Politique: La démocratie n'est pas faite pour l'afrique !

C'est la conclusion à laquelle je suis arrivé après analyse de la gestion de certains pays africains. Il est clair que les autorités de ces pays ont du mal avec ce type de gouvernance. Bien souvent, les raisons de leur difficultés à appliquer avec rigueur les règles de la démocratie sont culturelles.En effet, la culture d'un peuple conditionne son mode de gouvernance. C'est pourquoi la croisade menée par les pays occidentaux visant à instaurer la démocratie dans tout les pays du monde y compris en l'Afrique est à mon avis vaine. Pour le cas de l'Afrique, il suffit de voir comment était administré nos royaumes pour comprendre que la démocratie est aux antipodes de ce mode de gouvernance ancestrale.La démocratie implique une grande implication du peuple. Ce dernier doit donc être suffisamment éduqué et civilisé pour jouer à fond sa partition dans la langoureuse mélodie qu'est à la démocratie. Si le peuple n'est pas prêt, alors il se fera voler son pouvoir par les autorités. C'est malheureusement ce à quoi on assiste en Afrique.Outre le problème du peuple non éduqué, il y également la soif du pouvoir des africains. Chez nous, le plus fort doit gouverner. entendez par là le plus fort "physiquement" ! Alors ne demandez pas à ces hommes de demander aux peuples par voix d'élections de lui donner la possibilité de gouverner. C'est ancré en lui, pour qu'il soit président, il faudrait d'abord que ça vienne de lui. C'est comme ça en Afrique, le peuple est inhibé, chloroformé...Il est donc normal qu'une fois arrivé au sommet de l'exécutif du pays, il ne daigne pas écouter les revendications du peuple, puisqu'il ne lui doit rien.Autre raison bien de chez nous, l'africain n'aime pas être contredit ! raison pour laquelle les débats politique tournent vite aux règlement de comptes. C'est pourtant un des fondements de la démocratie, débattre des idées ! (même si je pense que les grandes démocraties en font trop sur les débats).Au vu de ce décalage entre notre monde et celui qui veut nous être imposé, je prône la mise en place d'une forme de gouvernance propre à nous, à notre culture et à nos modes de pensée. C'est le préambule à une sortie progressive de l'Afrique de son long sommeil.Nos éminents professeurs devraient d'asseoir autour d'une table et nous pondre un système digne de notre continent, au moins, ils justifieront leur salaire et nous épargneront ainsi des copier-coller de constitutions étrangères.En espérant que qu'ils en prennent tous conscience...J-Rv DjiaDjiaThink! le blog...
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Commentaires

  • Bonjour à tous...
    Je pense que tous celà tourne autour de quelques points, en Afrique la démocratie et la politique ne sont pas bien comprises: on pense que la démocratie signifie désordre, anarchie "je m'en foutisme" ; en parlant de politique l'on ne pense qu'à ces mots trahison, corruptions, détournement...
    En plus de tout céci il faut aussi noter que la majorité des populations ne sont pas alphabétisées pour savoir l'actualité de la gestion dans l'État.
    Enfin j'ajoute que beaucoup d'Africains sont à "rééduquer" et plus particulièrement les hommes politiques.
  • J’arrive un peu tard dans le débat mais je trouve le sujet fort intéressant et d’actualité alors je me permets d’opiner là-dessus.

    D’abord, je ne pense pas que les pays occidentaux mènent une croisade pour imposer la démocratie aux autres pays dont ceux africains. L’histoire de notre continent montre plutôt qu’au début des années 90, la démocratie était apparue comme le seul système capable de sortir les pays africains du gouffre qu’avaient engendré les régimes autoritaristes et présidentialistes. C’est vrai que du côté occidental, il y avait une forte incitation mais de là à dire que la démocratie nous a été imposée, il y a un fossé. Je crois qu’il n’y avait pas d’autre choix pour les pays africains parce que rien de tout ce qu’ils avaient essayé depuis les indépendances pour réaliser l’unité nationale et atteindre le développement n’avait marché.

