Quand le doc est crowdsourcé

 

Dans mes pérégrinations internet du weekend (faut vraiment que les vacances arrivent vite, mon Ipad est désormais une prolongation de mon bras) je suis tombée sur deux projets qui - développés dans deux pays différents - présentent un certain nombre de caractéristiques en commun qui me font donc penser que un nouveau genre est bien en train de s'installer et qu'il faudra suivre de pres. Il s'agit notamment de "18 days in Egypt" et de "The revolution will not be twitted". 

Les deux projet souhaitent raconter les révolutions d'Egypte (le premier) et de Tunisie (le deuxième) à partir de contenus collectés à travers les outils qui ont été les protagonistes des révolutions (Twitter, Facebook, Youtube) ou (c'est surtout le cas de "Revolution will not be twitted") à travers des conversations vidéo constantes avec les protagonistes des révolutions. 

"18 Days in Cairo", projet conçu par une équipe trans-média et trans-nationale de documentaristes, développeurs, etc est actuellement dans la phase de collecte de contenus; pour cela, ils demandent à tous ceux ou celles qui possèdent photos/vidéos/audios produits pendant les jours de la révolutions de les tagger  (#18DaysInEgypt) de façon à pouvoir rapidement les repérer sur les différents réseaux sociaux. Dans un deuxième temps, le groupe développera des applications qui permettront de charger directement les contenus sur le site de l'initiative. Objectif final: un site-vitrine qui collectera l'ensemble des contributions et un documentaire réalisé uniquement à partir des contenus collectés. 

"The revolution will not be twitted" est un projet du réalisateur David Dusa, porté par la néo-crée Association Tunisienne des Libertés du Net. Dusa, qui déjà en 2009 avait réalisé le film "Fleur du mal" en mêlant une romantique histoire parisienne avec des clips trouvés sur Youtube témoignant de la révolution verte en Iran, cette pour cette nouvelle expérience développer son nouveau projet de façon ouverte et collaborative en invitant les protagonistes du doc ainsi que les futurs spectateurs à participer à l’écriture du projet à travers un blog, une page Facebook, un compte Youtube et Vimeo, Twitter, ainsi qu’une palette d’outils permettant d’entrer en interaction avec différents acteurs, comme Etherpad ou l’IRC. Ces espaces seront à la fois un univers où les internautes pourront suivre l’évolution des recherches faites par David Dusa à l’occasion de la réalisation de son film, mais également un lieu d’échange et d’interaction. A suivre. 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

ziad maalouf posted a blog post
L’Atelier des médias est allé en Turquie pour enquêter sur la liberté d’expression dans le pays. No…
26 déc. 2017
Mélissa Barra posted a blog post
Le 8 décembre 2017 s’est tenue à Paris la remise du Prix Numérique et Transparence. Il récompense d…
15 déc. 2017
ziad maalouf posted a blog post
Nées il y a douze ans en France, les conférences gesticulées désignent un exercice d’expression en…
20 oct. 2017
ziad maalouf posted a blog post
En 2005, Anjan Sundaram renonce à de brillantes études de mathématiques aux États-Unis pour partir…
18 oct. 2017
Plus...