Dakar, la capitale sénégalaise, en ce moment même, vit un recul de plus d’un siècle. Les citoyens sont en manque d’eau depuis deux semaines. Ce qui est inadmissible. D’autant plus que l’autorité publique, pour calmer les ardeurs et le mécontentement des populations, évoque la fatalité.

La SDE et la Sones, quant à elles, ne sont pas à la hauteur. Et pire encore, elles ont induit en « erreur » le ministre de tutelle qui a engagé sa parole en donnant une date de retour à la normale. Une date qui, jusque là, n’a pas été respectée. La parole publique étant ainsi malmenée.

Les services présidentiels nous apprennent que le chef de l’état écourte son séjour à New York où se tient l’incontournable assemblée générale des Nations Unies pour venir faire face au problème d’acheminement de l’eau que vit Dakar depuis deux semaines. Ce qui renseigne, en effet, que l’heure est grave.

Macky Sall qui écourte une aussi auguste assemblée va, certainement, prendre des mesures à la hauteur du désespoir et surtout de ces failles notées dans la distribution de l’eau, que vivent les dakarois pendant des jours et des jours.

Quoi qu’on dise, cette pénurie révèle une défaillance au sommet de l’état. Une défaillance que le Président tentera, certainement, de remédier pour une transformation radicale des habitudes, des natures, des comportements et des fondements de la nation.

Pour une rupture, par rapport à ce type de situation, dans notre pays, les dirigeants de la SDE et de la SONES doivent être remerciés, le contrat avec la SDE dénoncé, les experts des corps de contrôle de l’état poursuivis et sanctionnés pour défaut de conseil.

Et en parallèle, établir une enquête, ne serait-ce que parlementaire, pour tirer au clair ce manque de fiabilité dans l’expertise des installations et surtout dans la lenteur du rétablissement du service.

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Atelier des médias pour ajouter des commentaires !

Join Atelier des médias

Récemment sur l'atelier