    Jacques Chirac pensait aussi que l’Afrique n’était pas mûre pour la démocratie car selon lui, il fallait à la tête des Etats africains des « hommes forts ». Il y a aussi ceux qui pensent que la démocratie n’est pas un régime pour les africains à cause des problèmes qui sévissent sur le continent tels la pauvreté, l’analphabétisme, etc. (notons qu’il y a des exemples qui contredisent cette idéologie tels ceux de l’Inde, du Botswana qui depuis leur indépendance et malgré leur pauvreté ont toujours pratiqué une démocratie libérale qui n’a rien à envier à celle des occidentaux). Mais vous, vous pensez (si je vous comprends bien) que la démocratie n’est pas faite pour l’Afrique parce que l’Africain est culturellement anti-démocrate. Autrement dit, l’africain serait par essence, malhonnête, corrupteur et corrompu, autocrate, etc. si je suis d’accord que cela correspond au profil de la plupart des actuels chefs d’Etats, je ne suis pour autant pas prête à étendre ces tares à tous les africains. C’est vrai que la plupart des chefs d’Etats issus de la colonisation sont dictateurs et accrocs au pouvoir, ce qui entraîne, malgré l’adoption de la démocratie libérale comme système de gouvernance, des révisions scélérates de constitutions pour monopoliser le pouvoir, des tripatouillages du processus électoral, le bafouement des institutions républicaines, etc. mais à leur décharge, il faut reconnaître qu’ils n’ont connu que ça. Du temps de la colonisation, les colonies étaient gérées de manière tout sauf démocrate et même si les colonisateurs appliquaient la démocratie dans leurs propres pays, dans les colonies, c’était l’autoritarisme pur et dur. Alors on peut un tant soit peu comprendre que les hommes à la tête de nos Etats issus de cette colonisation soient ce qu’ils sont aujourd’hui.

    Le vrai problème à mon avis, c’est que nous avons adopté la démocratie mais sans que nos hommes y soient préparés parce que la mise en œuvre de la démocratie suppose une culture démocratique que malheureusement nos actuels chefs d’Etats n’ont pas. La démocratie ne pourra réellement jouer son rôle de tremplin pour le développement en Afrique que si les autorités et le peuple acquièrent cette culture démocratique, ce qui suppose l’éducation des populations, l’instruction civique (en langues nationales si besoin est), la lutte contre l’impunité, etc. et si nos gouvernants n’en ont pas encore conscience, il faut que les élites africaines puissent en prendre conscience afin de mieux orienter les réflexions dans ce sens.
  • je ne trouve pas que la démocratie est incontournable, mais sois d'accord avec que jsuqu'à présent, tous les intellectuels qui parle de l'échec de la démocratie, ne nous ont pas encore proposé autre chose. je pense que nous ne devons pas perdre le temps dans des théories; certes la démcroatie n'est pas la meilleure mais je prends le risque de dire qu'elle est la moins mauvaise. Le problème est le peuple n'y comprend pas grande chose, tout simplement parce que nous ne voulons pas. la démcoratie appartient à ceux qui connaissent non seulement la langue occidentale mais la culture occidentale. Donc si nous adoptons la démocratie, nous devons d'abord instruire nos population en la matière; un autre miracle n'existe. Quelque soit le mode de gouvernance choisi, il va falloir l'enseigner au peuple car un peuple instruit est un peuple fort. Et pour que la population ne soit pas forte, nous, les intellectuels nous prenosn toutes les dispositions pour les maintenir dans l'ignorance de la culture démocratique.
  • merci pour ton généreux commentaire Hermann !

