Présidentielle 2011, La pression médiatique monte

Je ne sais plus exactement quel est le journal qui l'a écrit mais j'ai vu hier à la une d'une parution au kiosque que Paul Biya ne va pas se représenter pour les prochaines.

C'est sans doute l'une des opinions les plus extrémistes dans la presse camerounaise. Quoiqu'il en soit les journaux camerounais et les médias - qu'ils soient privés ou publics font monter la pression à l'approche de l'élection présidentielle prévu "officiellement" pour octobre 2011. Je dis officiellement avec les guillemets parce que si je m'en tiens aux informations de certains confrères, nous nous acheminons vers un report de l'élection présidentielle.

Les raisons d'un probable report

Les raisons avancées pour le bouleversement de ce calendrier selon la presse sont de plusieurs ordres. Il y a deux semaines, lors de l'installation des membres additifs au conseil électoral d'Elections Cameroon, l'organe chargé de la gestion des élection, le directeur général des élections avait reconnu que tous les électeurs n'étaient pas encore inscrits. Et certaines sources affirment qu'à trois mois des élections, le fichier électoral devait déjà être établi. Cela reste tout de même à vérifier, je l'avoue. Lors de ma revue quotidienne de la presse, j'ai également vu un journal titré que le MANIDEM, le parti d'Anicet Ekane demande à présent lui aussi le report de l'élection présidentielle. La raison? Le chiffre de sept million d'inscrit proclamé par Elections Cameroun semble faramineux selon ce parti. C'est vrai, le DG de cette structure avait avancé dans la communication cité plus haut que 84 % des Camerounais s'était inscrit, ce qui tranche un peu avec la méfiance des Camerounais vis-à-vis de la politique.

Le Cameroun dans l'oeil de Big Brother

Le contexte géopolitique international se mèle aussi de la politique camerounaise. C'est en tout cas ce que laisse penser certains journaux et émissions des télés et radios qui émettent à Yaoundé. Un confrère journaliste me renseignait dernièrement que le président Biya était allé en Chine chercher un soutien auprès des dirigeants de l'Empire du milieu. Puisque les dirigeants de la Communauté internationale avait décidé de " recourir même à la rue" (Quai d'Orsay) pour faire arriver une nouvelle génération de dirigeants à la tête des Etats où les dirigeants politiques avaient des mandats interminables.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...