Consterné ai-je été ce matin, en écoutant France Info, lors de "l'hyper revue de presse" passé les 9h15. Parmi les sujets web traités, était mis en avant -taratata, tata!- l'arrivée sur un blog de Jean-François Kahn, JFK pour les intimes, le fondateur et ex-patron de l'hebdo Marianne.A peine blogueur en 2010, et déjà une tribune d'honneur pour l'une des plumes les plus productives de la planète médias française! Comment en est-on arrivé là...? Pourquoi cela doit-il nous interpeller?

Ce matin, tout juste Nicolas Poincaré, animateur de la tranche, se permettra t-il une toute petite intro chatouillante. Pour souligner que JFK, quelques semaines plus tôt, ne savait encore rien d'un téléphone portable et d'internet... Ce que l'intéressé n'a pas nié d'ailleurs, sur un air amusé façon "hé bien oui, hein quoi". Pas de réaction chez les interviewers (notamment David Abiker aux côtés de l'animateur). On avance, on avance.Le vrai sujet n'était pas de demander à JFK de commenter ses notes de blogs (à la forme web optimisable; j'y reviendrai sur le blog du WebLab). Mais bien plutôt de faire le lien avec ce qui ne semble guère toucher MM Poincaré et Abiker : la crise de la presse et des médias, actuellement en cours. Le bousier total dans lequel sont plongés ces métiers qui ont vu trop tard venir le web, le média 2.0, l'accélération technologique qui a pris toute la société. Qui souffrent aussi de mélange de genres.Ce que l'on aurait aimé entendre souligné ou au moins abordé, c'est par exemple :- l'ignorance crasse des patrons de presse à l'endroit du web : est-ce normal de découvrir les blogs en janvier 2010? Pour mémo, cet outil d'édition existe depuis 2002-2003. Les premiers journalistes blogueurs (dont je fus, avec beaucoup d'autres) ont ouvert leurs blogs à cette période là. A cette époque, ils n'ont récolté que mépris et au mieux raillerie sur cette implication personnelle, justement vis-à-vis de leur chef et direction. Un peu plus tard, il s'est agi parfois d'expliquer à des patrons de presse, ce que c'est un blog... Pourquoi il faut en créer, en développer, etc. J'ai connu cette situation avec Christian Blachas par exemple, et avec bien d'autres depuis...Le "journaliste-blogueur" s'est ainsi retrouvé coincé entre toute une batterie de zozos gourous 2.0 occupant le terrain, et des pairs suspicieux voire freinant des quatre fers... On y a perdu beaucoup d'énergie, de temps et de légitimité.- la focalisation sur le blog : JFK blogue, très bien. Mais en 2010, on attendrait autre chose d'un patron de presse qui veut tant (et c'est une qualité) tenir le crachoir et communiquer son intelligence des faits qui passent. Et Twitter, et Facebook, et la vidéo en ligne, et l'audiocast, etc, etc. Dire aujourd'hui : "ouais, génial, JFK blogue", c'est d'une certaine manière faire un "retour vers le futur", couper les bras de celles et ceux qui portent le fer ailleurs déjà. Cette question devrait être réglée depuis lors.- la folle prétention des newcomers : à peine né sur le web, déjà une star? JFK se félicitait de "10.000 clics" par jour au démarrage de son blog. "C'est bien!" commentaient même en choeur Poincaré et Abiker... C'est surtout, à dire vrai, hypertrophié, injustifié, immérité. Aucun de préciser que c'est surtout son statut de VIP des médias qui attire le chaland. Ni d'indiquer qu'il faudrait attendre pour voir si le blog trouve réellement un ton et un public; ou de rappeler, soyons fous, dans quelle catégorie JFK boxe (les blogs politiques, déjà bien couverts...). Ou même indiquer que JFK a tenté de se lancer en politique : et que donc son blog prend une toute autre tournure (une tribune sur-exposée?). Rappeler son engagement (chaotique pour l'heure, cf Wikipédia) au sein du Modem eut été intéressant aussi. Pour comprendre que l'homme se cherche juste une nouvelle chambre d'échos.Simple commentaire d'Abiker : "le blog commence à monter en puissance". Ah oui? Vérification : 6 notes écrites depuis le 18 décembre dernier. Rectification : ce blog parle à ceux qui ne voient pas plus loin et ont une culture web limitée... Il peut servir d'entrée en matière certes, mais encore faut-il le présenter à sa juste valeur, sous son vrai angle.Mais après tout, est-ci étonnant de la part d'un confrère (David Abiker, tout respect pour sa plume talentueuse et son ton de Tintin reporter mis à part) qui a procédé pareillement sur les écrans du 2.0? Je l'aime bien, mais je le dis clairement, son "autorité web" est exagérée. Je l'avais expliqué dans cette note sur un échange avec Philippe Vandel. Il en profite, vend et revend son expertise de sniffeur du web à gauche et à droite : tant mieux pour lui. Mais un peu plus de responsabilité de la part des décideurs qui accordent telle ou telle tribune, serait bienvenue dans des navires médias justement secoués par la crise et obligés à l'économie...- l'effet de buzz sur-enflé au sein du microcosme : JFK hier chez Poincaré/Abiker, et demain? Invité d'un talk-show télé sur "les dangers fous du web", participant d'une table ronde sur "l'avenir des blogs de presse", voire auteur dans 6 mois d'un essai "Ma dure vie de blogueur"? Mieux, JFK président d'honneur du Spiil? Ne riez pas, tout est possible, au sein de médias oublieux, où les experts se font et se défont à la vitesse du son, s'auto-congratulant entre eux, se flattant. Mais écrasant aussi de leur auguste supériorité les vrais blogueurs, les vrais artisans du "nouveau journalisme", originaux, audacieux, utiles.Vous l'avez compris, ceci est un coup de gueule. Mais je l'ai voulu précis, documenté. Et en disant aussi que JFK n'est bien sûr pas le seul dans cette posture. Avec un respect total de ce que lui et les autres ont apporté, apportent encore au journalisme. On a juste changé d'unité de mesure depuis. Il serait grand temps de s'en rendre compte, d'assumer les erreurs, et de se bouger, collectivement.Pour prolonger : je ne peux m'empêcher de mettre un lien vers l'enquête "journalistes recyclés" que nous avons lancé sur LeWebLab.com.
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • je voudrais simplement parler du bog, des reflexions des analyses. cela démontre l'ampleur du phénomène .on veut que le milieu prenne une longueur d'avance. Le débat ne fait que commencer......
  • Non, Tatiana, pas du tout cela à mon esprit! Que je m'emporte (un peu) c'est un fait, mais on en a encore le droit non? Faudrait-il tout admettre, tout avaler, tout digérer sous prétexte que c'est "dit dans les médias", que c'est "publié sur un site", que c'est "sur un blog", quel qu'il soit? Je ne crois pas. L'esprit critique est sain.

    Je ne suis absolument pas un "compartimentiste" non plus, dans cette analyse comme en général. Je déteste étiquettes et tiroirs. Et suis encore moins un défenseur du papier (même si j'en viens) face au web (où je suis depuis un moment), et/ou inversement. Je rêve aussi d'un monde où polyvalence, touche-à-tout, curiosité soit des atouts, pas des inconvénients à trainer.

    Enfin l'analogie du ballon, étant un non footeux et un anti-macho, me fait assez sourire ;-) Mais bon, il faudra se rencontrer pour mieux se comprendre, comme dit via Twitter.

    A une prochaine! Sur ce blog où sur le vôtre.
  • Ce que je comprends c'est que JFK n'est qu'un prétexte à s'emporter une fois de plus contre les nouveaux blogueurs journalistes, contre ceux "de l'autre camps qui viennent s'installer chez nous". C'est une petite musique assez entendue sur le web admettez-le.

    Comme s'il existait une telle frontière entre le papier et le web, avec deux mondes, deux peuples, comme s'il fallait choisir son équipe de foot (très masculin au passage cet esprit de clan). Or cette frontière n'existe que dans nos esprits, abattons-là une fois pour toute et passons à autre chose.
  • Merci du commentaire nourri Tatiana. Sur vos arguments, et dans le détail :
    - aucune prétention de ma part, ni au nom d'une "classe de blogueurs supérieurs" que je ne revendique aucunement. Mais pas d'effacement non plus : je suis plutôt frappé par la prétention de ceux qui débarquent et disent "le blog c'est nous"; ou de ceux qui les voient et les présentent comme tel;
    - aucun problème avec le tuyau à idées : JFK, comme d'autres, a juste mis un temps certain pour le repérer et l'apprécier à sa juste valeur. C'est professionnellement (pour le journalisme) un grand temps perdu...
    - aigreur non, mais clairvoyance oui. Croyez le ou non, j'ai (comme d'autres, vous voyez je suis humble) réellement porté le combat blog dans mes postes, missions, etc. Souvent face à des gens ignares, apeurés, désorganisés... mais décideurs et parfois bloqueurs. Je ne m'en plains pas, mais c'est un fait. Comme journaliste, je devais m'excuser d'être blogueur, et inversement!
    - aucun problème avec la nouveauté, le changement, le renouvellement : au contraire, tout ceci est facteur d'amélioration de l'ADN journalistique, pour peu que ce métier ait encore un avenir...

    Car c'est bien là, vous me l'accorderez, que ça blesse : entre des newcomers insouciants (stars ou non) débarquant comme la rosée du matin et accaparant l'exposition médiatique, des "influenceurs" bousculant les formes de travail et de rétribution de la presse, des entreprises incapables d'évoluer assez vite vers une "autre phase" elle même non encore validée économiquement... Soyons plus de fous, oui, pour rire ou pour pleurer?

    Au plaisir d'échanger hors les écrans et les blogs, aussi. Je vais vous lire sur Owni, promis.
  • Eh bien, quelle leçon Monsieur le blogueur !

    Je me prosterne à vos pieds. Tous les nouveaux blogueurs ne sont en effet que des nains comparés à vous, membres auto-proclamés de la classe supérieure des "vrais blogueurs, les vrais artisans du nouveau journalisme, originaux, audacieux, utiles"?

    Je m'étonne qu'à la relecture de ce billet votre géniale prétention ne vous ait pas sauté au visage. Ca flanque même un peu les jetons venant de vous.

    Moi qui ne suis pas une fan de JFK, je ne vois pas en quoi le fait qu'il déboule sur le net rende ses analyses moins pertinentes que celles des autres blogueurs, les vôtres en particulier?

    Après tout les blogs ne sont "que" des médias, non? Avec plein de fonctionnalité en plus, avec plus d'interactivité, mais ce ne sont toujours que des tuyaux de plus pour diffuser des idées. Or les idées, cad le contenu de ce que j'y lis provient encore du cerveau du blogueur... ou alors j'aurais raté une innovation 3.0?

    10.000 clics par jour "c'est surtout, à dire vrai, hypertrophié, injustifié, immérité".
    Tout est dit ici entre les lignes : l'aigreur d'un blogueur -de grand talent, nul ne le conteste-, qui ne trouve pas suffisamment d'echo médiatique dans les médias mainstream. OMG : ceux-là même que vous vilipendez!

    Bien au contraire, réjouissez-vous que des newbe plus célèbres que vous découvrent votre monde et en fassent la promotion auprès des ignorants que nous sommes. Ce sera toujours moins stérile et contre-productif que de défendre ce pré carré que vous semblez tant vouloir garder à votre image.

    Eh oui, c'est un fait, le blogging que vous avez en quelque sorte défriché et défendu toutes ces années, est en train d'exploser et appartient vraiment à tout le monde, à n'importe qui même.

    Un peu comme celui des "old-media", votre monde lui aussi est en train de changer: nouveaux bloggers, nouveaux auditeurs, nouvelle philosophie. La chienlit j'vous dis!
This reply was deleted.

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...