Secours catholique

Photo libre de droits  © Ulrich Lebeuf 

"OUBLIÉS DE NOS CAMPAGNES"

Une exposition photographique sur la précarité en milieu rural en France.
Du 20 novembre au 1er décembre 2013
Au Point Ephémère 200 Quai de Valmy, Paris 10

Cachée, invisible, dans un contexte géographique où l’habitat est dispersé, la précarité en milieu rural est une réalité souvent passée sous silence.

Le Secours Catholique-Caritas France est une association qui lutte contre toutes les formes de pauvreté et d’exclusion et cherche à promouvoir la justice sociale.

Comme un rappel à sa devise : « être près de ceux qui sont loin de tout », le Secours Catholique-Caritas France a choisi 5 photographes Lionel Charrier, Pierre Hybre, Olivier Jobard,

Alain Keler et Ulrich Lebeuf pour aller à la rencontre de ces oubliés et rendre compte des différentes réalités de cette pauvreté en milieu rural en France.

Cinq photographes pour donner un visage à la précarité, sensibiliser l’opinion publique et changer notre regard sur la pauvreté.

Une rencontre-débat sera organisée le 20 novembre à 18h00 au Point Ephémère.
Ce débat sera suivi d’un vernissage à 19h30.

/ L’EXPOSITION - LES PHOTOGRAPHES
"Oubliés de nos campagnes", est une exposition photographique sur la précarité en milieu rural.

Habitats dispersés, souvent anciens et vétustes, difficultés de mobilité, d’accès à l’emploi, aux soins et aux aides, autant d’obstacles qui exposent le milieu rural au développement de situations précaires.

Compte-tenu de ce contexte, les personnes les plus fragiles se trouvent confrontées à un isolement géographique, psychologique et social dans lequel la précarité, souvent stigmatisée, est rapidement cachée et devient silencieuse, oubliée.

Oubliés de nos campagnes, c’est une série de rencontres avec des hommes et des femmes, ruraux de souche ou néo-ruraux, visages pluriels de cette précarité en milieu rural.

Des moments d’intimité, de partage, que cinq photographes de l’agence MYOP présentent en images.

Accorder une attention particulière, accueillir, soutenir, accompagner les personnes ou familles fragiles vivant en milieu rural en permettant à chacun d’être acteur de son propre développement, sont les objectifs du Secours Catholique-Caritas France.

L’action de l’association trouve son sens dans une vision d’ensemble de la lutte contre la pauvreté, qui vise à restaurer la personne humaine dans sa dignité et s’inscrit dans une perspective de développement durable.

"Oubliés de nos campagnes" souhaite mettre en lumière ceux qui sont trop souvent dans l’ombre, favoriser une prise de conscience du phénomène grandissant de la précarité en milieu rural et surtout favoriser le changement de regard.

secours catholique

/ LA VALLÉE DES OUBLIÉS par Ulrich Lebeuf

L’histoire commence avec les usines Saint Frères. En 1911, l’entreprise compte 17 usines, dont 13 dans la Somme qui emploient 9 000 personnes. L’entreprise gérait les Prévoyances (magasins coopératifs), les crèches, les écoles et la maternité de Flixecourt, des centres de vacances et des formations. «De toutes façons, on naissait Saint Frères, on mourait Saint Frères» (Pierre, ouvrier polyvalent de 1930 et 1982). Elle fermera définitivement en 1984.

Depuis 30 ans, les usines de la Somme ferment les unes après les autres. Aujourd’hui, c’est l’usine Goodyear qui a annoncé sa fermeture prochaine. Actuellement le taux de chômage est nettement plus élevé dans cette vallée que la moyenne nationale. Le manque de travail a détruit les familles, l’isolement a fait le reste.

Les problèmes d’alcool ont fait leur apparition, puis ceux de la drogue au bout de la troisième génération de chômeurs. Et puis il y a ceux, qui sont uniquement désespérés d’être les oubliés d’un monde ouvrier révolu. Avec une subjectivité assumée, Ulrich Lebeuf cherche à comprendre et à témoigner du quotidien de notre époque.

La frontalité et la richesse du détail apparentent ses images à la photographie de style documentaire. Dans cette logique, ses travaux sont souvent accompagnés de petits films (Antonyme de la pudeur en 2009, Tecktonik en 2010, Alaska Highway en 2011, Homeless en 2012)

Son travail a fait l’objet d’expositions et de projections dont «AZF» au Centre d’art et d’architecture de Toulouse en 2003, «Violence Moderne» durant le festival Terre d’images à Biarritz en 2004, «Palestine» durant le festival du Scoop à Angers, «Keep the Distance» à l’Espace Lhomond Paris en 2005 et « Antonyme de la pudeur » à La Cambre à Bruxelles et à la Galerie le Château d’Eau (Toulouse) en 2010.

