Qui s’y frotte s’y pique

Une telle boutade, entendue pendant l’entre deux tours à l’élection présidentielles avait soulevé plus d’indignation, lorsque, en plus d’actes de provocations, l’ex ministre de l’intérieur avait déclaré avoir l’assurance que les thiantacounes n’allaient pas utiliser leur fameux gourdins à des fins non pacifiques.

Certainement il voulait nous donner l’assurance que les thiantacounes sont de paisibles citoyens dont l’emblème est le gourdin. En somme des non violents à la Mahatma GANDHI !

Mais que dire de cet assassinat de deux de leurs membres dans un contexte privé ? Que dire de cet empressement à enterrer en catimini le corps de ces deux thantacounes ?

Quand le « cheikh » dit reconnaitre, en Sérigne Saliou, Dieu –ce qui, en Islam, est un blasphème- peut il refuser à un de ses disciples thiantacoune de le considérer, lui Cheikh Béthio THIOUNE, comme tel ?   

Tout est il qu’il ya eu mort d’hommes suite à des altercations entre disciples de cheikh béthio.

Simple fait divers ayant entrainé homicide. Un cas classique que rencontre n’importe quel policier dans n’importe quelle juridiction.

Alors, pourquoi, par la magie de je ne sais quoi, certains veulent y voir un problème politique, lorsque, suite à des investigations policières, de fortes présomptions semblent impliquer, selon le Procureur de Thiès, la responsabilité de béthio, le maitre des lieux où se sont déroulés les faits ?   

Il est bon de rappeler qu’entre les deux tours à l’élection présidentielle, parmi la kyrielle de marabouts sollicités par ablaye wade pour sa réélection, seul béthio s’était franchement investi dans la lutte avec comme pique « qui s’y frotte s’y pique »

La personnalité de béthio- très déroutante pour le commun des musulmans- son parcours et la cristallisation autour de sa personne de tant de passion –de la part des thiantacounes- de tant de « haines » retenues –de la part, selon lui, des fils de marabouts- soulèvent moult questions quant à la suite des évènements.

Un emprisonnement suffirait il à réduire au silence et à l’oubli le « cas béthio » ?

Le vénéré fondateur du Mouridisme a subi persécution et fait son chemin d’exil, ce qui a renforcé son aura auprès de la communauté des croyants.

En voulant s’identifier au vénéré, la tentation sera grande que béthio, dans le proche avenir, puisse se glorifier d’avoir fait, rapidement, son chemin de croix vers la consécration.  

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...