Radio Télévision Ivoirienne (RTI) : Tous contre un !

D’aucuns la comparent à la radio des milles collines, d’appartenance au parti au pouvoir puisque le chef de l’état et les barons de son parti ensuite les leaders délinquants des groupes d’auto-défense (jeunes patriotes) font la pluie et le beau temps des plateaux de cette structure de connivence avec le directeur général Mr BROU Amessan Israël nommé à la tête de cette institution pour efforts patriotiques et ses slogans sectateurs pendant la crise dont je cite « haut les cœur que Dieu bénéfice ».Sur 10 ivoiriens, il y a 7 qui pourront venter les qualités de cette institution parce que c’est une institution est vilipendé par ses concitoyens car ils la trouvent partial ou de rouler pour le parti au pouvoir, un programme incertain, plus de divertissements que d’instructions...Si mes pensées sont bonnes ; le président Gbagbo notifia un jour, je cite « lorsque je me rends dans un pays, quand je vous des diffusés répétitifs du président c’est donc un état dictat ». Mais dans son pays, la télévision lui appartient ,alors au cours du journal télévisé dont les accroches quotidiennement mal diffusés d’où tu n’as même pas le courage d’assister au journal.Débutant par les programmes du chef de l’état, du premier ministre ensuite les diffusés des assimilés du pouvoir et peu de temps pour l’opposition.Le conseil national de communication de l’audiovisuel (CNCA), se réservant le droit de jouer la partialité pour les temps d’antenne est incapable et objet de pression.Il est difficile de trouver un programme fiable ou de suivre une émission instructive comme on le voit à TFI, France 24, TV5, RFI, Africa N°1, CNN, Itele, Canal Horizon.La RTI compte en son actif de bons et mauvais journalistes et animateurs. Mais le DG continuant toujours de présenter le journal tout les jeudis à 20 heures et comme de coutume en Côte d’Ivoire, l’administration n’est pas une continuité, a relayé les meilleurs au détriment d’un groupe de nuls qui animent les émissions.Les débuts de la télévision ivoirienne dans l’année 60 furent un succès connu de tous dont des journalistes imminents et émérites comme Georges Tahi Benson, Feu Pacôme Ahoulou et bien d’autres relataient le quotidien de la population, ne masquaient pas les informations comme le font certains aujourd’hui.De mon point de vue, il faut repenser et même réformer cette institution dont bons nombres des ivoiriens la trouvent de ne pas être crédible.
M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Machine Learning, Deep Learning, Informatique Cognitive, réseau de neurones,…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Une galaxie de "refuzniks" appellent à contrer l'hégémonie…

Atelier des Médias - RFI via Facebook

Au-delà du classique feuillet, quels formats pour l'info sur le web ? BBC Research…

Plus...