Photographe initiateur du projet culturel Territoires de fictions, ses séries «Ère de jeux» et « En attendant mon tour » ont été présentés depuis 2006 en ouverture du festival des rencontres de la Photographie à Arles, à la galerie du Château d’Eau à Toulouse, à la Maison Européenne de la photographie et durant les rencontres de la Villette à Paris en 2007.

Ses travaux sont publiés dans Le Monde, Elle, Le Monde Magazine, Libération, Vsd, Geo, Time, National Geographic, Grands reportages etc.

exposition

/ ESTER ET ARMANDO par Olivier Jobard

Les Molinares ont subit de plein fouet la crise espagnole. En 2010, Armando a été licencié sans préavis alors qu’il était ambulancier, tout comme sa femme Ester, qui travaillait dans une maison de retraite. N’arrivant plus à joindre les deux bouts, le couple se fait expulser et est obligé de tout vendre... Ils partent alors s’installer avec leurs enfants chez les grands-parents en Andalousie. Malgré tous ces efforts, ils se retrouvent à nouveau sans argent et toujours sans emploi.

Partir en France devient leur dernier espoir de trouver un travail. Ce choix les oblige à se séparer de leurs deux enfants de 10 et 13 ans pendant plus de cinq mois, le temps de la saison des récoltes.
Le couple vend sa voiture pour acheter une vieille fourgonnette, dans laquelle ils pourront dormir sur la route. Mais l’argent économisé est encore insuffisant, ils sont obligés de faire la manche pour payer l’essence qui leur permettra d’arriver dans la Drôme.

La saison de la cueillette des fruits à Tain l’Hermitage commence avec plusieurs semaines de retard. Ce mois de mai, enfermés sous la tente à cause du mauvais temps, est le plus long. L’humidité, l’inconfort de la tente et les quotas à tenir provoquent rhumatismes et sciatique chez Ester. Elle est clouée au lit pendant plusieurs jours mais n’a d’autre choix que de finir la saison.

Le couple aurait trop honte de rentrer les mains vides sans pouvoir payer la scolarité des enfants.
Olivier Jobard, intègre en 1990 l’école Louis Lumière puis en 1992 l’équipe des photographes de Sipa qu’il quitte en 2011. Il couvre de nombreux conflits dans le monde : Croatie, Bosnie, Tchétchénie, Afghanistan, Soudan, Sierra Leone, Liberia, Côte d’Ivoire, Colombie, Irak...

En 2000, il se rend à Sangatte. Son approche photographique change alors. Il se consacre principalement à un travail au long cours sur les problématiques d’immigration en Europe et dans le monde.

En 2004, Olivier Jobard décide de suivre l’itinéraire de Kingsley, un émigrant camerounais à travers son périple illégal depuis le Cameroun jusqu’en Europe.
Cette aventure humaine donne naissance à un livre édité chez Marval. Après avoir témoigné des expériences d’immigration, c’est aujourd’hui l’intégration des immigrés dans leur pays d’accueil qui est au centre de son travail photographique.

Son travail reçoit de nombreux Prix et Bourses, comme la bourse du Festival
Photoreporter en Baie de Saint Brieuc (2012), 2 Visa d’or au festival Visa pour l’Image de Perpignan (« Magazine » en 2011, « News » en 2004), Emmy Award for documentary with Media Storm’s Kingsley Crosing (2007), World Press Photo (« contemporary issues », 2005), le Grand Prix Care International du Reportage Humanitaire pour son travail sur les réfugiés du Darfour (2004)...
Ses enquêtes photographiques ont été régulièrement exposées à travers la France.

/ LA DIAGONALE DU VIDE par Lionel Charrier et Alain Keler

Du Nord-est au Sud-ouest de la France, de Givet (08) à Arreau (65), Lionel Charrier et Alain Keler ont parcouru en tandem, la « diagonale du vide », zone particulièrement touchée par l’exode rural. Loin des grandes villes, la dureté de la crise est bien là.

En Champagne, Marie, postière et mère célibataire d’une adolescente, n’arrive plus à joindre les deux bouts. Dans les Ardennes, Manfred, s’est installé dans un village à la recherche d’un loyer abordable, mais il n’a jamais travaillé et n’a ni voiture, ni permis.

Exposition

Dans le Cantal, Jean-Pierre, agriculteur célibataire, travaille sans relâche 365 jours par an. Dans la Nièvre, Christine fait partie des retraités isolés qui vivent avec moins de 500 euros par mois. Dans la Creuse, Elie, ancien SDF, patriarche d’une famille de sept enfants, attend son micro crédit pour un camion d’occasion.

Dans les Landes, Jean-Marie vit en caravane près d’un étang depuis 25 ans, mais est menacé d’expulsion...