    Ce qui me gêne tout d'abord, c'est votre conviction selon laquelle la démocratie est incontournable ! il est vrai qu'on peut la modifier, l'adapter, mais pourquoi torpiller cette forme de gouvernance juste pour dire que nous sommes démocrates ? dans bien des cas, il faut tout simplement la mettre à la poubelle et reconnaître que nous ne sommes pas fait pour elle ! N'ayons pas peur de nous inventez une forme de gouvernance sur-mesure et oublions un peu la démocratie. En fouillant un peu, on pourra faire mieux.

    En outre, tu as raison de stigmatiser notre intelligentsia, elle joue plus contre nous qu'avec nous, mais j'ajouterais à ça l'inertie du peuple, qui ne défend pas assez son vote ! Nous passons notre temps à doigter les coupable au lieu de les arrêter ! tout ça c'est une culture, on l'a ou on ne l'a pas !

    Concernant la responsabilité de la mauvaise situation dans laquelle se trouve l'Afrique, il va de soit que l'africain est d'abord coupable ! inutile de chercher midi à 14h. De ce fait il ne faut pas oublier que l'embellie devra venir encore une fois de l'Africain ! de personne d'autre !
  • j'avoue qu'en vous lisant, j'ai souri pour la simple raison qu'aucun peuple n'est prêt pour la démocratie car il n'existe pas un modèle de démocratie. Tous les états aspirent vers la démocratie. Personne n'a obligé les africains à aller à la démocratie à la française ou à l'américaine. "Il faut aller à l'école du blanc pour vaincre sans avoir raison" disait Amadou Hampaté Bah. Autrement, ne pas rejeter ce que l'autre vous propose mais il faut tout faire pour comprendre et maitriser ce qu'il vous propose afin de mieux l'adapter à votre situation. Et c'est ce que des Etats comme le Japon fait. Il n'abandonne pas le fondement de sa culture mais ne rejète pas non plus les principes démocratiques. L'Afrique a de difficultés à respecter la démocratie parce que le peu d'intellectuels que nous constituons, sommes malhonnête. Car, c'est nous qui sommes allés à l'école du blanc, c'est nous qui connaissons la démcoratie, et c'est encore nous qui tripatouillons les listes électorales, les résultats des élections..... C'est encore nous qui modifions les constitutions toujours en respectant les principes démocratiques. Si tout le peuple comprenait le langage du blanc dans lequel nous construisons la démocratie, pensez vous qu'on peut lui mentir? croyez vous qu'il peut etre manipulé? Je ne crois pas. Qui décide de la construction d'une école dans un village? c'est encore nous les intellectuels, les cadres et fonctionnaires de nos ministères; mais que faisons nous des financements de constructions des écoles primaires? que faisons nous des dons pour la construction des centres de santé? je crois que le peuple africains est prêt pour la démocratie mais c'est nous les cadres, les instruits qui trompons et empêchons le peuple d'évoluer.
    regardons la situation des coups d'Etat en Afrique. A chaque éclection ou coup de force, nosu accusons la france ou autre. Dites moi, si un seul français, au gabon, à frauder? si les situations se passent ainsi, c'est parce qu'il existe des africains qui se laissent manipuler par la france. La situation actuelle est identique à celle que nos parents ont vécu pendant la traite négrière. Ce sont les africains qui ont vendu des africains et riend 'autres. Si la france et les autres ne trouvent personne à manipuler, elle ne pourra jamais et jamais fait ce qu'elle faita ctuellement sur le continent. Nous devons reconnaître que nous n'aimons pas nos pays.
This reply was deleted.

Récemment sur l'atelier

mapote gaye posted a blog post
Les récentes législatives et l’état de santé du président Ali Bongo Ondimba ont ravivé certaines…
4 févr. 2019
mapote gaye posted a blog post
Ceci après avoir publié par «erreur» l’information selon laquelle la présidente du Sénat,  Lucie…
4 févr. 2019
Mélissa Barra posted a blog post
La Côte d’Ivoire veut s’attaquer aux dysfonctionnements que connaît l’enseignement supérieur public…
18 janv. 2019
Plus...