est aussi de créer des communautés d’innovateurs et des têtes de réseaux afin de diffuser du savoir dans tous les pays africains. Nous avons demandé à trois des organisateurs d'InnovAfrica2013, Jean-Michel Cornu, Sylvain Maire, et Florent Youzan de nous en dire un peu plus.

 

Pour en savoir plus sur l’internet en Côte d’Ivoire, l’Atelier a réuni quatre acteurs des nouvelles technologies. Nos lecteurs et auditeurs connaissent bien Jean-Patrick Ehouman, Israel Yoroba, Cyriac Gbogou, Edith Yah Brou. Notre premier séjour ivoirien a été l’occasion de donner la parole à d’autres figures locales.

De gauche à droite: Frédéric Tapé et son associé, Yehni Djidji, Emmanuel Anssouan et Cyr Leonce Anicet Kakou (Crédit photo: Raphaelle Constant)


Susciter et maintenir une dynamique d’innovation dans le web ivoirien

Frédéric Tapé est co-fondateur d’Africain Corp Media Network (AMN), une agence au coeur de l’innovation ivoirienne. Elle propose, entre autre, un espace de coworking. Il s’agit d’un lieu de travail collaboratif. L’idée est aussi d’encourager les échanges entre travailleurs et surtout de centraliser les acteurs de la vie numérique abidjanaise. “Il y a un fort engouement de la jeunesse pour les nouvelles technologies en Côte d’Ivoire qui souhaite s’affirmer sur la scène locale.”

Pour Frédérice Tapé, l’activité économique d’AMN se développe à l’image de celle du pays. L’entreprise loue des salles communes de travail et des bureaux individuels avec du matériel et une connexion internet entre 85,000 et 180,000 Fcfa/mois. “Pour tout entrepeneur, lancer une start up a un coût, et notre système permet de réduire la facture de 60% par rapport à une installation individuelle.”

Mais AMN c’est aussi une communauté. Depuis 2 ans, l’espace abrite des développeurs, des start-ups, des chefs de projet web, etc. Mozilla Côte d’Ivoire et Social Spot y ont notamment leur bureau. Plusieurs événements sont organisés par l’équipe d’AMN pour pousser les travailleurs à collaborer et à échanger sur leurs initiatives.

Ensemble donnons la parole aux lettres

Yehni Djidji est médaille de bronze du concours de littérature des 7e jeux de la francophonie. Cette jeune ivoirienne est la fondatrice de la plateforme 225 Nouvelles, dédiée aux livres et à l’écriture. “Il s’agit d’un site web qui promeut la fiction ivoirienne et reste ouverte aux contributions d’autres pays africains.” 225Nouvelles a permis de créer une communauté d’auteurs. Les écrivains s’inscrivent gratuitement sur le site pour partager leurs textes, se faire connaître et recevoir les appréciations des internautes. Chaque publication est éditée et corrigée par une équipe éditoriale.

Lancée il y a un an, la plateforme compte aujourd’hui une cinquantaine d’auteurs. Elle fonctionne comme un réseau social puisqu’auteurs et lecteurs interagissent autour des contenus en ligne. Un système de classement des auteurs permet aussi de mettre en avant les publications les plus lues. En partenariat avec l’association des écrivains de Côte d’Ivoire , 225 Nouvelles propose des ateliers d’écriture pour renforcer le niveau des écrivains. A terme, Yehni Djidji voudrait mettre en relation ses auteurs avec des éditeurs et envisage de publier un recueil des meilleures nouvelles publiées sur le site.

Gamefier la réalité

Cyr Leonce Anicet Kakou est ingénieur réseau et développeur. Cette année, il présente son propre projet dans le cadre du Carrefour des Possibles Afrique, une manifestation qui a pour objet de détecter et promouvoir de jeunes innovateurs. Meshogo est une plateforme qui met en relation différents acteurs du secteur commercial et leurs clients par le biais du jeu. L’idée est d’établir un monde virtuel à l’image du monde réel sous forme de média social. Cyr Leonce Anicet Kakou s’est inspiré des jeux de rôle pour donner une existence numérique aux acteurs commerciaux. Sur le modèle de Second Life ou Foursquare, l’un des principes est de géocaliser des magasins, créer des avatars, faire interagir les utilisateurs.

