Pourquoi les villes sont plus importantes que jamais

Centre-ville de Toronto via Wikipedia/CC

Les villes sont plus importantes que jamais pour la simple raison qu’elles se situent au carrefour des bouleversements les plus importants de notre époque.


Le premier bouleversement est, bien évidemment, l’urbanisation massive.

L’ordre de grandeur est impressionnant : aujourd’hui plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes. Dans 35 ans, ce sera plus de 70%, ce qui veut dire que le nombre de citadins aura pratiquement doublé.

Cette accélération d’un phénomène en marche depuis longtemps aura surtout lieu dans le sud, dans les zones émergentes. Selon McKinsey, entre aujourd’hui et 2030, la Chine construira entre 20.000 et 50.000 gratte-ciels qui pourront héberger l’équivalent de 10 New York. Et en 2030, près d’un huitième de l’humanité vivra dans une ville chinoise.

Seconde révolution, celle tes technologies de l’information et de la communication.

Tout est digitalisé. Les humains comme les objets de la couche physique ont une « ombre informationnelle » dans la couche virtuelle. Et, depuis celle-ci, on peut agir sur eux.

Les villes y ont recours dans l’espoir d’offrir des services moins chers alors que leur population s’accroît et que leur budget rétrécit. Petites et grosses entreprises informatiques y voient le plus gros marché des 20 prochaines années.

Mais les villes sont également au cœur du bouleversement climatique.

Nous avons trop longtemps été formés à croire qu’elles sont le problème principal. Elles pourraient bien être, sinon « la » solution, du moins un élément essentiel des réponses à tenter. Il est clair, en tous cas, que nous n’avons aucune chance d’en réduire l’impact si nous ne changeons pas nos villes.

Le quatrième bouleversement est celui du nouvel ordre mondial.

Le centre se déplace vers la zone Inde-Chine-Japon-Asie du Sud-Est dans laquelle vit déjà la moitié de l’humanité et où l’urbanisation sera la plus forte et la plus rapide au cours des prochaines années.

C’est aussi le passage relativement rapide du monde unipolaire, dans lequel nous sommes entrés avec la fin de la guerre froide, à un monde « plus » multipolaire. Or ce changement d’ordre s’accompagne de deux crises : celle des États-Nations et celle du politique.

  • La première tient à l’incessante remise en cause des frontières par les mouvements locaux autant que supranationaux ainsi qu’au mode de fonctionnement et à la puissance croissante des grandes entreprises internationales

  • La seconde crise tient au fait qu’indistinctement de leur coloration, les dirigeants sont ressentis comme trop éloignés de ceux qu’ils sont sensés gouverner et de leurs problèmes. Le discours des partis ne suscite plus guère d’identification. L’effet est renforcé par le rôle des médias traditionnels perçus comme faisant partie du « système ».

Dans un cas comme dans l’autre les villes constituent des éléments alternatifs de réponse. Elles s’insèrent dans les relations internationales. Elles ont leur propre diplomatie. Demandez à Bordeaux, Paris, Londres ou Barcelone, combien de représentants ils ont dans d’autres pays, combien de missions sillonnent le monde chaque année. Ce rôle ne peut que croître avec la multiplication des « méga-villes » (pouvant dépasser les 100 millions d’habitants et, en Chine, dotées d’un statut juridique propre).

Dans un monde qui perd le sens qu’il s’était trouvé au forceps au cours des deux derniers siècles et demi, les villes sont aussi l’espace où peut émerger une identité collective reposant sur les problèmes communs, la possibilité de les aborder concrètement et aussi - pourquoi pas? - sur l’identification avec un club de foot.

Chaque semaine, Francis Pisani chronique les évolutions et révolutions de la société numérique dans l'Atelier des médias. C'est notre vigie à l'affût des nouveautés, des frémissements, des évolutions de nos usages qui indiquent que les médias (au sens large) sont en train de changer d'ère. Depuis 2013, Francis publie également des chroniques dans La Tribune et l'Opinion.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • qu'en est il des villes africaines?

  • Pourqoui les villes sont-elles importantes que jamais ne datent pas d'aujourdh'ui.Cela date depuis la nuit des temps.

    la ville de babel,400 ans apres la creation d'Adam, etait deja une garnde ville du temps de l'antiquite' biblique avant que le monde puisse se sciinder en plusieurs parties ou la civilisation atlantide.

    il y a aussi le tour de babel en 1600 ans depuis la creation biblique en sachant que la datation biblique est differente de la datation scientifique.

    Ce phenomene des grandes villes est apparue aussi a cause des concentrations de grandes communautes autour de grandes villes par des groupes des gens heteroclites:les citadins,la populace et les  peuplades et le peuple.Ce sont des grens nanties qui habilitent les grandes villes suivient des poupulaces et des peuplades dans des banlieues.Le probleme est que les villes qui ne peuvent etre separees des banlieues ont un probleme de converge3ance des points de vue pour arriver  a un sens commun.Ils evoluent toujours en plusieurs vitesses.Le plan d'urbanisation ne peut etre respecte' par tous.Il y aura toujours 2 sortes de plan:Pour les riches ou citadins et pour les pauvres habitant dans des banlieues.

    Un autre probleme est aussi celui de la fracture numerique entre les villes et les banlieues.

    Concernat l'environnement,c'est dans des villes ou les arbres repondant a des normes environnementales doivent etre respectees ainsi que la polution de l'air et des eaux par des usines.

    Ces farctures fairont qu'il y ait beaucoup de bandits,des enfants de la rue,des assassins,des mecotents de tous ordres.

    Il faudra creer des banlieues intelligentes.

    quant au nouvel ordre economique mondial: tout est parti de l'afrique pour l'europe,l'angleterre,les etats-unies,le japon,la coree et la chine pour que le cycle soit boucle' en Afrique.Il faudra prendre en compte l'interpretation cyclique de l'ordre economique mondial.

This reply was deleted.

Réccemment sur l'atelier

Atelier des médias via Twitter
Ukraine: un nouveau ministère de l’Information http://rfi.my/1JB28ox  Via @RFI
Il y a 15 heures
Atelier des médias via Twitter
L’éviction d’Éric Zemmour d’iTELE fait débat dans la classe politique http://rfi.my/1JzU9YR  Via @RFI
Il y a 21 heures
Atelier des médias via Twitter
Le groupe France Médias Monde développe sa présence en Argentine http://rfi.my/1JyeP3A  Via @RFI
hier
Atelier des médias via Twitter
Kagame aux bailleurs internationaux: «Vous pouvez garder votre argent» http://rfi.my/1ADFhmq  Via @RFI
hier
Plus...