Quand les journaux se tournent vers la technologie

C'est une évolution intéressante du virage numérique engagé par la presse. Non content de faire évoluer leurs offres et leurs rédactions, de plus en plus d'éditeurs de journaux semblent vouloir pousser leur transformation jusqu'à intégrer des entités technologiques.


Le groupe britannique Trinity Mirror, éditeur, entre autres, du tabloïd Daily Mirror, a ainsi formé un partenariat avec la start-up Rummble Labs pour "offrir des contenus plus pertinents aux lecteurs", rapporte New Media Age aujourd'hui. Les ingénieurs de Rumble Labs vont intégrer leur technologie de recommandation aux sites du groupe afin d'associer une analyse en temps réel de l'activité des lecteurs sur le site à des données puisées dans l'Open Graph de Facebook. Ecoutez la chronique ci-après ou lisez la suite sur le blog Étreintes Digitales


Écoutez la chronique (4 min. et 07 sec.)

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle est l'auteure du blog Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Ziad Maalouf est journaliste, producteur de l'Atelier des médias RFI

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Comme beaucoup, je suis assez pessimiste sur l'avenir de la presse papier, tout en partageant l'avis de ceux qui pensent qu'il n'est pas mort. (En tout cas, la presse papier bouge encore…) Le paradoxe est que si beaucoup préfèrent lire un vrai journal qu'ils tiennent entre leurs mains, ils le lisent surtout en ligne… (je suggère de faire un sondage sur ce sujet). Acheter un journal devient pour certains une exception, comme une gourmandise que l'on s'offrirait, un "pain au chocolat" de nouvelles. La question sous-jacente est toujours la même : opposition gratuit /payant, pourquoi payer pour ce que j'obtiens gratuitement d'un clic ?

    Mais je distinguerai avec le futur des livres, car s'il est aisé de lire un article sur un écran, il en est différemment pour les livres et les textes longs, même si les fameuses liseuses électroniques trouvent leur public.

  • Je comprends qu'il y ait des doutes. Il est vrai que ces doutes ne datent pas d'aujourd'hui. Même à la naissance de la télévision et la radio, l'on avait prédit la mort du papier. Malheureusement, le papier reste présent. cela ne veut pas dire que l'on observe une perte de vitesse face aux médias électroniques. Il est aussi vrai que malgré la percée d'internet et les livres électroniques, les librairies n'ont pas fermé. Il est vrai que la version papier devra s'adapter à nouveau média concurrent. 

  • Excusez Moi d'etre  un brin pessismiste

    mais j'en doute fort qu'elles puissent cohabiter @Guejopaalgnane, @Jacques

    La version papier est en perte de vitesse

    Pourquoi aujourd'hui même en Afrique, la version electronique est la plus lue

    c'est juste une question d'economie des medias et des couts

    Avec la mondialisation et l'éclatement des frontières, on a envie d'être ici et ailleurs

    vendre ici et ailleurs.

    pourquoi demain le baisse des couts n'interviendrait pas dans la version papier

    Le Paru vendu est un indicateur fort...Lire l'article

    La mondialisation et l'éclatement des frontières ferons aussi effet dans ce milieu avec l'aide d'internet.

    Tout va tellement vite ces jours ci, twitter, les Post,

  • La version papier et la forme technologique de l'information peuvent coexister et sans doute coexisteront encore pendant longtemps.Si les deux formes répondent au même objectif qui est d'informer,elle répondent pas au besoin de la même manière.Le papier est plus transportable et reste encore au Sénégal par exemple un moyen de mise en connexion avec ce qui se passe.Chaque forme a sa clientèle.Peut-être que la presse écrite comme au Sénégal deviendra plus accessible à un plus grand nombre de lecteurs par une diminution du prix du journal.On peut aussi penser leur coexistence en terme de complémentarité.

  • Les média s'adaptent souvent à l'évolution des sociétés. Il y a souvent des influences réciproquent entre les médias et les habitudes des populations. La mort de la version papier, je ne pense pas que ce soit pour bientôt. On serait aussi tenté de croire qu'avec l'évolution technologique, les livres et le papier pourra disparaître. On en est encore loin. Généralement, il y a une coexistence entre plusieurs supports et médias. Il y a aussi les revers du numérique.... 

  • Lorsqu'ils se tournent vers les technologies

    Ne serait-ce pas la mort de la version Papier?

    Puisque les plus pertinents sont en ligne.

    Ne sont -ils pas les signes avant coureur de la perte de Vitesse de la version physique du Journal?

    est-on vraiment bien loin du scandale du Paru Vendu?

    Les indicateurs dans cet article me rendent perplexe...face à cette montée de la numérisation du journalisme

    Du discours court que sous-tend la rédaction en version numérique

    en passant par les accroches vendeurs...qui poussent au clique...mais souvent nous desolent quant au

    contenu de l'article pas très explicite puisque soustendu par les codes d'écriture rapide, léger, et court.

    Je suis perplexe...

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...