Radio des foyers : les migrants vous parlent

Photo: Jonathan Duong, REC Radio des Foyers - Attention Chantier

Depuis deux ans, la Radio des foyers diffuse chaque mois ses émissions depuis le foyer de travailleurs immigrés de la rue Bisson, dans le 20e arrondissement de Paris. Son objectif : permettre aux migrants de s’emparer de l’outil radio pour rompre l'isolement, combattre les préjugés et favoriser l’échange. Je vous propose de découvrir ce média engagé, lancé par l’association Attention Chantier, à travers le reportage audio à écouter ci-dessous.

La première fois que je suis venue au foyer de travailleurs migrants de la rue Bisson, dans un immeuble quelconque, un peu défraîchi à Ménilmontant, dans le 20ème arrondissement parisien, je me suis dit : «J’ai sûrement dû passer des tas de fois devant cette porte, sans savoir ce qui se passait derrière». La Radio des foyers a été créée pour cette raison, pour que ces espaces de vie ne soient plus victimes de l’indifférence du monde ou des mauvais jugements.

« Les riverains réduisent parfois les foyers à des Africains en boubous qui vendent du maïs grillé sur le trottoir. Certains s’imaginent qu’ils traînent là toute la journée, dans la rue, alors que les résidents des foyers travaillent comme tout le monde, voire plus que les autres ! » -Sylvain Bernard, coordinateur de la Radio des foyers.

Photo: REC La Radio des Foyers, Attention Chantier


Pour que les préjugés tombent, il faut communiquer, se rencontrer et créer des interactions entre les différentes communautés. La radio comme prétexte de la rencontre ? C’est l’idée d’Elise Aubry, la maman de la Radio des Foyers. Ce petit bout de femme dynamique est bénévole à l’association Attention Chantier quand elle découvre l’univers des foyers en 2011.

«J’ai vu tous ces gens qui travaillent en France, qui vivent en France, qui cotisent pour notre pays et qui n’ont pas le droit à la parole ! Par exemple, quand il y a un débat national sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, les médias traditionnels ne leur demandent même pas leur avis, alors que ce sont les premiers concernés ! Je me suis dit : comme la radio est LE grand média en Afrique, pourquoi ne pas créer une radio des sans-voix ? Il faut qu’on se parle et la radio c’est un pote, un ami ! »

Grâce à un partenariat avec l’association Attention Chantier, la Radio des Foyers obtient une subvention auprès de la Région Ile-de-France qui permet d’acheter du matériel.

Sekou, Saydou, Sidy, Adama, Chantal…. l’équipe se constitue très rapidement à l’intérieur mais aussi à l’extérieur des foyers. Aujourd’hui, ils sont une quinzaine à se partager les rôles d’animateurs, de chroniqueurs, de techniciens. « On est devenu copains maintenant ! explique Seydou, 35 ans, en parlant des micros qu’il est en train d’installer sur le plateau. J’étais vraiment très stressé la première fois que j’ai parlé dedans. Maintenant, je prends vraiment du plaisir à m’exprimer à la radio ». Comme tous les autres bénévoles, il a suivit les sessions de formation assurées par Sylvain Bernard et d’autres professionnels, afin d’apprivoiser ce média.  

A gauche Adama, à droite Sidy. Photo: Jonathan Duong REC La Radio des Foyers, Attention Chantier

« On a des choses à dire, explique Sidy, la trentaine, un des chroniqueurs. Les médias traditionnels ne s’intéressent pas à nous. A la télévision, on laisse les hommes politiques parler à notre place. Certains d’entre eux colportent cette image des immigrés qui viennent ici juste pour profiter du système. Ça me rend malade. C’est à nous de rétablir la vérité, en expliquant notre quotidien en France, à travers la Radio des Foyers.»

Dès qu’il en a l’occasion, Sidy profite de l’antenne pour raconter son parcours. Il a passé 5 ans comme sans-papier avant d’obtenir une régularisation, il y a 9 mois. Il raconte la peur permanente de se faire arrêter lors d’un banal contrôle d’identité. Il détaille les heures de travail accumulées dans le secteur du bâtiment grâce au permis de séjour de son frère : « Quand on travaille à deux sur une même carte, on paie des impôts, mais on ne bénéficie d’aucun avantage social ! ». Qu’ils soient dans les services ménagers, la sécurité ou la restauration, les  foyer men, comme ils se nomment eux-mêmes, partagent la même galère, la même réalité vécue dans des foyers souvent insalubres. Les travailleurs s’y entassent dans des chambres minuscules pour un tarif exorbitant. « Combien dorment sous les lits des cousins ! » s’indigne Elise Aubry.