“Les Ivoiriens font un gros effort pour développer des initiatives et se servir des nouvelles technologies compte tenu du peu d’infrastructures mises à leur disposition. Les acteurs de l’innovation ont de grosses lacunes. Le système éducatif doit être revu. Mais le gouvernement tente de nous aider en rendant plus accessible du matériel mobile ou en développant l’accès à l’internet par exemple.”


La communauté web ivoirienne a besoin d’un cadre

A la suite d’une campagne électorale en ligne, Emmanuel Anssouan a été élu, le 24 mai 2013, maire du web ivoirien. Sa mission, porter la voix des internautes, fédérer les différentes communautés ivoiriennes en ligne. “En Côte d’Ivoire, la communauté des internautes est très dynamique, et elle a besoin d’un cadre pour se promouvoir. Je suis le porte-parole des besoins des ivoiriens. Par exemple, je négocie le coût de la connexion avec les opérateurs, je rapporte les projets dans lesquels le ministère de la jeunesse pourrait intervenir.”

Le paysage web ivoirien est marqué par un fort taux de criminalité avec la figure du “brouteur”. Pour lutter contre ce phénomène, le maire du web a présenté en novembre dernier, les Assises de la sécurité informatique dans l’espoir de faire du web ivoirien un espace sain et protégé.




Le Carrefour Des Possibles Afrique est un processus qui promeut et renforce les liens entre pays du Sud. Il rassemble des porteurs de projets situés en Afrique, leur permet de se rencontrer et de présenter leurs projets. Cette semaine, l’Atelier des médias a découvert les dix projets sélectionnés. Ces innovateurs ont bénéficié d’un coaching précieux pour l’amélioration de leur projet. Zoom sur quatre d’entre eux.

Sika Houessouvi présente un projet né au Sénégal, sEAUlidaireCette application Facebook a vu le jour

pendant la pénurie d’eau à Dakar en septembre 2013. “L’idée était de mettre en relation les donneurs d’eau avec les demandeurs d’eau. L’application a été mise en place en un week-end et, quelques jours après plus de 750 relations, se sont crées.” Pour Sika Houessouvi, le but était de montrer la capacité des réseaux sociaux en cas de situation d’urgence dans la vie réelle.

 

Afate Gnikou, jeune togolais, veut écrire une page de l’innovation technologique avec son imprimante 3D, W.Afate, construite à base de déchets informatiques récupérés. L’imprimante 3D conçoit du volume, elle imprime un objet, permet donc le passage du virtuel au réel. “L’enjeu est d’équiper les diverses couches sociales avec de la technologie de proximité.” La W.Afate est porté par le Woelab-Lomé, un incubateur de projets.


Du côté du Cameroun, Fritz Ekwoge représente le projet Feem. Lui et son équipe ont pensé à un système de transfert de fichiers sans passer par internet ou bluetooth mais par le wifi. 

“Cette technologie est 100 fois plus rapide et le gouvernement ne peut pas espionner les fichiers.” En Afrique, la tendance était au bluetooth, une connexion de téléphone à téléphone. Feem a été imaginé pour répondre aux besoins à l’échelle globale.


Gildas Guiella du Burkina Faso a imaginé une éolienne couplée à une plaque solaire. Construite en bois blanc, cette éolienne permet d'alimenter toute une maison en électricité puisqu'elle produit jusqu'à 5kW. L'ingéniosité de Gildas Guiella est d'utiliser le vent et le solaire pour fabriquer de" l'énergie.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bon courage à la jeunesse innovante !!! cela donne espoir au futur

  • je suis fier de cette jeunesse qui innove pour le bien de l'afrique.one destiny
  • Bon pour le devenir de l'Afrique.......yes

  • JE SUIS CONTENT DE L'innovation qu'apporte les enfants de l'AFRIQUE. DU COURAGE L'ESPOIR EST PERMIS

  • De super projet pour cette édition, avec la première imprimante 3D, et aussi le FEEM, que j'ai testé et que j'ai apprécié.

  • Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Fritz!!!!! Kamer represent loool

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...