RDC : Un dialogue inclusif et non exclusif

L’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO) prend acte de la déclaration du facilitateur du dialogue en République Démocratique du Congo, M. Edem Kodjo, relative à la tenue du forum à Kinshasa et, à cet effet, à la convocation avant la fin du mois de juillet conformément au délai annoncé par le groupe de soutien à la facilitation lors de sa première réunion à Addis-Abeba.

Néanmoins, tout en étant d’accord sur le déroulement des travaux pendant une « courte durée », l’ABACO s’interroge sérieusement sur la volonté du facilitateur à propos du «  format réduit ».

En effet, l’avenir du peuple congolais et le devenir de la République Démocratique du Congo passeront par un dialogue inclusif et non exclusif. Le fait de vouloir organiser le dialogue avec la clique habituelle, majorité et opposition confondue, qui est à l’origine de la crise politique et institutionnelle en cours encouragera le statu quo dans la gestion de la chose publique depuis 2001 et occultera les véritables causes des problèmes du pays. Au sein de l’ABACO, avec force et vigueur, nous nous demandons si ce « format réduit » représentera toutes les composantes de la Nation congolaise.

En conséquence, s’appuyant sur son Cahier des charges introduit à qui de droit (voir le document ci-joint), l’ABACO préconise « l’aspect inclusif dudit dialogue » afin de permettre aux représentants de tous les partis politiques officiellement enregistrés par le ministère de l’Intérieur, aux Chefs coutumiers, à la représentation proportionnelle de la société civile et de la communauté religieuse, ainsi qu’aux représentants de la diaspora (pas seulement les partisans de la majorité présidentielle) de prendre part à ces assises dont les conclusions définiront la nouvelle orientation en vue d’une République Démocratique du Congo plus que jamais souveraine davantage éclairée – tout le monde devant apporter sa pierre dans la construction de la Nation congolaise.

Pour l’ABACO, le dialogue national doit être le moment idéal pouvant tracer les sillons relatifs :
- à un État de droit ;
- à l’éducation et à la formation, ainsi qu’au développement individuel et collectif ;
- à la santé, à l’économique et au développement socio-culturel ;
- à la sécurité et à la paix.

Le Cahier des charges joint à ce communiqué de presse donne les grandes orientations que l’ABACO compte défendre à l’occasion des assises du dialogue nationale souhaité par le président de la République Démocratique du Congo soutenu par l’Union africaine et la communauté internationale.

Fait à Paris, le 16 juillet 2016
Pour l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO),
Gaspard-Hubert Lonsi Koko,
Premier Vice-Président.

(*) Cahier des charges de l'ABACO : voir la pièce jointe, lien ci-contreAbaco-Cahier-des-charges072016.pdf

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...