PPDA : lui aussi veut son retour par le média 2.0!

En juin 2008, je signais sur ce blog de l'ADM une note vaine titrée "PPDA viré : sa modernité online remise en cause?". Vaine, car je savais bien que ce n'était pas l'angle web qui avait causé la perte du journaliste au trône de l'info sur TF1. Mais plutôt les us et coutumes de "La Caste des Médias-Barons", pour singer Jodorowsky.

Or si le web n'a que peu pesé dans le parcours professionnel de PPDA jusqu'en juin 2008, et s'il n'a pas plus pesé par la suite, il semble que cela ait tout récemment changé. Un article de Marianne2.fr, "PPDA à nouveau tenté par le pari de l'info?", qui me cite, nous a alerté sur le sujet. Le journaliste lance, ou plutôt cautionne de toute la force de son éthique, la sortie d'une nouveau site d'un nouveau genre, de paris sur l'info en ligne : PariActu.com. Enfin, cautionne, c'est vite dit par l'ensemble de la presse et des sites web. Car à vérifier à même le site, j'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé une seule page de ce site mentionnant "PPDA" ou "Patrick Poivre d'Arvor". Comme caution, tu fais pas plus discret... ou très oublieux.Le fond de l'histoire? Sans doute le résultat sous nos yeux incrédules de plusieurs mutations stratégico-cérébrales :- presse en ligne : les sueurs froides de beaucoup de marketeux et commerciaux dans les équipes de presse en ligne, qui n'arrivent toujours pas à faire d'un site de presse une cash machine... Ou alors ça se saurait. Dernier rempart : le jeu, le pari. "Ils veulent plus nous l'acheter, l'info? Ok, ben y vont parier dessus alors".- paris en ligne : l'ancien big boss de TF1 Patrick Le Lay ne cache pas depuis longtemps son intention de lancer les paris en ligne, notamment sur le projet Eurosportbet, pour l'heure seulement accessible en Grande-Bretagne. Ce projet n'a rien d'autres que les groupes Bouygues et Pinault comme financeurs associés.Comme les copains!PPDA s'est-il laissé inspirer par ces deux données? L'a t-on convaincu, qu'à l'instar de ses confrères Plenel (sur Mediapart), Colombani (sur Slate), il faut une composante web pour rester en haut de l'affiche aujourd'hui? A t-il saisi ce qui passait, plutôt que réfléchi à son propre personal branding online? On peut s'interroger, car à ce jour, le grand journaliste n'a toujours pas daigné avancer en terres web. PPDA ne dispose toujours pas de blog, pas de compte Twitter, ni de page Facebook personnelle... C'est même étrange pour une cervelle si prolifique en réflexions, et une plume qui aime à noircir les pages.TimelineQuestion de culture et d'époque? Rappel de quelques fondamentaux. PPDA est né en 1947, quand Harry Truman était à la présidence des Etats-Unis. Il est diplômé du CFJ en 1971, l'année de ma naissance (j'ai 38 ans). Il entre en 1974 dans ce qui s'appelait encore Antenne 2 ("Aaaaaa-doub'dou-doub'dou-doub'dou"...), etc, etc. Il est resté 21 ans à un même poste privilégié, quand la moyenne de durée en poste pour tout cadre français est nettement inférieure (cf : étude).Aucun déterminisme ni racisme anti-vieux dans cet inventaire : on peut être du dernier siècle et très au fait des nouveaux médias, on peut être jeune et complètement "out". Mais en tant que journaliste et homme de son temps, a t-on le droit d'être... aussi peu curieux et partiel dans sa stratégie web?
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...