Pierre Bellanger, les Skyblogs et la jeunesse


J'avais déjà beaucoup apprécié la pertinence des propos de Pierre Bellanger
lorsqu’était apparu sur le web son ouvrage sur la Radio IP, une vision de la radio à l'age d'internet. Cette semaine, rebelote, l’inventeur de Skyrock et des Skyblogs récidive sur le site ReadWriteWeb avec un ebook (libre de téléchargement) intitulé "La jeunesse : un mythe dépassé. Mais avant de parler de cette étude très sérieuse et encore une fois percutante, petit focus sur les Skyblogs.


Née fin 2002, cette plateforme de blogs, gratuite, à destination des “jeunes” (mais pas uniquement) dépasse la barre des dix millions de blogs hébergés en 2007. Ce septième réseaux social mondial (2008) est aujourd'hui le onzième site français le plus visité. Passés ces chiffres impressionnants, il faut bien avouer que tout adulte s’aventurant à la lecture de ces blogs doutera du talent littéraire des jeunes pousses et pourrait même interdire l’accès à internet à ses enfants.

Au passage, je vous conseille vivement la lecture de la fiche (moqueuse) "Skyblog" de la désencyclopédie qui en parle comme d’un “kevinodrôme” où on “Lach ses comms”.
A ce stade de l’article, sachez que Pierre Belanger m’a déjà insulté une quinzaine de fois car son ouvrage "La jeunesse : un mythe dépassé”, consiste à justement remettre en cause une société d’adultes incapables de voir la jeunesse autrement que par le biais d’une catégorie d’individus homogène, menaçante et nocive.

“Transmet-on autre chose que de la mésestime de soi quand on dénigre sans connaître, lorsqu’on ne part pas à la recherche du meilleur, mais que l’on s’arrête à la première maladresse ?...Nous
avons tous cru à un moment - ou croyons - à cette supercherie, à savoir que la jeunesse serait la seule classe d’âge souffrant d’une infériorité biologique la rendant incapable d’émancipation et d’autonomie, justifiant ainsi sa mise sous tutelle...
...Étonnamment,
l’état de jeunesse est, quant à lui, idéalisé et sa perte déplorée. Cette contradiction s’explique par cette idée que les jeunes gaspillent leur jeunesse dans l’inconscience et que l’état de jeunesse -sa fraîcheur, sa vitalité, sa beauté - devrait être réservé à des adultes, seuls capables de l’apprécier à sa juste valeur. D’où un ressentiment supplémentaire, presque vampirique, à l’égard de ces jeunes étourdis."

Pierre Bellanger met en lumière une jeunesse à laquelle le monde des adultes ne croit pas (des adultes qui eux-même se pensent éternellement jeunes, jugeant les adolescents violents sans se rendre compte que c’est une société dirigée par les ainés qui les a faits ainsi).

Il suffit d’ailleurs de regarder l’actualité pour s’en apercevoir, puisque
cette semaine, c’est l’exposition parisienne de Larry Clark qui a fait polémique.
Larry Clark, c’est ce photographe et cinéaste américain qui a voué son travail à peindre l’adolescence d'aujourd'hui (dans ses facettes souvent les plus extrêmes) hors des clichés de la publicité et du bien-pensant.
Cette polémique donc, vient du fait que son exposition, comportant de
nombreuses photos d’adolescents nus (parfois faisant l’amour) vient d’être interdite aux mineurs. Seul les adultes, donc, seraient suffisamment instruits pour apprécier une œuvre sur l'adolescence.


Je ne vais pas aller plus loin dans le débat, vous en trouverez une foultitude d’exemples sur le web. Revenons donc à ce "mythe dépassé" de la jeunesse, Pierre Belanger nous explique les sept changements qui ont conduit à rendre caduc ce concept de jeunesse. Parmi ces sept raisons il y a , l'assimilation de la jeunesse à la violence, l’érosion de la classe moyenne ou le rétro-grès, un progrès vu comme une menace plus que comme un espoir. Parmi ces arguments il y en a un qui a attiré mon attention et qui nous concerne plus particulièrement à l’Atelier des Médias puisqu’il est lié à internet. Dans son chapitre sur l’apparition d’une “classe médiane”, voici ce que Pierre Belanger nous dit :

“L’Internet est un facteur clef de cette dé-différentiation des strates, car il donne à chacun un accès identique, facile et gratuit à une somme d’informations sans limites. Il est également un facteur clef de la différenciation des individus, car chacun se compose désormais une identité à partir d’une infinité de points de vue, de choix et de possibles...
...On peut imaginer, par la force des choses, qu’émergera une société différente, plus complexe, plus ouverte à tous par nature. Dans ce contexte, la jeunesse en tant que typologie perd de sa pertinence, car nombre des comportements que l’on voudrait cerner par l’âge seul seront
largement partagés.”

On comprend bien là, que si auparavant votre culture était bien souvent restreinte à votre héritage familial ainsi qu’à votre vécu, il en est désormais tout autrement puisque la grande mémoire mondiale est désormais accessible en quelques clics. Je ne vais pas reproduire tout l'ebook, mais voila ce que conclut l'auteur :

“Les jeunes ne sont pas « jeunes », ils sont la photo la plus précise que nous puissions avoir des effets d’une époque sur des êtres humains...
...Le mythe de la jeunesse comme concept opératoire ne fonctionne plus. Il n’y a plus de jeunes, il y a de jeunes adultes. Il n’y a plus de « jeunesse », mais une nouvelle génération. Et nous ? Comme c’est parti, nous ne serons jamais vieux.”

Cette idée de ne jamais vieillir, mon petit doigt me dit qu’on va y revenir très prochainement sur l’Atelier des médias et ailleurs...
Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Réalisateur de l'émission l'Atelier des médias, j'aime aussi prendre le temps de parler des choses qui me tiennent à coeur.
Vous pouvez me suivre sur Twitter @cuisineanxious
L'ensemble de mes écrits et de mes illustrations sont en creative commons, vous pouvez les partager, les reprendre ou les remixer si vous me citez.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Articles mis en avant