 

Wagui Kouloubali Photo: REC La Radio des foyers - Attention Chantier


« On est acteurs ! », affirme Chantal, une des bénévoles. A travers les reportages, les débats avec les invités à l’antenne, les chroniques, les jingles, les sons d’ambiance et même les documentaires, la Radio des Foyers s’adresse à tous pour décloisonner les frontières.

Mais elle s’adresse aussi aux immigrés eux-mêmes. Ses animateurs alertent les auditeurs sur les arrestations conduites par les préfectures. La voix de la radio porte même jusqu’en Afrique, comme me l’a expliqué Wagui Kouloubali, délégué des résidents du foyer Bisson :

« Nous avons des auditeurs en Côte d’Ivoire, au Mali, au Sénégal. On a fait une émission spéciale pour expliquer aux jeunes la réalité ici en France. Beaucoup s’imaginent encore que c’est le paradis. C’est notre devoir de leur dire qu’ici tout est difficile : les papiers, le travail, le logement ! A la Radio des Foyers on leur dit qu’il vaut mieux rester au pays, qu’ils vont galérer ici, qu’ils vont souffrir.» -Wagui Kouloubali

Mais la radio des foyers se défend d’être un média communautaire et de ne s’intéresser qu’au seul sujet de l’immigration. Ses bénévoles ont aujourd’hui la volonté de s’emparer de tous les sujets d’actualité. Vous pouvez tout aussi bien entendre une interview d’Alpha Blondy que celle d’un jeune rappeur qui débute. Les débats portent autant sur l’affaire Bygmalion que sur Boko Haram ou le Nord-Mali. Cette diversité fait de la Radio des Foyers un média d’expression pertinent dans notre paysage radiophonique français.

Photo: REC La Radio des Foyers - Attention Chantier

La Radio des Foyers est aussi un moyen pour les travailleurs immigrés de sortir de l’isolement communautaire. Pour ces migrants, « la vie se résume bien souvent au travail et au foyer », explique Elise Aubry.

« Ici, à la radio, tu te sens égal aux autres, explique Sidy. Cela m’a donné de l’espoir. La plupart des sans-papiers sont isolés. Je crois que le jour où il n’y aura plus d’associations en France, il y aura beaucoup de sans-papiers fous ».

Mobile, la radio se déplace et assure même des directs en pleine rue pour plus de visibilité. Depuis, de nombreux non-immigrés sont venus se greffer au projet et de belles amitiés sont nées. La Radio est devenue un véritable outil d’inclusion et d’intégration, comme le résume si bien Seydou : « C’est seulement avec la Radio des Foyers que j’ai commencé à me sentir bien dans ce pays ».

Photo: Jonathan Duong, REC Radio des Foyers - Attention Chantier

Vous êtes les bienvenus en conférence de rédaction et aux ateliers à la Radio des Foyers !

L’ensemble des émissions mensuelles est disponible en podcast. Cliquez ici pour les découvrir.

L’association Attention Chantier se donne comme mission de “réinvestir des lieux délaissés, rendre visible ce qui est parfois caché, redonner une voix à ceux qui l’ont perdue ou qui en sont dépossédés”. Si vous souhaitez en savoir plus sur leurs projets, rendez-vous ici.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Je suis journaliste. J'aime voyager et parcourir le monde avec mon micro RFI. J'aime apprendre chaque jour une chose nouvelle, et rencontrer des gens nouveaux.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Merci à vous pour cette découverte. Je pense qu'il est tant d'encourager les hommes de médias que nous sommes à sortir et faire des découverte. Pour ma part, je félicite la Radio pour l'initiative. En tout cas bravo.

  • Merci pour cette découverte. Remarquable réalisation : vive la radio et ses animateurs . Quel beau lien avec ceux qui sont loin. Et quel moyen de découverte de l'autre !

  • Merci pour ce reportage qui me fait encore plus aimer la radio, qui m'aide à faire tomber certains préjugés, et qui m'a permis de découvrir une radio géniale.

    Bonne continuation!

This reply was deleted.