Ils ont fait le pari du podcast en France

C’est une petite mais irréversible révolution dans le monde de la radio. En permettant l’écoute en dehors du flux FM, le podcast a bousculé autant la production que l’écoute radiophonique. Encore plus mobile, à la carte, sans restriction de durée, si le podcast a peiné à faire son trou, il aura fallu attendre 2014 et la série audio Serial pour que le ringard podcast suscite désormais un véritable engouement. Et comme la même cause ne produit pas toujours les mêmes effets, je suis partie à la rencontre de trois "pure players" de l'audio en France.


Né en 1989 sur les ondes de France Inter, "Là-bas si j’y suis" a définitivement quitté la bande FM en 2014. La-bas.org, qui en reprend les fondamentaux dans des podcasts produits par l’Association dites "Modeste et géniale", a célébré ses deux ans en ligne le 21 janvier 2017. Pour Daniel Mermet, l'avenir de La-bas.org, c'est la radio en continu, mais en ligne. Les podcasts ne sont qu'un moyen pour permettre à la communauté des auditeurs de réécouter les émissions.

En parallèle, la rédaction parie sur la vidéo, plus adaptée aux réseaux sociaux, sans pour autant négliger le bon vieux reportage radio. J'ai rencontré la rédaction juste avant Noël, ils étaient en pleine écoute de la chronique spéciale de Gérard Mordillat.

Dès 2004, un bénévole passionné a mis en ligne toutes les archives de l'émission sur le site la-bas.org, dix ans avant qu’une partie de l'équipe ne débarque effectivement en ligne.

“La-bas.org : Une communauté d'auditeurs fidèles pour financer un média indépendant”

  • Le fondateur : Daniel Mermet, figure historique de France Inter, de Là-Bas si j’y suis, voit le podcast comme un moyen supplémentaire d'écouter ses émissions en différé.

  • Les écoutes : Un million de visiteurs uniques (VU) mensuels.

  • La cible : Là-Bas, c'est d’abord une communauté d'auditeurs fidèles qui ont migré des ondes vers le web.

  • Le modèle économique : Les 25 000 abonnés paient entre 1 et 5 euros par mois (comme Mediapart, cofondé par Edwy Plenel et Arrêt sur images, de Daniel Schneidermann). Ils assurent l'indépendance du site. Certaines municipalités, comme Gennevilliers, ont acheté des abonnements.

  • L’ADN : Un journalisme social et engagé, avec des rubriques phares comme Le Répondeur, et des échanges de la communauté des auditeurs dans le cadre des Repaires. Une fois par mois, une émission est enregistrée en partenariat avec le mensuel Le Monde Diplomatique.

  • Pour vous mettre l'eau à la bouche : Un reportage sur les évacuations des réfugiés au nord de Paris, suivi d'un entretien avec Claire Rodier, auteur de "Xénophobie business".

En juin 2016, Charlotte Pudlowski, rédactrice en chef de Slate.fr Podcasts, veut proposer d’autres formats sur Slate. Elle s'inspire de leur cousin Slate.com et du succès de ses podcasts de "talk" (“conversation”) pour créer deux programmes thématiques : Les sales gosses, une émission d'entretien et Transfert, un récit intimiste. Lorsque j'entre dans la rédaction de Slate.fr Podcasts, Charlotte Pudlowski et Alexandre Mognol, un journaliste, fignolent les musiques de leur dernier Transfert. Ils découpent les bande-annonces, comme au cinéma. Cette fois, c'est l'histoire d'amour de Gabriel en Inde.

Les sources d'inspiration de Charlotte Pudlowski, ce sont deux Bibles américaines sur le podcast (en anglais) : le podcast 'Out of the Wire' de Jessica Abel et la newsletter de Nicholas Quah sur les podcasts.

Slate.fr Podcasts : « Le podcast, c’est l’intime »

  • La fondatrice : Charlotte Pudlowski, rédactrice en chef de Slate.fr Podcast a lancé sur le modèle américain de Slate.com des podcasts, comme un produit complémentaire aux articles web du site.

  • Les écoutes : en moyenne, les épisodes recueillent 25 000 écoutes au total sur plusieurs semaines. Près de 40% des auditeurs écoutent directement dans l'application podcast sur iPhone, plus de 40% viennent par les articles de Slate.fr, les derniers 20% viennent par la plateforme iTunes d’Apple.

  • La cible : les jeunes (25-35 ans) urbains issus des "CSP +", selon Charlotte Pudlowski.

  • Le modèle économique : Audible, la plateforme numérique de livres audio d'Amazon, finance Slate.fr Podcast. Sa publicité intervient à chaque nouvelle émission. Audible se sert des podcasts de Slate.fr comme des "produit d'appel" vers les livres audio, encore peu consommés en France.

  • L’ADN : le thème des deux podcasts de Slate.fr Podcasts, c’est la vie moderne. Les Sales gosses, est une émission d'entretiens d’une trentaine de minutes avec un invité (une directrice d’école, un ancien otage) et la présentatrice, Nadia Daam. Transfert, c’est un témoignage souvent lié à l’amour.

  • Pour vous donner l'eau à la bouche : Un épisode des Sales gosses. Une directrice d'école explique à Titiou Lecoq pourquoi elle ne peut pas se balader en petite culotte et comment apprendre la désobéissance aux enfants à l'école.

 

Binge Audio est une sorte de maison de production audio, comme on en voit beaucoup en télé, mais qui ne vend pas ses programmes aux médias traditionnels. Depuis novembre 2016, son terrain de jeu, c’est internet et l’écoute nomade. Sur son fil, Binge Audio propose quatre émissions de conversation et un récit intimiste. Je suis allée assister à l’enregistrement public de l’un de ces podcasts dans le 11ème arrondissement de Paris.

Binge Audio : « Le podcast, pour être là où les gens écoutent la radio en ligne »

  • Les fondateurs : Joël Ronez, un ancien de Radio France, a monté avec Gabrielle Boeri-Charles, ex-collaboratrice du ministère de la Culture, Binge Audio. Les programmes sont constitués de plusieurs émissions de conversations et d'entretiens, uniquement diffusés en podcasts.
  • Les écoutes : en 2016, un million d’écoutes cumulées, selon Joël Ronez.
  • La cible : les jeunes passionnés de musique et/ou de cinéma.

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes publient un commentaire –

Constance Léon, journaliste apprentie à l'Atelier des médias de RFI et Mondoblog. Réalisation : Simon Decreuze.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier

Atelier des Médias - RFI via Facebook

L'Atelier des Médias c'est terminé pour cette semaine ! Si vous avez 💘,…

Atelier des médias via Twitter
hier
Atelier des médias via Twitter
Vous avez 💘 l'émission ? N'hésitez pas à nous le dire !
hier
Atelier des médias via Twitter
Vite, l'émission c'est dans 10 minutes sur @RFI ! 📻📻📻
hier
Plus...