Radio Gayéri : désenclavement et développement par les ondes

Après avoir passé quelques années à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, je suis rentré dans mon village histoire de saluer parents et amis. Gayéri, c’est de là qu’il s’agit, situé à l’Est du pays à près 300 Km de la capitale, avait changé. L’élément le plus visible : la radio communautaire de Gayéri.

« La radio nous aide beaucoup. Elle nous apporte de nouvelles connaissances et des conseils dans divers domaines : santé, hygiène, éducation, etc. Sans la radio, c’est comme si nous étions dans un trou ».

C’est la réponse que j’ai reçu de la présidente des femmes de Gayéri lorsque je lui ai demandé ce que cette radio leur apporte. Durant mon absence, Radio Gayéri est née et a déjà semé de nouvelles connaissances au sein de la population. Elle est pratiquement la seule ouverture vers l’extérieur de la province. Les journaux arrivent souvent avec 1 mois de retard compte tenu de la distance qui sépare Gayéri de la capitale, Ouagadougou. Les ondes de la télévision et de la radio nationales ne parviennent pas non plus dans cette partie du Burkina. Pas d’Internet. C’est, grâce aux synchronisations de Radio Gayéri (6h et 19h) avec la radio nationale que les habitants reçoivent les informations de leur pays.

Avant, il fallait rallonger des antennes des postes récepteurs et des positions particulières pour espérer capter la radio nationale. Maintenant, cette radio rapproche les populations de Gayéri de leur Etat mais aussi d’elles-mêmes. C’est par elle que l’on a les nouvelles des uns et des autres. Qu’il s’agisse de mariage, de décès, d’invitation de culture, de funérailles, de perte d’animaux etc. Les bonnes nouvelles comme les mauvaises passent à la radio.

C'est aussi un cadre d’expression des auditeurs sur les sujets qui concernent la vie de la communauté. Ils débattent sur les antennes pour trouver des solutions aux maux qui minent leur vie. Un des animateurs m’a parlé d’une émission particulière. « Il y eut une année où nous avons enregistré une vingtaine de grossesses au lycée provincial. Donc J’ai trouvé qu’il était important d’aborder ce sujet pour permettre à la fois aux gens de s’exprimer sur ce problème mais aussi de sensibiliser les auteurs de ces grossesses et conseiller les jeunes filles», m’a expliqué Ohiano. Cela a permis aux membres de la communauté de s’exprimer et de proposer des solutions face à cette situation qui freine la scolarisation et le maintien des filles à l’école.

La radio donne aussi la parole même à ceux qui, d’habitude, ne l’ont pas : les femmes et les enfants.  Elle diffuse souvent des jeux radiophoniques en faveur des enfants notamment sur l’hygiène à l’école et des magazines féminins.

Les auditeurs, hommes et femmes, apportent un soutien au fonctionnement de la radio.

« Ceux qui arrivent à nous capter et qui sont satisfaits, s’organisent par village ou par associations ou même individuellement pour nous envoyer de l’argent afin de nous soutenir »,

m’a confié le chef de station. Cela permet de régler certaines dépenses notamment, le carburant, les réparations des petites pannes.

La radio doit verser une somme de 3 millions de F CFA pour avoir l’électricité. Une somme qu’elle ne dispose pas. Le matériel qu’elle utilise est également défectueux. A cela s’ajoute l’imminence de la radiodiffusion numérique. Avec ce mode de diffusion, les radios doivent, d’ici 2020, renouveler, leur matériel pour s’adapter au numérique.

En attendant, la radio communautaire de Gayéri continue d’émettre sur la 91.8 FM au bonheur de ses auditeurs. Et moi d’observer le changement qu’elle apporte à la population.

Vues : 171

Commentaire de aurore cadeus le 26 janvier 2013 à 19:55

un petit progrès pour le Gayéri.

Commenter

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Atelier des médias

Podcasts

RFI sur Youtube

La vie de la communauté

Livres pour tous a partagé son billet sur Twitter
il y a 8 heures
Billet de Livres pour tous
il y a 9 heures
REGNIER Andre Leopold a partagé son billet sur Facebook
il y a 10 heures
Une vidéo de SAVE FREEDOM a été présentée en exclusivité

The Truth About Refugees

For World Refugee Day Mary Tran, an Amnesty activist and young film-maker, has created a moving and thought-provoking video to highlight the plight of refuge...
il y a 10 heures
Simon DECREUZE a aimé la vidéo de SAVE FREEDOM
il y a 10 heures
Vidéos publiées par SAVE FREEDOM
il y a 10 heures
Ismail Brice Tito AFFAGNON a aimé la vidéo de Simon DECREUZE
il y a 10 heures
Ismail Brice Tito AFFAGNON a aimé la vidéo de Simon DECREUZE
il y a 10 heures
Ismail Brice Tito AFFAGNON a aimé la vidéo de Simon DECREUZE
il y a 10 heures
mekfouldji a publié un statut
"A la recherche de Lilia..."
il y a 12 heures
Tamba Oularé a partagé son billet sur Facebook
il y a 13 heures
Billet de Tamba Oularé

Guinée : Chez moi, on prend le mariage mixte avec des pincettes au profit du communautarisme

Incroyable mais vrai ! C’est du moins l’une des réalités de la Guinée en…Plus
il y a 14 heures
Pénélope Mavoungou a aimé le blog Quelle place accorder aux images de la terreur ? de Amaury de Rochegonde
il y a 15 heures
Icône de profilTRAORE, EGUEH Jean-Baptiste, Mass et 2 se sont joints à Atelier des médias
il y a 15 heures
Un billet de Amaury de Rochegonde a été présenté en exclusivité
il y a 15 heures
Une photo de José Eric GAGLI a été présentée en exclusivité

CENI_Togo_2014

TOGO/Les 17 membres de la CENI ont preté serment à lomé en présence de Mr le PM
il y a 17 heures

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Tout voir

Mondoblog

© 2014   Créé par Philippe Couve et Simon Decreuze. Coordonné par Ziad Maalouf.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation