Biz Stone est un homme discret. Il est surtout connu du grand public pour avoir créé Twitter. Et encore... A côté de Jack Dorsey et d' Ev Williams, c’est sans doute le moins célèbre des cofondateurs de la plateforme de micro-blogging. Il est moins médiatique et bien moins prolifique que ses compères.

Cela explique peut-être pourquoi Biz Stone (alias Christopher Isaac Stone) a choisi de se livrer dans un livre intitulé "Things a little bird told me" , sorti début avril aux Etats-Unis.

Un facilitateur de distribution des contenus web

Biz Stone est un personnage relativement important pour les médias en ligne. Depuis plus de 10 ans, ce jovial quadra travaille sur des projets et des plateformes qui facilitent la distribution, à grande échelle, de contenus sur le Web.

Natif de Boston, il a débuté en participant au lancement de la plateforme de blogs Xanga en 1999. Quatre ans plus tard, en 2003, Google le recrute pour rejoindre l’équipe de Blogger.com, la plateforme de blogs que le géant du Net vient de racheter. C’est là que Biz rencontre Ev Williams, avec qui il lancera peu après le service de podcasts Odeo.

Et c’est au sein d’Odeo que naît Twitter, en 2006. C’est d’abord un projet accessoire ayant pour principe d’échanger des SMS avec un petit groupe de collaborateurs. Outil de communication interne, cette idée est devenue aujourd’hui une entreprise valorisée à 25 milliards de dollars et qui fait figure de géant disruptif dans les médias.

“Doing good by doing well is the new metric for success” – Biz Stone

Biz Stone aurait pu en rester là. Riche et satisfait d’avoir significativement contribué à l’évolution des médias en ligne par la mise en place du micro-blogging. Mais son envie de créer des outils pour les écrivaillons de la Toile semble intacte : après Twitter il s’est lancé, avec Ev Williams, dans l’aventure Medium, une plateforme de blogs modernisée, qui mise sur les effets de la communauté pour faire découvrir des contenus. Un projet dont il est co-fondateur et qui est en train d’imprimer sa marque de fabrique parmi les nouveaux médias.

Enfin, sa toute dernière entreprise, Jelly, veut réinventer la recherche sur Internet en utilisant des gens et des photos : en bref, c’est un service de questions-réponses sur mobile où l’on publie ses interrogations accompagnées de photos. C'est la communauté, une fois encore, qui fournit les contenus.

Le plus surprenant, peut-être lorsqu’on observe ce parcours, est d’apprendre que Biz Stone semble avoir réussi tout cela sans perdre son esprit positif et vaguement “boy scout”. Des caractéristiques rares dans la Silicon Valley où l’on parle tout de même souvent du sale caractère de certains leaders.

Et, alors que les observateurs attendaient des détails croustillants sur les turbulents débuts de Twitter, Biz Stone prodigue au contraire des conseils positifs dans son ouvrage :

  • les contraintes libèrent la créativité.
  • l’humour permet de compenser des faiblesses de leadership.
  • Il faut créer des opportunités plutôt que d’attendre sa chance.
  • “Être sympa n’a jamais nui a personne” : une décision délibérée qu’il a prise enfant. Et qui lui a manifestement plutôt réussi.

Marie-Catherine Beuth est journaliste, spécialiste des nouveaux médias au Figaro. Elle vit depuis 2013 aux Etats Unis où elle a été Knight Fellow à Stanford. Elle est l'auteure du blog 
Étreintes digitales. Chaque semaine, dans l'Atelier des médias, elle s'arrête sur l'un des aspects de la r/évolution des médias actuellement en cours.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Twitter : @M_C_B
News Concierge | Co-founder @getnod | 2013 @JSKStanford fellow | Correspondent @Le_Figaro @Atelier_Medias

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted blog posts
4 févr.
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv.
Plus...