Certains sont chômeurs, d’autres ont connu ce qu’ils nomment avec pudeur «des accidents de la vie». Ils cherchent à boucler le mois, chaque mois. Parfois hantés par le risque du surendettement, ils veulent que leurs enfants étudient.

Exposition

Des Ardennes aux Hautes-Pyrénées, Lionel Charrier, en numérique et en couleurs, et Alain Keler, en argentique et en noir et blanc, sont allés à la rencontre des plus fragiles, ceux qui, dans leur isolement, oscillent entre désarroi et projets de (sur)vie. Une pauvreté méconnue dans cette France transversale des petites routes champêtres. Derrière la douceur des paysages, ce périple dévoile l’autre visage de nos campagnes.

Lionel Charrier est directeur et co-fondateur de l’agence MYOP Issu de l’école Louis Lumière il devient iconographe à l’agence Magnum en 2000, se lance en tant que photographe en 2001 et devient un collaborateur régulier de Libération et du Secours Catholique-Caritas France. Il travaille pour la presse française et étrangère: Le Monde, L’Express, La Vie, Elle, Newsweek, El Pais... Exposé en Arles (2000 et 2007), au Mémorial de Caen (2004), son travail est régulièrement projeté depuis 2005 dans le cadre des rencontres d’Arles. Il est le créateur et le co-directeur du Tbilisi Photo Festival depuis 2009.

Alain Keler rejoint l’agence MYOP en 2008, collabore avec la presse française et étrangère : Géo, Libération, Marie-Claire, Le Figaro-magazine, l’Express, US News, National Geographic France... Il a été lauréat en 1986 du Prix Paris-Match du photojournalisme pour « L’Ethiopie sous la pluie », du World Press en 1997, lauréat de la fondation W. Eugène Smith pour le travail sur les minorités dans l’ex- monde communiste et en 2004 pour l’un des prix de la fondation 3P à Paris. En 2011, dans le magazine trimestriel XXI, le dessinateur Emmanuel Guibert croque le travail de fond qu’il mène depuis 10 ans sur la discrimination des Roms en Europe.

Secours cahtolique-Caritas

" Fondé en 1946, le Secours Catholique-Caritas France est une association loi 1901 reconnue d’utilité publique en 1962, service d’Eglise, qui lutte contre toutes les formes de pauvreté et d’exclusion et qui cherche à promouvoir la justice sociale.

Le Secours Catholique-Caritas France entend « apporter, partout où le besoin s’en fera sentir, à l’exclusion de tout particularisme national ou confessionnel, tout secours ou toute aide directe ou indirecte, morale ou matérielle, quelles que soient les options philosophiques ou religieuses des bénéficiaires» (extrait des statuts, article 1er).

Son réseau de 60 000 bénévoles (organisé en 81 délégations et 4 000 équipes locales) agit quotidiennement partout en France.


Ses actions en France recouvrent 7 principales thématiques : enfance et jeunesse / errance / emploi et insertion / prison / migrants / gens du voyage / urgences France.

A l’échelle internationale, le Secours Catholique-Caritas France est la branche française du réseau mondial Caritas, l’un des plus vastes réseaux humanitaires au monde.

L’association soutient plus de 350 projets dans 72 pays, couvrant l’urgence, le développement et le plaidoyer. Organisation caritative généraliste, le Secours Catholique-Caritas France aborde des thématiques variées qui concernent aussi bien les besoins essentiels (accès à l’eau, à la santé, à l’éducation, sécurité alimentaire), que la promotion féminine, l’éducation, les migrations, la paix, la justice et les droits humains.

/ AGENCE MYOP


"L’agence MYOP a été fondée en 2005 par des photographes venus de la presse qui voulaient assumer avec conviction leur regard sur le monde et leur subjectivité.
Loin du formatage des images, la narration photographique, travaillée et singulière, est au cœur de leur démarche.

Aujourd’hui, ses membres sont issus de la photographie plasticienne, du photojournalisme ou du documentaire. Les auteurs proposent chacun un regard pertinent et complémentaire sur le monde contemporain.

Cette variété des formes et des expériences confère à l’agence une grande diversité des regards. C’est aussi son originalité qui lui permet d’être présent dans les secteurs de l’information, de la communication d’entreprise aussi bien que dans le développement de projets culturels. MYOP est une signature reconnue dans les médias (écrits et audiovisuels), aussi bien que dans le monde des galeries ou les festivals. "

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Encore une très bonne initiative du Secours catholique.

  • Bonjour, dans la mesure où il s'agit d'une exposition photographique, pouvons nous vous faire parvenir d'ici là nos apports photographiques afin de pouvoir étayer davantage votre exposition, tout en restant dans la problématique de la ""Précarité en milieu rural""?

    Merci en passant pour tout ce que vous du Secours Catholique, faites pour la préservation d'une humanité de qualité, à la limite de l'image divine.

    Gervais Moukam Moukam

This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...